Carnets de voyages d’un animateur d’un Espace Culture Multimédia du Sud de la France

Je vous propose dans les quelques lignes qui vont suivre un compte rendu des plénières, des ateliers et des rencontres de mes trois jours au Forum.

Carnets de voyages d’un animateur d’un Espace Culture Multimédia dans le Sud de la France à l’occasion du Forum des Usages Coopératifs à Brest

Bonjour,

Pour ce qui ne me connaitrait pas encore, je suis Monsieur Max WATTRE, animateur multimédia dans un Espace Culture Multimédia situé au sein de la Médiathèque François MITTERRAND de Sète - Thau Agglomération dans le département de l’hérault (34) en Languedoc-Roussillon. Je suis également chargé de la communication de cet établissement à vocation culturelle.

Venir à Brest au forum des Usages Coopératifs, c’est accepté de passer une journée entière dans les transports publics. Pour la petite histoire mon départ s’est effectué le mardi 4 juillet à 8h30 en gare de Sète pour arriver le soir à 19h15 en gare de Brest, après un périple de 1.500 km. Je n’avais envie que d’une chose c’est que le voyage se termine.


Après l’effort, le réconfort !

En effet, nous avons été accueillis de la meilleure des façons au « Fourneau » afin d’entreprendre toutes les démarches administratives pour réussir au mieux notre séjour, avant de pouvoir se reposer autour d’un bon buffet.

J’en profite pour saluer toute l’équipe de Fourneau qui restera toujours présent dans mon coeur après mon passage chez eux au cours de Brest 2004.

L’heure tourne, il est temps de rejoindre le site de l’E.N.S.T. Bretagne pour profiter d’un repos bien mérité et se reposer afin d’être au top de sa forme dès le lendemain matin.

Je vous propose dans les quelques lignes qui vont suivre un compte rendu des plénières, des ateliers et des rencontres de mes trois jours au Forum.

Avant cela, je voudrais remercier toute l’équipe organisatrice du Forum, l’association CRéATIF qui m’a fait l’honneur de m’associer à leurs projets au cous de cette année 2006.

Comme il y a deux ans partir de Brest a été pour moi un véritable déchirement bien que je ne connaissais pas encore cette ville en 2004.

Je crois que je vais devenir Brestois d’adoption et qui sait peut être qu’un jour je serais amené à travailler chez vous ce qui serait pour moi un véritable plaisir.

Pour finir je suis à la recherche d’un maximum de photos pris au cours du forum. Pour les personnes qui voudraient bien me faire passer les leurs, n’hésitez pas à me contacter.

Max WATTRE
Médiathèque Intercommunale François MITTERRAND de Sète

max.wattre at voila.fr


Mercredi 5 juillet 2006 - Plénière N°1

Comment des régimes de droits liés aux biens communs peuvent favoriser de nouvelles formes de coopérations et de créations ?

Www.a-brest.net/article2534.html

Les biens communs sont des objets qui sont dans un espace commun et qui appartient à tout le monde : les copier, les redistribuer....

Toute chose ou entité immatérielle à laquelle on a décidé de donner un statut de propriété commune, de la faire appartenir à tous, parce qu’elle n’appartient à personne. Dans le sens moderne, la propriété commune est universelle, elle est celle de l’humanité. Dans le sens ancien il s’agit souvent de la propriété commune restreinte.


Biens communs informationnels

Biens communs qui peuvent être créés, échangés et manipulés sous forme d’information, et dont les outils de création et le traitement sont souvent eux6mêmes informationnels (logiciels).
Il peut s’agir de données, de connaissances, de créations dans tous les médias, d’idées de logiciels.

A l’heure actuelle 200 000 projets de logiciels libres dont 80 % sont assurés par une personne.

Pour plus de renseignement :http://www.debatpublic.net/cafenumerique

Rencontre N°3 - Le mercredi 5 juillet 2006
Précarité, médiation, lien social et TIC - Aller au devant des publics éloignés

Espace Public Multimédia de Kérourien

Ce lieu est ouvert depuis avril 2003. Quartier prioritaire, il s’inscrit dans la politique de développement municipale de l’accès pour tous au multimédia.

Il se situe dans un quartier difficile et c’est un outil au service de la population. Il accueille beaucoup de jeunes en situation d’échecs scolaires.

  • Pourquoi les gens viennent dans l’espace :
  • Initiation adaptée à la demande,
  • Pour ne pas être en marge et dépasser,
  • Par obligation,
  • Par plaisir,
  • Pour parler, se rencontrer.
  • Difficultés rencontrées :
  • le lieu,
  • le manque de temps,
  • pas de budget,
  • sollicitions extérieures,
  • Pourquoi les gens ne viennent pas :
  • Peur de l’ordinateur,
  • Heures non adaptées,
  • Manque de temps,
  • Manque d’envies.

PAPI du Phare

Centre d’accueil pour adulte en situation de grande précarité.

Espace créé en 2001, ce lieu est ouvert au public du phare (public majeur).

Population autonome : personnes de 45ans en moyenne, public seul, isolé non intégré dans la société, très éloigné de l’emploi.

  • Objectifs :
  • Initiation de base (internet, traitement de texte,...), -* initiations à la photo, son.
  • Internet : mail, forum, rencontres (mais ce n’est pas le lieu), recherche

Une fois autonome, ces personnes sont renvoyées vers d’autres lieux.

Pour le traitement de texte, l’expression est libre.
Pour le tableur : faire un budget familial.

  • Méthodes :
  • Accompagnement individuel,
  • Obligation de noter sur le public régulier,
  • Travail en binôme
  • Quelques travaux de groupes sur des thèmes particuliers,
  • Alternance de travail et de jeux.
  • Difficultés rencontrées :

Fréquentation aléatoire,
Difficultés liées aux particularités de la population : trouble de mémoire, concentration...

  • Évolution pour l’usager :
  • Autonomie,
  • Appropriation.
  • Évolution par rapport au matériel :
  • Plus convivial (plus facile d’accès)
  • Plus performant,
  • Les portables.

Cyber Epace Emmaüs à Paris.

Agora : lieu financé par Microsoft (quel paradoxe !) au Centre de Paris (l’Agora) qui accueille entre 500 et 700 personnes de jour.

Ce lieu comprend 9 postes, accueille 8 000 utilisateurs par an,

  • Public : Sans domicile fixe, personnes en grande précarité.

Beaucoup de mères de famille fréquentent le lieu, mais aussi des chômeurs agés dont le métier n’existe plus ou est en déclin. Ce personnel est pourtant qualifié.

Des jeunes de moins de 25 ans en recherche d’emploi viennent souvent dans ce lieu.

  • Objectif : réduire la fracture numérique.

Le lieu fonctionne sous la forme d’un self service avec deux postes réservés à la consultation rapide pour la moitié du temps. Ensuite, c’est un lieu de formation.

3 formateurs par session de formation pour un accueil de 10 à 15 personnes. Un total de 30 bénévoles qui ont une tâche très difficile : la gestion du temps, de l’attente.

Importance de la boite mail, n’ayant pas d’adresse personnelle, les usagers ont au moins une domiciliation.

Utilisation d’un scanner pour sauvegarder leurs rares documents (pièces d’identité, diplôme....).

Atelier du mercredi 5 juillet 2006
Réseau d’information et d’animation pour les espaces d’accès public à Internet.

Animateur : Yannick Landais - Créatif et Artési (Ile de France)

  • Identifier les têtes de réseaux :
  • Au niveau des territoires,
  • Au niveau des métiers.
  • 4 chantiers :
  • La mutualisation inter réseaux
  • La sensibilisation des élus,
  • Les actions pour les publics éloignés,
  • L’avenir des EPN.
  • 4 niveaux de mutualisations :
  • Un Observatoire de l’accès public à Internet,
  • Un « Centre de ressources »,
  • Un réseau d’information pour les intervenants des EPN,
  • Un « réseau d’animation » plutôt à destination des têtes de réseau.
  • Objectifs de la mutualisation :
  • Besoin de localisation physique ou virtuelle d’un espace ressources,
  • Des ressources en fonction des cibles,
  • Un niveau de partage « entre pairs »,
  • Une participation des acteurs.
  • Un réseau d’information :
  • Pour qui : Ensemble des intervenants,
  • Quoi : Contenus,
  • Avec qui : L’ensemble des acteurs,
  • Comment : Logique de travail en réseau.

A partir de ce constat, des échanges se sont engagés entre les différents intervenant.

Jeudi 6 juillet 2006 - Plénière N°2
Jean-Michel Cornu - En 2010 les technologies disparaissent ?

Les objets de tous les jours....La partie technologique est devenue invisible.
Et le monde devient magique ?

Les journaux s’animent (papier électronique qui existe déjà en laboratoire).
SiPix Imaging 300 ms
Bridgenstone 0,2 ms
Keti (Corée) à partir du papier ordinaire.

Les objets se commandent à distance
Gestual interaction worshop Philips Simplicity (baguette magique), technologie basée sur les gestes.
Sans les mains ! petit logiciel à partir des mouvements de la tête.

Les personnages des tableaux s’animent
Ecrans Oled - Têtes parlantes MPEG 4 - Agent conversationnel, Chatterbots (Kokono Dreams).

Les cartes se mettent à jour en temps réel
Weels of Zeus (Stece Wosniack) GPS - RFID
Kewin Warwick 1998 - puce électronique implantée dans la main.

Les informations arrivent de partout
Capteur de 5 mm - Smart Dust - en les reliant les uns aux autres.

De nouvelles espèces interagissent avec nous
Gastrobotics - Université de Floride
Ecobot II - Université Ouest Angleterre

Des êtres apparaissent de nul part
Conférence du gouverneur du Texas à Dallas en 2001.

Des objets se matérialisent
Nanofabriques de bureau - Imprimante 3D

Nous plongeons dans notre mémoire
Immersion 3D - Brain Computer Interfaces - Connexion directe entre le cerveau et l’ordinateur.

Et nous même nous disparaissons !

Pour plus de renseignements : www.fing.org/prospectic/

Rencontres N°1 - Le jeudi 6 juillet 2006
Vidéo Blog, podcasts et communication multimédia

Un blog est un site web où l’on peut être autonome. Petit billet avec photos, commentaires & vidéos. Il intègre un fil R.S.S.C’est « l’AFP » du blog. C’est un outil coopératif.

Le blog aide les gens pour améliorer leurs propres projets. Il permet d’écrire d’une manière différente.

Exemples de blog :

  • Dawa et Patoune en vidéo blog,
  • Tout peut arriver....30 ans,
  • Le blog de RST 106 FM www.rst106.org.


MJC Le Grand Cordel - Rennes - Canal 6 www.canalsix.tv

Web T.V. Participative - Montage sur Imovie et FinalCut Express sur Mac, ce lieu est un Espace Culture Multimédia.

Le thème : Renne et ses habitants sous la forme d’une collaboration participative avec le soutien de la Communauté d’agglomération de Rennes Métropole.

Cette web T.V existe depuis 6 mois et fonctionne avec un public plutôt jeune 18-30 ans. Elle accueille des personnes au delà du quartier dans laquelle elle se situe. Le thème de départ va exploser et permettre d’organiser le blog en rubrique.

Contraintes :

  • Avoir un player pour visionner,
  • Streaming hébergé sur Vidéon TV,
  • Disposer d’une caméra au minimum, de Flash,
  • Pouvoir faire du montage.

Les ECM peuvent disposer d’un service d’hébergement mutualisé auprès de Vidéon.

La BBC a annoncé que ce n’était plus une TV mais un site web qui fait de la T.V.

La télévision participative de proximité

Elle permet aux gens de réaliser eux-même leurs productions et s’intègre dans un quartier. Le but est de permettre aux gens de s’inscrire et de s’impliquer dans un projet.

Formats idéals : Quicktime et Mpeg4 puis conversion sur Flash.

Le poids doit être inférieur à 1 Gigaoctet pour l’ensemble de la production. La taille idéale pour diffuser est de 25 images / s.

Création d’un centre de ressources qui est un site de diffusion T.V pour les ECM.
http://diffusiontv.viablog.com

Les sites indispensables de Vidéon :

Atelier Jeudi 6 juillet
CRéATIF - Le logiciel libre dans les lieux d’accès publics.

Cet atelier a permis de présenter le guide n°3 de l’association CréATIF consacré aux logiciels libres.

Tout d’abord, Marie-Lise Gauthier a fait une présentation globale du guide en rappelant ce qu’est l’association CRéATIF, quels ont été les guides produits par cette association auparavant.

Ensuite j’ai fait part de mon expérience sur l’élaboration de ce guide : comment j’ai été contacté, ce qui m’a donné envie de participer, quels ont été les différentes étapes pour aboutir à l’article publié sur le guide.

Thierry Pasquier de l’Espace Mendès France de l’E.C.M Poitiers a lui aussi apporté son éclairage sur le guide et sur son vécu.

Une discussion s’est ensuite engagé entre la vingtaine de participants. Il est ressorti que l’aspect financier est déterminant dans le choix des logiciels libres en plus des libertés fondamentales. Linux a aussi été évoqué et il semblerait que la distribution Unbutu soit une des plus appréciées actuellement par sa simplicité et la qualité de ces forums.


Plénière N3 - Art numérique en France
New média art in France - Le vendredi 7 juillet 2006

  • Antoine Schmitt - Le Pixel Blanc

Oeuvre en ligne sur le site de www.gratin.org
Travail basé sur la modélisation d’algorithme.

  • Antoine Schmitt - Gameplay

Performance en temps réel issue d’une collaboration avec les danseurs.
Univers interactif assez minimal. Le danseur interagit avec les objets posés au sol.

  • S.S.S. - Sensors Sonics Sights

Collectif dirigé par Laurent Dailleau Cécile Babiole qui manipule des fluxs images et sons en temps réel.
Interface biomuscle : capteur que l’on retrouve dans l’univers médical basé sur les fluxs que le cerveau envoie au corps.

  • Kolkoz - Holiday movies

www.kolkoz.org
Ce collectif réalise des films de vacances avec une pratique amateur. Ensuite le film est convertit en animation 3D tout en conservant la bande son réelle.

  • Maurice Benayoun - Cosmopolis

Pièce basée sur la notion de mémoire collective du regard. Collective Retinal Memory
Les spectateurs sont équipées de lunettes et peuvent interagir avec les mouvements de la tête.

  • Thierry Kuntzel - The waves

Cet artiste trravaille autour des capteurs associés à la vidéo.

  • Gregory Chantonsky - Se toucher Toi

L’objectif est de faire se toucher la main d’un homme, la main d’une femme. Cette oeuvre est née dans le métro.
Pièce où l’on peut intervenir en ligne, en installation ou les deux à la fois.

www.incident.net

  • Art Orienté Objet - Skin culture

Il s’agit là d’un collectif associant l’art et la biotechnologie.
Groupe anti-vivisection qui s’est fait prélevé dans le dos des carrés de peau pour ensuite l’élever en laboratoire. Ensuite sur cette peau mélangée de plusieurs personnes des tatouages sont réalisés. L’idée aurait été de trouver un collectionneur.


Rencontres N°3 - Précarité, médiation, lien social et TIC
Illettrisme et ordinateur - Le vendredi 7 juillet 2006

L’atelier d’écriture permanent - IBEP Formation à Brest

Lieu de formation décentralisé qui accueille 400 personnes par an. 10 % de la population adulte est en situation d’illettrisme en France.

Cet atelier s’adresse à toute personne adulte. Il se déroule sur un trimestre. Le but est de réconcilier la personne avec l’écriture et de réaliser un livret, un recueil...

Il s’adresse à des personnes qui sortent du système scolaire sans qualification.Atelier crée en 1990 puis en 2000, l’espace met en place un atelier d’écriture permanent. Il se décline par thème.

1ere idée : on écrit pour être lu, tous les textes sont signés.
2e idée : on est lu et entendu par les autres.

D’abord, l’écriture se fait d’une manière manuscrite puis les textes sont lus avant d’être saisis sur l’ordinateur sans toucher à la syntaxe du texte.

ICOM - Centre de ressources informatiques à Lyon
Lieu destiné aux personnes en situation de handicap

Le but est de faciliter promouvoir et accompagner l’accès aux TIC pour les personnes en situation de handicap.

L’accueil du public :
Des personnes en situation de handicap de 5 à 75 ans,
Accueil du public individuel, accompagné ou en groupe,
Diversité des situations de handicap,

Et centre de ressources.

Les obstacles à la lecture :

  • Les personnes qui n’ont pas pu accéder à la lecture et à l’écriture : Apprentissage trop difficile - Absence de communication verbale,
  • Personnes qui ont perdu leurs connaissances.
  • Projet :
  • Apprendre à utiliser l’ordinateur pour communiquer avec sa famille géographiquement éloignée,
  • Utiliser Internet pour l’information et les loisirs.
  • Les outils :
  • Identification de l’accès adapté au poste informatique pour aller vders une autonomie d’utilisation : clic simple et défilement,
  • Passage par un médiateur,
  • Travail sur des tableaux de communication avec son orthophoniste,
  • Adaptation de l’ordinateur : marques pages, mémorisation mots de passe, lancement automatique applications, etc....
  • L’accompagnement :
  • Se donner le temps de rentrer en communication avec la personne pour comprendre ses envies, ses projets,
  • ravail constant sur l’autonomie.

Les personnes qui ont des difficultés d’accès et à l’écriture peuvent avoir accès à certains usages, notamment en lien avec des contenus audios et images.

Importance de ne pas « Tout faire en même temps » et de poser des projets précis, avec les accompagnements adaptés.


Vers des « Etats Généraux en ligne » de l’accès public à Internet et au multimédia ?
Par Philippe Cazeneuve de CRéATIF

http://www.creatif-public.net/spiki...

Les lignes qui suivent représentent un aperçu des interrogations que les participants se sont posées au cours de cet atelier. J’ai essayé de reprendre les notes de Marie-Lise Gauthier et de les remettre en page.

Parmi les participants :

  • Max Wattre, animateur multimédia de la Médiathèque de Sète
  • Isabelle Cousin NPDC Chargée de mission Cybercentres
  • Régine Roué, Espace multimédia de Kerourien, FOL
  • Elisabeth Le Faucheur Joncour
  • Guy Bastre Grigny (69) EPM du Lyonnais

l’idée d’États Généraux est une idée récurrente chez Créatif ...

  • Où va t-on en matière d’accès public ? :
  • Une certain inquiétude existe sur le plan politique,
  • Dimension pédagogique (voir les guides réalisés) : supports qui conviennent assez bien au politique

Il faut donc faire de la pédagogie en direction des politiques.

Idée États généraux confortée par voyage au Pérou (cadre i-jumelage)
Échanges à faire à une échelle plus large : la comparaison internationale est intéressante pour évoluer

Les points communs sont nombreux entre les deux pays :

  • l’accès dans un lieu mutualisé est la règle, Situations et valeurs assez proches.
  • Télécentres / EPN (zone rurale et urbaine),
  • E-inclusion : lutter contre exclusion sociale,

La situation est aussi la même pour les animateurs (turn over, animateurs isolés, pas de transmission des savoirs...), identification de la compétence sociale, besoin de médiation

Les télécentres regroupent aussi différents labels et réseaux (comme en France)

  • Typologie des usages :

Les télécentres : lieu d’information, de diffusion, adaptation des contenus (messages radio par ex),on est dans un modèle de production de contenus (journaux, travail sur la mémoire etc), lieux d’éducation aux médias.

En termes de besoins, il faudrait structurer et mettre en réseau, former les professionnels pour plus de reconnaissance.

La formation peut se faire sous la forme d’échanges, visites, mais le coût élevé.
Il serait possible de faire de la formation à distance. L’idée serait de mettre en ligne des expériences (texte, audio, vidéo).
Objectifs pédagogiques : donner à voir (comme dans vidéomulo) diaporama, interview... Nécessité de la traduction lorsqu’il s’agit de projets internationaux.
Intérêt pour ce type de projet ?

  • Echanges sur le projet de collaboration entre plusieurs pays

Quels moyens pour participer à ce genre de projet ?
participer à ce genre de projet demande des moyens humains : travailler avec des bénévoles ?
Kerourien a réalisé un film : est-il réutilisable dans ce type de projet !?, un site.. : raconter l’histoire du projet est intéressant et fédérateur.

  • Besoins

S’inscrire dans une démarche nationale Besoin de temps Convaincre son porteur de projet Réponse à certaines interrogations

  • Idée états généraux :

Il faut préciser les directions vers lesquelles on veut aller : echanger, construire, fédérer, harmoniser des pratiques selon les besoins des EPN.

Beaucoup de besoin au niveau local : difficile de se projeter à un autre niveau.

Utiliser les outils TIC pour créer des réseaux et démultiplier les pratiques... échanger.

Il faut échanger mais aussi il y a nécessité de s’interroger sur ses pratiques...
Idée de sortir de notre modèle franco-français et voir ce qui se passe ailleurs, élargir son horizon. Mais aussi voir ce qui se fait dans des structures porteuses différentes (ECM, point CYB, etc..)

Moyens ?
Des financements existent.

Autre idée :

Faire reportage sur un autre lieu (plus ou moins loin) et le mettre à disposition.
A l’échelle d’une région : est-ce envisageable ?

Echange via un site internet, liens, webcams.

Convaincre élus et échanges de pratiques entres espaces : pas forcément le même objectif.

Risque de caricature dans un répertoire d’actions, beaucoup de situations locales et réalités des lieux sont différentes. Mais en même temps intéressant d’avoir un lieu qui concentre ce type d’informations.

Idée de faire en deux temps :

  • 1- Phase de collecte
  • 2- Choisir et montrer

EPN : points d’appui, apprentissage des langues (ressources extérieures possibles pour un espace)

Régler le problème de relation : animateur, public, spécialiste extérieur Réseau d’apprentissage des langues existe via utilisation de Skype.
Idée de place publique où les projets seront exposés.
Projets à partir de Google earth ... ? (ex. Tela Botanica)

Projet de cartographie ?
Objectif n’est pas de faire une typologie mais une galerie de portraits. En quoi un outil d’échanges est intéressant ? sortir de son label, échanger.

Continuer à discuter sur le wiki .... Qu’est-ce qui est significatif dans un projet pour le transposer ? Nouveaux outils pour rendre l’approche plus ludique. Ce qui est important ce sont les personnes à l’origine du projet et expliquer ce qui marche et ne marche pas.

Logique d’identification d’initiatives intéressantes : chacun identifie 10 à 15 initiatives et dire pourquoi on les trouve intéressantes.

  • Idée Wikipedia/EPN :

Constituer un lieu pour redéfinir l’accès public... EPNpédia ? voir EPN sous un angle encyclopédique (constitution, formation etc...)
Créer un portail dans wikipedia ? Regrouper ce qui existe déjà : listes, sites existants ...
Utiliser les outils wikipedia ? ou autre ?
Outil qui peut aussi donner la parole aux usagers ...

Ces notes peuvent faire l’objet de commentaires et de modifications.

Max WATTRE
Médiathèque Intercommunale François MITTERRAND de Sète

max.wattre@voila.fr

PDF - 2 Mo
Posté le 14 juillet 2006 par WATTRE

©© a-brest, article sous licence creative common info