@ Brest

Relier et partager autour du web

Vers un Atlas des communs

Wiki-Brest, présentation d’un commun de la connaissance

Contribution à l’Atlas des communs, initié lors de l’édition 2017 du festival Brest en commun, voici une écriture sur Wiki-Brest les carnets collaboratifs du pays de Brest.

une version provisoire soumise aux remarques des contributeurs et utilisateurs de wiki-brest

Cet article reprend des éléments du texte « Appropriation » sociale du numérique, communs et politique publique, retours sur l’expérience de la Ville de Brest " de Michel Briand et Bernard Brunet publié dans le numéro spécial sur les communs urbains de la revue Netcom, revue de recherche en géographie en accès libre.

Créé en avril 2006 à l’initiative de la ville, Wiki-Brest, carnets collaboratifs du patrimoine et du vivre ensemble au pays de Brest, est un site contributif où l’internaute peut tour à tour être lecteur ou producteur de contenus.

Il est inspiré de Wikipedia, mais adapté à une écriture centrée sur un territoire local à l’échelle du bassin de vie (le pays de Brest) prenant en compte le vécu des personnes.

Histoires de lieux, de personnes, de travail, tranches de vie, balades, chansons, articles encyclopédiques, Wiki-Brest c’est une écriture qui relie habitants, journaux de quartiers, associations, artistes, bibliothécaires, enseignants, ...

La communauté

Le site collaboratif est ouvert très largement aux habitants du pays de Brest et ceux qui souhaitent mettre en partage leurs connaissances sur ce territoire.

Il rassemble en décembre 2017, 1 240 comptes utilisateurs. C’est à dire 1 240 personnes physiques qui ont participé à cette écriture ouverte pour apporter un témoignage, compléter ou illustrer un article.

Wiki-Brest compte une dizaine d’administrateurs et l’animation est assurée par une personne de la collectivité sur un temps partiel.

Le site est ouvert sans aucune restriction à condition de respecter la charte éditoriale.
Les contributeurs ne peuvent pas être anonymes, il est nécessaire de se créer un compte pour participer au projet d’écriture.

Les ressources

Wiki-Brest compte en décembre 2017 : 4 600 articles et 17 000 fichiers multimédias (images et sons) organisés autour de dizaines de portails thématiques créés au fil des collectes. Ces contenus sont pour la grande majorité réutilisables par le plus grand nombre.

Du fait de la diversité des sources (journaux de quartiers, écrits anciens ..) et de l’écriture individuelle (non modifiable pour ce qui est du récit des personnes par exemple) le site collaboratif propose un panel de licences allant de la plus libre (CC-BY-SA) à la plus restrictive (Droits réservés). Chaque contributeur est libre de choisir la licence qui lui convient le mieux selon s’il souhaite permettre la réutilisation, l’usage commercial et ou la modification de son contenu.

Lors de l’accompagnement autour de ce projet, une sensibilisation particulière est apportée pour inviter les contributeurs à privilégier les licences libres.

Des campagnes de collectes de photos ont permis d’agréger des milliers de photos du pays de Brest sur Commons, la médiathèque de Wikimedia.

Le wiki compte une moyenne (décembre 2017) de 9 942 pages vues par jour (soit plus de 3 millions par an).

La gouvernance

  • Quelle organisation, animation ?

Le site collaboratif a été créé à l’initiative de la Ville de Brest, il est hébergé par l’association Infini, ferme de service locale [1].

Le succès d’un tel site repose sur la participation des habitants, la Ville a ainsi mis l’accent sur l’accompagnement des contributeurs et l’animation du projet. Une animatrice a ainsi été employée pour remplir ces missions.

Une telle démarche d’écriture collaborative ne va pas de soi, le succès de Wiki-Brest repose pour beaucoup sur un travail d’animation, des centaines d’ateliers, des « wiki-journées » de collectes thématiques, ou encore des « wiki-contoirs » où des auteurs présentent leurs écrits.

Pour faire vivre la communauté, l’animatrice employée de la ville au sein du service « Internet et expression multimédia » s’est efforcée de créer une dynamique collective associant des groupes d’utilisateurs à travers l’organisation de collectes mettant en valeur les contributions. Les projets analogues : Wiki-Rennes et Wiki-Manche reposent aussi sur cette animation financée par la collectivité ou une association conventionnée.

Tout au long de la mise en œuvre de Wiki-Brest, l’implication de la personne en charge du projet a été essentielle, même si la centaine de personnes présentes aux dix ans de Wiki-Brest témoigne d’un attachement de nombreux contributeurs à ce média.

Le caractère remarquable de certaines écritures telles les reconstitutions de bâtiments historiques, les collectes autour d’événements ont contribué à donner sens à cette communauté. Une liste de discussion ouverte à tous les contributeurs associe une centaine de personnes. Elle permet de diffuser l’information sur les temps de rencontre et d’inviter à des initiatives communes.

  • Quelle prise de décisions (statuts et pratiques) ?

Le projet s’est construit en s’appuyant sur le réseau des médiateurs multimédia du territoire, associés dès le démarrage au projet, au même titre que d’autres partenaires comme la Ligue de l’enseignement, les webtrotteurs des lycées, les archives et bibliothèques de la ville.

Ces acteurs ont été partie prenantes des décisions qui ont permis de structurer le projet, comme l’élaboration de la charte éditoriale, des principes fondateurs et les spécificités de Wiki-Brest vis à vis de Wikipédia.

  • Quelle régulation, quelle gestion des conflits ?

A la différence de Wikipédia, les conflits sont peu présents sur Wiki-Brest. Wikipédia ayant une vocation encyclopédique et des règles d’édition imposant la neutralité de point de vue, les conflits d’édition sont monnaie courante et le consensus est parfois difficile à atteindre.

A l’inverse, sur Wiki-Brest le témoignage et le point de vue personnel étant mis en avant, chacun est libre de s’exprimer sur son ressenti. Les contributeurs s’auto-règulent de manière naturelle et le vandalisme d’article est inexistant.

  • Comment le projet permet-il la contribution de chacun ?

En consultant le site, chacun est invité à y participer. L’inscription pour contribuer est ouverte à tous. Un portail d’aide est mis en avant pour faciliter les premiers pas des contributeurs. Des ateliers d’initiation et un accompagnement personnalisée est proposé à ceux qui le souhaitent.

Des appels sont parfois faits sur certaines pages en indiquant que le contenu pourrait être développé et des liens rouges (pointant sur une page vide) disséminés à travers les pages invitent les visiteurs à participer à la rédaction ou à la correction.

Des mises à jour du logiciel et des ajouts de fonctionnalités sont régulièrement fait pour simplifier la contribution. Avec pour objectif de rendre l’outil le plus accessible possible, notamment aux personnes les plus éloignées des usages du numérique.

La protection et la pérennité du commun

  • Comment est protégé le caractère "commun" du projet ? (risque d’accaparement, d’aliénation)

Avec le choix, non exclusif ici de la licence CC-BY-SA proposée par défaut, le niveau opérationnel s’inscrit bien dans le fonctionnement d’un commun.

Les droits d’accès et de prélèvement sont ouverts à toute personne acceptant les conditions de la licence.

Cette coexistence de différentes licences n’a pas été un frein aux publications libres qui restent la règle usuelle et n’a pas influé sur la volonté de favoriser une production de contenus librement réutilisables.

Expliquer, par exemple, pourquoi il n’est pas possible de publier des cartes postales, au droit d’auteur restreint, a été l’occasion de sensibiliser des centaines de personnes aux conditions de la publication élargie et à l’apport des licences comme les Creative Commons.

Comme pour Wikipedia, la modération peut être effectuée a posteriori par les administrateurs du site. Il y a donc la possibilité théorique d’exercer un droit d’exclusion pour les articles se situant en dehors de la définition du site :
 

"Wiki-Brest est un wiki de territoire dont la volonté est de valoriser et donner à voir la richesse et la diversité du patrimoine, des cultures, des histoires de vie au Pays de Brest."

Ces retraits ont été extrêmement rares et pour des contenus hors champ (publicité, sujet hors domaine, contrainte du droit d’auteur..) sans qu’il y ait eu de cas demandant un long débat.

Pour Wiki-Brest, la collectivité ayant choisi de confier cet hébergement à un hébergeur associatif, l’association « Infini » (elle même impliquée dans la gouvernance coopérative des projets de « Brest en communs »), le fonctionnement pour ce qui est de ce support relève d’un « commun ».

Reste la question du financement, l’animatrice est une employée de la collectivité et les ressources de l’association Infini proviennent en bonne partie d’une subvention annuelle. Il existe donc théoriquement une possibilité de suppression ces financements (en cas de changement de majorité municipale par exemple). Il reviendrait alors aux acteurs de cet écosystème coopératif, de trouver les moyens d’assurer eux mêmes le coût de l’hébergement des outils et l’animation du projet.

Les moyens humains et financiers, les partenariats

  • Quels partenariats ?

Comme évoqué plus haut, le projet s’est construit en se basant sur le réseau déjà initié des acteurs.rices du numérique. Au démarrage du projet, un accompagnement en direction des têtes de réseau a été privilégié, afin que les animateurs de points PAPI de Brest (Points d’Accès Public à Internet) et espaces multimédia du pays de Brest accompagne ensuite les habitants, idem avec les bibliothèques et mairies de quartier.

A noter que ce projet est essentiellement porté par le service Internet et expression multimédia de la ville de Brest sans être encore vraiment réapproprié par les différents services de la ville, de l’agglomération ou des communes du pays de Brest.

Il ne bénéficie pas non plus de relais actif de la part de la presse quotidienne régionale particulièrement vivante en Bretagne qui édite de nombreux ouvrages sur le patrimoine et le vivre ensemble.

  • Quels financements, quelles contributions par les usagers et partenaires ?

Initié par la Ville de Brest, Wiki-Brest a été co-financé par la Région Bretagne dans le cadre de l’appel à projets « Nouveaux usages, nouveaux services » en 2005.
Le développement du projet, conduit à l’échelle du Pays de Brest, a ensuite relevé de l’axe « Multimédia en Pays de Brest, usages innovants et lien social sur les territoires » inscrit dans le contrat de Pays 2006-2012.

Au delà de 2012, faute de financement à l’échelle du pays, le soutien de la ville (réunion d’animations, préparation de collectes) s’est centrée sur la ville de Brest.

  • Quelle redistribution des ressources ?

Les ressources sont un apport pour les habitants et les personnes qui s’intéressent au pays de Brest comme en témoignent les 3 millions de pages vues par an.

Le partage

  • Quels sont les "communs" proches ou similaires ?

Wiki-Brest a été le premier wiki de territoire en France en 2006. Dans sa lignée, une trentaine de wikis de territoire se sont créés soutenus par une collectivité tels Wiki-Manche ou Wiki-Rennes ou dans un cadre associatif Wiki-garrigue. Plusieurs rencontres de ces wikis ont été animées par l’équipe de Wiki-Brest avec aussi plusieurs déplacements de l’animatrice et de l’élu pour aider au démarrage d’autres wikis de territoire. Mais cela n’a pas donné naissance à un réseau de coopération, les moyens d’animation de chacun de ces projets étant très modeste en dehors du bénévolat des acteurs locaux.

  • Comment le "commun" est travaillé pour favoriser sa réplication, sa diffusion ?

Des rencontres, une liste de discussion et des déplacements ont facilités la réplication du projet. Enfin la majorité des documents mis en partage de manière transparente, comme le bilan du projet en 2009, ont permis à d’autres territoires de s’inspirer du wiki de territoire brestois.

Et en conclusion un espace ouvert :

- Quel apport du commun au vivre ensemble, à la solidarité, au pouvoir d’agir des personnes, au territoire ... ?

Wiki-Brest est une petite pierre dans la politique publique vivant à développer l’écrit public. Sur le territoire, Wiki-Brest a popularisé l’usage des wikis qui sont devenus un outil de coopération partagé pour des centaines de personnes que ce soit dans la version médiawiki, moteur de Wikipedia ou des Yeswiki utilisés lors des formations Animacoop [2].

Il a permis de mettre en avant des événements passés comme l’explosion de l’Océan Liberty et la rencontre de survivants et de familles de marins décédés. Il est devenu le lieu d’exposition de reconstitutions remarquables telle celle du plateau des Capucins. C’est aussi un support de la mémoire collective à travers la publication des anciens numéros des journaux de quartiers.

Faire vivre un commun comme wiki-Brest reste fragile car la communauté de personnes impliquées est petite dans une société où nous n’avons pas appris à publier. Mais depuis plus de dix ans Wiki-Brest est une belle aventure humaine, riche de rencontres de personnes formidables.

Les milliers de visites de nombreux articles sont une reconnaissance de l’écriture de personnes ordinaires qui ont de belles choses à nous faire partager.

Les liens cités :

- Appropriation » sociale du numérique, communs et politique publique, retours sur l’expérience de la Ville de Brest " Michel Briand et Bernard Brunet publié dans le numéro spécial sur les communs urbains de la revue Netcom ;

- l’Atlas des communs ;

- le réseau des Chatons de Framablog ;

- Commons, la médiathèque de Wikimedia ;

- l’édition 2017 du Festival Brest en commun ;

- l’https://www.infini.fr : Hébergeur associatif et ferme de services ;

- les wikis de territoire ;

- Wiki-Manche ;

- Wiki-Rennes ;

- Wiki-garrigue ;

sur Wiki- Brest

- Wiki-Brest, le site ;

- le bilan du projet en 2009 ;

- la charte éditoriale ;

- le portail d’aide ;

- les principes fondateurs ;

- la modélisation du plateau des Capucins ;

- le portail des journaux de quartiers.

Quelques premiers communs du territoire sont documentés pour essayer cette écriture.

- Le jardin Capucine, potager en milieu urbain animé par Terre des Possibles
- doc@Brest, réseau coopératif des bibliothécaires et documentalistes comme commun
- Wiki-Brest, présentation d’un commun de la connaissance

Autres articles de l’Atlas en cours de rédaction
en cours de rédaction :
- OpenFactory, Fablab de l’UBO
- Le jardin Yannick aux champs
- Infini, hébergeur associatif
- Le 214, espace de coworking
- La boîte à dons à Recouvrance
- Heol, monnaie locale
- La rue Saint-Malo
- Graines@brest, grainothèque en Pays de Brest

[1l’association infini est un hébergeur associatif qui propose des services tels que listeS de diffusion, hébergementS de blog, messagerie... et participe au réseau des Chatons de Framablog réseau d’hébergeurs et alternative aux services qui accaparent vos données personnelles

[2Animacoop est une formation hybride (100h sur 13 semaines avec 3 regroupements), qui a permis de former depuis 6 ans 250 personnes du Pays de Brest à l’animation de projets coopératifs

Posté le 31 décembre 2017 par Gaëlle Fily, Michel Briand, philweb
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
IMG_1388.jpg
par francois_le_droff
Creative Commons BY-NC-SA