@ Brest

Relier et partager autour du web

Femmes en informatique libre

Le 24 Juillet 2005 à Montréal, s’est déroulée une rencontre intitulée "Femmes et logiciels libres".

L’événement a débuté par une présentation des associations ou organismes tels que FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre, le réseau Koumbit, le Laboratoire de Communication Médiatisée par Ordinateur (LabCMO) et Communautique.


Panelistes

- Fernanda Weiden, activiste au sein de la communauté du logiciel Libre au Brésil, depuis 1998, a ouvert la conférence : Impliquée dans l’organisation de la première rencontre femmes et logiciels libres au Brésil, en 2003, elle a depuis fondé « Projeto Software Livre-Mulheres ». Ce projet a pour objectif de travailler auprès des organisations de femmes, afin de débattre sur les besoins et la participation de celles-ci dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC) et plus particulièrement du logiciel libre. Sa participation auprès du projet Debian (distribution GNU/Linux) et à la « Free Software Foundation Latin America » a ouvert la rencontre sur son expérience en Amérique Latine.

Sa contribution s’inscrit dans un processus d’intégration sociale.
En commençant par remarquer qu’une action restreinte uniquement à l’Internet ne peut toucher que des personnes déjà connectées. Or, c’est précisément aux personnes non connectées qu’Internet apporte le plus. Et plus particulièrement les femmes, exclues des TIC dans un monde à dominance masculine, et de toutes façons sous-représentées lorsqu’elles y ont accès. Internet est la convergence de media qui permet aux différents groupes locaux de se fédérer et d’être représentés aux niveau national, voire mondial. Les logiciels libres sont un élément essentiel dans ce processus de part leur philosophie, de part leur appropriation et adaptation aux besoins locaux, et de part leur aspect économique. Le projet "femmes et logiciels libres" permet donc de fédérer les différents groupes de protection du droit des femmes, de promotion de la parité, de défense des acquis sociaux, etc.

- Christina Halaranova, nous a présenté une ONG en Bulgarie sur les activités des femmes et TIC. Investie dans les débats sur la liste de discussions "Debian Women", elle a ensuite centré notre attention sur ses actions concrètes en Bulgarie, telles que : l’importance de la traduction des outils libres pour l’appropriation par les acteurs locaux - la facilité d’utilisation qui a permis de mettre en place rapidement des cybercafés avec knoppix (distribution libre en "live cd") - les formations techniques pour les femmes en entreprise, qui étaient auparavant l’exclusivité du Webmestre.

- Valérie Dagrain a participé à représenter les ressources sur : les TIC et logiciels libres en éducation au Québec (edulinux, projet MILLE) - le témoignage de Léticia Sicard, enseignante en mathématiques et informatique dans un lycée privé de Montréal - le LabCMO, Laboratoire de Communication Médiatisée par Ordinateur et l’informatique libre à l’UQAM - le cours de Daniel Pascot (Université de Laval à Quebec) qui débute en Automne 2005 et intitulé "Logiciels libres et sociétés" - l’investissement du studio XX dans le soutien des femmes dans les TIC et créations artistiques numériques - un débat sur la dimension politique et sociale du libre versus économique.

- Lia Talbot, a présenté Communautique : association effectuant la promotion de l’appropriation sociale et démocratique des technologies de l’information et de la communication. Elle a également présenté les partenaires (Netfemmes, CEDEAF...) et leurs rencontres auprès d’acteurs du Libre à Porto Allegre (Brésil) lors du Forum Social Mondial 2005.

- Jean-Sebastien Senecal, a présenté le réseau Koumbit, une organisation à but non lucratif dont la mission est de favoriser l’appropriation de l’informatique libre par les groupes sociaux Québécois. A cette fin, ils développent une plate-forme informatique collective et en assurant un support à l’utilisation des logiciels libres.


Déroulement

- Durant la présentation, les participantes et les participants ont débattu de thèmes tels que : les femmes et le développement de logiciels libres, les femmes et l’accès à la formation des TIC, l’intégration sociale et numérique, les usages participatifs (réseaux citoyens et de solidarité) et modèles d’appropriation du libre, les préoccupations de l’environnement social et paradigmes de développement local.

La présentation a été ponctuée par :
- Une table ronde où les conférenciers ont présenté leurs expériences personnelles et professionnelles.
- Un échange avec les participants et une présentation de livres, documents et ressources en la matière. En particulier, une reconnaissance pour l’expertise en veille documentaire et actions (rencontres - débats) des Cogitateurs-Agitateurs, sur : l’élargissement de la philosophie du libre à d’autres domaines (arts, musiques...), la diffusion de recueil de textes libres, de ressources de références. Ce travail de vulgarisation permet de rendre le débat plus accessible.


Informations

- La journée « Femmes et logiciels libres » s’est tenue le 24 juillet 2005, de 12h à 16h, au Café Utopik, 552 rue Sainte-Catherine est près du métro Berri-UQAM. 

- Pour plus d’informations, vous pouvez visiter le site de cette rencontre : http://femmes.informatiquelibre.info

- Cet événement a été l’occasion de discuter des ateliers et présentations pour la SQIL, Semaine Québécoise de l’Informatique Libre qui se tiendra du 12 au 20 novembre 2005

- Valérie Dagrain : 450-646-7522 - vdagrain@free.fr
- Lia Talbot : 514-948-6644 #227 - lia@communautique.qc.ca ;
- Sur la mailing-list : gulus-elle@listes.USherbrooke.ca


Valérie Dagrain et Nicolas Brodu

Posté le 25 juillet 2005 par Valérie Dagrain
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
DSC_0503
par Ronan Caroff
Creative Commons BY-NC-SA