@ Brest

Relier et partager autour du web

Laurent Marseault : la coopération ouverte : un partage sincère !

Laurent est Animateur-Nature à la base. Puis il devient formateur à la coopération et co-créateur d’Animacoop, une formation à "l’animation de projets coopératifs" qui devient rapidement un ensemble de formations mises en commun à Brest [1] , Montpellier, Gap, Paris, Toulouse, bientôt Lyon. Avec Jean-Michel Cornu, Laurent Marseault développe les idées de la Coopération. Lors de rencontres qui se répondent en écho depuis quinze ans à Autrans, au Forum des usages coopératifs à Brest, aux rencontres Moustic à Montpellier et l’an passé à Co-Construire à Tournai, ils mettent ensemble en place de nombreux ateliers,sessions et formations, dans un partage sincère et une écoute apprenante

Cette interview de Laurent Marseault est la première d’une série de 50 entretiens avec des acteur.ice.s de la coopération [2] pour donner à voir les ressorts de ce qui motive une personne à faire le choix de la coopération.

Au croisement des communs et des pratiques collaborative ces histoires de coopération témoignent de la diversité des motivations et des cheminements. Elles sont la première partie d’un livre à venir sur la coopération ouverte, celle du partage sincère comme le propose Laurent Marseault.


Bonjour Laurent, est-ce que tu peux te présenter ?

Volontiers. Laurent Marseault, une petite cinquantaine d’années, fils de paysan, Animateur-Nature, papa de trois filles et aussi pompier. En travaillant à la fois sur des postures politiques, des outils d’animation et des outils numériques, et aussi grâce aux surprises/hasards de la vie, j’en suis venu à travailler sur tout ce qui est travail collaboratif, intelligence collective, fonctionnement en réseaux.

En cinq mots clés, comment te caractérises-tu ?

Nature, partage, communs, humanités et re-formateur

Et qu’est ce qui t’as donné envie, professionnellement, de coopérer ? Y a t-il un événement clé ?

Il n’y a pas de tournant déterminant à proprement dit. En revanche, je sais que ce qui m’a beaucoup bougé, ce sont les rencontres d’Autrans et la découverte des licences de type Creative Commons. Je travaillais alors dans la diffusion de l’écologie scientifique et dans l’animation de formations pour que les choses se diffusent et se transmettent. Et je pense que c’est un moment où j’ai concrètement perçu qu’il y avait des éléments opérationnels qui permettraient de passer à une vraie mise en communs, à de vraies conditions de partage et à une non-privatisation des contenus et des connaissances. Et qu’en parler ne suffisait plus. C’est comme s’il y avait plein de petites briques déjà existantes qui se cristallisaient autour de cette notion de licences et de ce que l’on appelle maintenant le "Commun". Je me rappelle que cela m’avait vraiment chamboulé. Je pense aussi que mon côté naturaliste constituait déjà un terreau favorable à cette notion de « collaboration ». Lorsque l’on regarde dans les écosystèmes par exemple : les flux permanents de molécules, de ressources, de carbone, d’oxygène, le fait même que tous ces éléments-là soient en interaction permanente, contribue aux conditions nécessaire au vivant. Ces exemples là, je l’ai compris plus tard, font partie de mes éléments fondateurs. Et en plus, en travaillant sur ces sujets, j’ai appris que mon grand-père paternel avait été, dans l’entre-deux guerres, un des premiers créateurs de coopérative agricole dans les petits villages. Et même si je crois assez peu à la transmission génétique dans ce genre de choses, il y a un lien plutôt agréable.


As-tu envie de partager tes premières expériences fortes de coopération ?

Avec plaisir. En 1er, celle qui m’a le plus marquée. C’était lors d’un projet européen, Coop-tic. J’ai été impressionné par la vitesse à laquelle on a pu produire un manuel à destination d’animateurs de projets coopératifs et d’animateurs de réseaux sous forme d’e-book : http://ebook.coop-tic.eu. On a fabriqué un contenu rapidement en compilant ce que l’on avait écrit et que l’on mettait de fait en partage. Et quand on met nos écrits en partage et en lien, cela crée d’un seul coup de très beaux objets.

Autre expérience aussi. Mon dernier déménagement et une maison remplie qu’il a fallu déménager rapidement. Il se trouve que la maison a été déménagée intégralement en trois heures par des dizaines de personnes qui avaient déjà bu des coups ensemble, qui se connaissaient, qui avaient plaisir à aider. Et du coup, un constat : quand chacun fait sa part, de manière un peu organisée et dans un esprit convivial et joyeux, cela amène une grande efficacité. A la fois, nous avons été bluffé et en même temps, je me rappelle vraiment que les gens, en terme d’expérience ont été complètement sidérés : à peine commencé, déjà fini. Petite expériences irréversibles de coopération. Ces expériences-là me touchent et continuent à me surprendre.

Et donc, quelle est, selon toi, le plus grand frein à la coopération ?

Pour moi, c’est l’Ego. Un sacré morceau. Quand certains cherchent à exister par ce qu’ils donnent à voir. Quand, fondamentalement, ils ne veulent pas donner et partager. Avec une sorte de condescendante, ils pensent avoir tout inventé et être les premiers. Sans penser deux secondes qu’ils ne sont que d’humbles maillons d’une grande chaîne qui les dépasse. Je pense que ceux-là ne sont pas dans le partage sincère et souvent pas non plus dans l’écoute apprenante. Ces personnes disent qu’elles écoutent mais en fait elles ne tiennent aucunement compte de ce que disent les autres, elles ne sont pas dans l’écoute re-formatrice. Quand les gens n’ont pas travaillé cette notion-là, la coopération devient compliquée.

A l’inverse, qu’est-ce qui facilite cette coopération ?

Dans ce domaine, on parle beaucoup d’écosystème de coopération et d’environnement propice. Prenons des personnes des plus sympathiques et mettons-les dans un environnement où la règle est la concurrence, le temps contraint, la procédure, des systèmes de validation à tiroirs, les N+2, +3, +7.... Immanquablement, la capacité a être naturellement intelligent collectivement s’éteint. Je pense donc que cette notion d’environnement, d’écosystème propice à la coopération est un élément clé. L’attention est encore trop souvent centrée sur la personne. On imagine que si quelqu’un est bien dans sa tête, bien formée alors tout se passera parfaitement. Mais si cette même personne est mise dans un de ces systèmes contraints, même en connaissant toutes les clés et astuces de la coopération, cela devient compliqué pour elle.

En plus, je suis sensible à la souffrance au travail. Il y a actuellement des contextes d’associations, d’entreprises ou de collectivités qui rendent littéralement malades ceux qui y travaillent et qui ne sont donc absolument plus propices à la coopération. Et en parallèle, on observe partout l’éclosion de lieux d’expériences de coopérations, en marge de ces systèmes là.

Il y a donc des attitudes et des postures qui facilitent la coopération. Peux-tu dire lesquelles ?

Effectivement, il y a des attitudes, postures qui facilitent la coopération. L’écoute sincère et profonde notamment. Cela revient à écouter sans juger et en étant prêt à être surpris, prêt à sortir de sa zone de confort. En pratique : j’écoute et je suis prêt à être transformé . Et il y a bien entendu, la notion de partage. Être prêt à ce que ce que mes productions, mes parles et mes écrits m’échappent, soient transformés par d’autres et se diffusent sans moi.

Une sorte de "lâcher prise" ?

Oui. Une sorte de lâcher prise. Mais pas dans n’importe quelles conditions. J’observe qu’on est en période de conflits parfois violents entre plusieurs systèmes. Certains s’écroulent et d’autres sont en train de naître. Alors oui, il est pertinent de lâcher, de diffuser et de faire du commun. Tout en contrôlant les conditions juridiques du partage afin d’éviter la privatisation des connaissances. Avec par exemple, les licences Creative Commons.

Dans un second temps, il est vital de dire aux gens que nous sommes des laboratoires d’humanités. et ainsi laisser les choses être, évoluer, se libérer. Créer par exemple, des espaces« conviviaux et joyeux » comme dirait Viveret, où l’on va expérimenter de manière différente, avec plus de collaboration. Et quand cela marche tant mieux et si cela ne marche pas, ce n’est pas grave. Pas de pression. C’est l’idée de petits pas et de petites expériences irréversibles de coopérations, l’idée de prendre le temps et l’idée d’être sérieux sans se prendre au sérieux. La légèreté sérieuse et le sérieux léger. De mon expérience, ce sont quelques conditions qui facilitent grandement la coopération.


Tu as sûrement des articles, des personnes, des livres, des actions -références pour toi. Veux-tu les partager ?

Volontiers. Jean Michel Cornu d’abord. Il fait partie des personnes qui m’ont vraiment aidé à structurer et à penser, c’est indéniable. Ses9 règles de la coopération ont permis de mettre des mots sur les choses et sur les concepts.

Ensuite, il y a Patrick Viveret, autour de l’idée de nouveaux indicateurs de richesse et du passage d’une société de la rareté à une société de l’abondance. D’après ses observations, on sait actuellement gérer la rareté mais on ne sait pas toujours gérer l’abondance. Or quand on est dans la coopération, l’abondance d’idées et d’expériences est un paramètre que l’on apprend nécessairement et volontairement à apprivoiser.

Enfin, Edgar Morin est une des références que je partage volontiers et notamment son livre "les 7 compétences nécessaires à l’éducation du futur" . Commande de l’Unesco, c’est une très belle synthèse de ses travaux précédents. La condition humaine, la connaissance pertinente, les incertitudes et la compréhension, l’identité terrienne... Voilà quelques personnes-références que je partage sans retenue.

Tu as accompagné le mouvement des Colibris vers plus de coopération et de partage sincère. Est ce que tu peux en dire quelques mots ?

Bien sûr. Et l’expérience continue toujours d’être intéressante. J’ai d’abord été élu par « élection sans candidat » pour booster la notion de réseau et de numérique au sein des Colibris. Dans ce type d’élection par consentement, ce n’est pas la "meilleure" personne qui est recherchée , mais celle qui saura répondre au mieux à la fonction spécifiée. C’est un des outils proposés par l’Université du Nous.

Le premier "chantier" a porté sur la notion de partage. Il a été nécessaire d’établir une cohésion entre l’envie de partage,les valeurs de partage et la mise en pratique. Tous les contenus étaient alors copyrightés et cela a demandé un profond travail d’alignement. Les discours, la posture et l’action sont maintenant cohérents. Et cela a été plutôt facile. En même temps, pour plein personnes, les questions juridiques font souvent peur. Avec un peu de pédagogie, ils ont compris les formidables opportunités créées par le partage, y compris sur le plan politique.

Ensuite, ce qui a été plus complexe, c’est l’intégration du volet numérique. Quand on est avec 290 000 personnes volontaires et enthousiastes et qu’on souhaite les mettre en réseau, c’est impossible de faire en permanence des réunions à Paris ou aux Amanins ! Et pour moi, intégrer le numérique dans l’animation du dispositif est fondamental. Au début il y avait une vraie réticence à cela. Donc pour commencer par un petit pas, on a fait vivre à tous ces gens de petites expériences pour leur montrer que cela ne fait pas mal à la tête, qu’il y a des outils simples, des outils dont on peut s’emparer et que l’on peut modeler pour leur donner nos intentions. Et qu’on peut faire ça de manière autonome et en interne. Avec un peu de recul, c’est une belle et titanesque expérience, pleine de sens. Toutefois, il y a une zone de vigilance dans les très gros réseaux comme celui-là. Cela vient du fait, qu’au bout d’un moment, ils deviennent presque auto-suffisants. Beaucoup de salariés, une structure de gouvernance aux petits oignons et plein de gros projets fédérateurs. Très vite, si on y prend pas garde, ces structures fabriquent leur propre désert. C’est à dire qu’ils ont l’impression qu’ils sont la source et qu’ils sont la solution, l’alpha et l’omega et qu’il suffit de "coloniser" le reste de l’humanité de leurs idées pour que tout se passe bien. Nous continuons à les accompagner à ce niveau-là. Pour les amener à penser sous forme d’archipel plutôt qu’en vision centrée, pour plus d’humilité et donc plus de complémentarité. Le but : recréer des liens avec leur environnement. Par exemple : il y a des choses sur lesquelles on est bon et des choses sur lesquelles d’autres le sont plus. C’est pareil pour les Colibris. Eux agissent dans le champ de l’environnement et du développement durable. Ils y sont compétents. En parallèle, il y a d’autres dimensions qui leur sont utiles et dans lesquelles ils ne sont pas les meilleurs. Notamment certaines travaillées par les libristes, attachés aux valeurs éthiques véhiculées par le logiciel libre et la culture libre ou bien celles développées par les solidaristes qui travaillent l’histoire, le vocabulaire, le positionnement. Il y a donc eu un gros de travail de mise en liens entre des univers jusqu’à présents étanches. Notamment avec le monde des libristes. Et tout le projet "Outils libres" en est issu. Cette page, créée ensemble, met à disposition gratuitement des solutions numériques libres et respectueuses de la vie privée. Quand le chemin de la collaboration et de la coopération est pris, il est irréversible. Je trouve ça très stimulant, très prometteur et très efficace.


Un mot sur la notion de compostage ?

On ne parle pas de jardin ! En même temps, c’est effectivement une référence à mon passé de naturaliste. La nature est un des lieux qui me ressource. Ce que j’aime beaucoup, c’est comprendre comment elle fonctionne. Et voilà une des choses qui continue à m’émerveiller : un arbre s’écroule, une bestiole meurt, une plante se désagrège et elles vont petit à petit arriver à des niveaux de décomposition tels qu’ils vont permettre de recréer de la vie. C’est ce qu’on appelle la compostabilité. Et tous les êtres vivants portent en eux les conditions de leur compostabilité. Le cycle éternel de la vie, en quelque sorte.

Et quand je travaille, je vois assez souvent des projets qui ne sont pas, justement, des projets compostables. Je m’explique. Dire qu’ils ne sont pas compostables, c’est entrevoir qu’à la mort du projet, celui-ci va faire des tas de déchets que l’on ne pourra pas recycler et des disques durs pleins de projets qui ont été fabriqués mais que personne ne peut réutiliser. Le fait d’aller chercher dans le monde du vivant des critères que l’on pourrait essayer d’appliquer, je trouve cela intéressant et pertinent. En pratique, cela sous-tend de travailler dès le démarrage d’un projet sur sa compostabilité. Autrement dit, on va se débrouiller pour laisser des petits grains du projet à des niveaux réutilisables par d’autres : des photos, par exemple, avec des formats ouverts et partagées au maximum pour que tout le monde puisse les réutiliser des contenus ouverts et accessibles pour que d’autres personnes puissent les réutiliser.

Je pense fondamentalement que si les humains se remettent à respecter les règles du vivant, on peut continuer à vivre sur cette terre. A l’inverse, si l’on s’en éloigne et si on transforme tous les petits grains que nous propose cette planète en éléments non compostables, c’est une chronique de mort annoncée. Je suis un optimiste et ce que je vois m’y conforte.

Dernière question. As-tu envie de partager un réseau coopératif ?

Bien sûr, plusieurs même. D’abord, quand je n’ai pas trop le moral, j’ai quelques projets que je regarde et qui me permettent de retrouver un espace d’optimisme. Un des projets qui m’électrisent beaucoup, c’est Open Street Map et ses cartes ouvertes. Je vais sur http://live.openstreetmap.org et je vois en temps réel les contributions. Voir, en temps réel, tant de gens mettre une donnée, deux données, trois données et avoir des cartes du monde d’une qualité énorme, je trouve cela vraiment génial. Et voir comment cela vient démanger doucement les institutions type IGN, type Googlemap... J’adore encore plus. Tous ces gens qui contribuent par millions fabriquent ensemble, et petit à petit, quelque chose d’irréversible.

De la même manière, il y a http://listen.wikipédia, C’est un système qui permet d’écouter les contributions à Wikipédia en temps réel sur internet. C’est novateur et prometteur. Ce sont deux projets au niveau macro que je trouve intéressants. Ensuite, dans ce qui m’est plus proche, je partage avec enthousiasme le collectif des formateurs animacoop. La formation a été fabriquée, au démarrage, à deux ou trois dans un bureau et elle est maintenant une formation qui se diffuse. Plein de gens en font des adaptations et en vivent. Je ne sais pas si ce projet respecte les conditions de sa compostabilité, et en même temps, voir que cela se diffuse, se transforme et que cela échappe sans ego, je trouve ça génial.

Et pour finir, voici quelques projets qui m’occupent et m’enchantent :
- bosser avec Colibris la notion de leur archipellisation travailler avec une équipe d’universitaire pour qu’ils montent leur curseur de coopération,
- questionner la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, sur la notion de réseau et de licences ouvertes,
- cool-laborer à la création d’un mooc et d’un jeu sur les contenus d’animacoop
- garder du bon temps avec ami.e.s et familles et regarder les fleurs, au mois de mai, dans les garrigues

Merci Laurent pour cette échange.

Le plaisir est partagé.


Quelques liens cités



[1] Au pays de Brest, ses formations-action d’une centaine d’heures qui ont concerné 250 personnes sont l’élément structurant d’une diffusion d’une culture de partage et de la coopération, terreau fertile de multiples projets collaboratifs.

[2] voir aussi l’espace du wiki Intercoop ouvert autour d’"Histoires de coopérations

Via un article de Laurent Marseault, Michel Briand, publié le 14 mai 2018
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Remise des diplômes campus de Brest, Promotion 2017
par IMT Atlantique
Creative Commons BY-NC-SA