Rencontre avec Franck Moinil, chargé de projet à l’UCP (Bruxelles)

Vers une plus grande appropiration des TIC par les séniors

La ville de Brest était invitée à participer aux 9ème Rencontres Wallonnes de l’Internet Citoyen, les Rewics, à Charleroi le 2 avril pour apporter son témoignage sur différentes initiatives brestoises. Frédéric Bergot du service Internet et expression multimédia de la Ville de Brest et Antony Auffret de l’association des Petits Débrouillards de Bretagne sont intervenus dans trois ateliers.

A cette occasion, une rencontre intéressante avec Franck Moinil de l’UCP, mouvement social des ainés asbl basée à Bruxelles qui accompagne les séniors dans l’appropriation des TIC, en favorisant notamment l’utilisation des logiciels libres. Ils ont adopté le CD Rom de logiciels libres Bureau Libre FREE EOS créé à Brest.

  • Service Internet et Expression Multimédia : Pouvez vous vous présenter et présenter rapidement l’UCP ?
Franck Moinil, chargé de projet à l’UCP
  • Franck Moinil : Je m’appelle Franck Moinil et je suis Chargé de projets à l’UCP, mouvement social des aînés asbl. Une partie de mon travail consiste à coordonner la thématique TIC au sein de mon association (volontaires, campagnes, formations spécifiques, …) mais également de mettre en place des partenariats avec les communes, établissements d’enseignement, les EPN (Espaces Publics Numériques en Wallonie) et le monde associatif actif dans l’alphabétisation numérique et la lutte contre les fractures numériques.

L’UCP, mouvement social des aînés ASBL (+/- association loi 1901) compte 40.000 affiliés en Communauté française (Wallonie et Bruxelles).

Mouvement d’éducation permanente, l’UCP a pour missions principales :
– d’encourager la participation et l’engagement des aînés dans la vie sociale, culturelle, économique et politique ;
– de promouvoir la prise de responsabilité des aînés par le biais de l’action collective dans le but de les associer à la construction d’un monde plus juste ;
– de lutter contre toute forme de discrimination à l’égard des personnes âgées ;
– de prendre et d’appuyer toute initiative visant une véritable promotion de l’autonomie et du bien-être physique, mental et social des aînés.

L’UCP se compose d’un secrétariat fédéral, de 14 régionales, de plus de 1.200 groupements locaux (amicales, clubs culturels, artistiques et sportifs) et est animé par un réseau de plus de 3.000 volontaires.

Depuis son congrès de 2001, l’UCP se revendique mouvement social des aînés et invite ses membres à s’organiser dans le but de rester des citoyens actifs, participatifs et critiques, attentifs aux grands débats de société et disposés à s’engager pour une société plus juste et plus solidaire.

L’UCP compte 4 thématiques d’action prioritaires :
Sécurité sociale : Liaison au bien-être (retraites) et accès aux soins pour tous.
Lieu de vie : Un logement de qualité pour une vie de qualité.
Nouvelles technologies : Ensemble contre la fracture numérique.
Développement durable : Un monde durable pour les générations futures.
Les thématiques secondaires sont : La culture, l’Europe, la Recherche de sens

Depuis 2007, l’UCP est reconnue comme mouvement d’éducation permanente par la Communauté française (Décret 2003).

  • Service Internet et Expression Multimédia : En quoi consiste les Espaces Cyber Seniors mis en place par l’UCP en Wallonie ?
  • Franck Moinil : Ce projet remonte à plus de 10 ans, à l’époque nous éprouvions d’énormes difficultés à trouver des lieux de formation afin de répondre aux demandes croissantes de modules d’initiation à l’informatique et à l’internet.
    Après quelques mois de recherches et de négociations, nous avons pu investir un local mis gracieusement à notre disposition par la Mutualité chrétienne du Hainaut Oriental ; le premier Espace Cyber Seniors allait enfin voir le jour ! Le 20ème espace a été lancé pendant la Semaine Numérique au mois de mars 2009.

Un Espace Cyber Seniors est un local équipé de minimum cinq postes informatiques connectés à Internet proposant des programmes dit « d’alphabétisation numérique » ainsi que des plages d’accès libre.
Ils sont accessibles en priorité aux +50 ans mais non exclusivement. Certains partenariats sont mis en place avec des groupes de jeunes (Jeunesse & Santé), de personnes invalides/handicapées (Altéo), d’autres associations ou en collaboration avec la commune.
Le principal avantage de ces lieux est de tenir compte des attentes des aînés dans une ambiance conviviale. Chacun peut venir poser ses questions, apporter son expérience au groupe, tester de nouvelles technologies … et recevoir les conseils d’un animateur spécialisé qui anime ce lieu bénévolement.

  • Service Internet et Expression Multimédia : Dans le cadre de ces activités, vous favorisez l’usage des logiciels libres, pour quelles raisons ?
  • Franck Moinil : La première raison est économique : D’une part, au niveau de l’association, nos locaux étant principalement équipés d’ordinateurs de seconde main, il serait totalement aberrant de mettre quatre fois la valeur du matériel pour une suite bureautique propriétaire. D’autre part, nous trouvions violent de faire acheter une suite bureautique à des participants se trouvant parfois en situation de grande précarité. Nous pouvons ainsi remettre le cd-rom contenant les logiciels libres utilisés en cours de formation aux participants en toute légalité.

La deuxième est éthique : La philosophie du libre correspond à notre vision de la société, la liberté, l’autonomie, la solidarité, le partage des connaissances, …

La troisième est didactique : Nous entendons régulièrement : "Je souhaiterai suivre un cours de Word". Nous vous proposons un cours de "Traitement de texte". Pourquoi apprendre à utiliser un logiciel en particulier ? Ce qui compte, ce sont les processus, la réflexion, le transfert de compétences, … Si je tente de faire le parallèle avec l’automobile, cela reviendrait à dire que si j’ai appris à conduire avec une voiture de telle marque, je ne peux conduire que cette marque là ! Ridicule, non ?
Je me demande d’ailleurs pourquoi l’utilisation des logiciels libres (sans parler de l’OS) n’est pas obligatoire dans les établissements d’enseignement !

  • Service Internet et Expression Multimédia : Vous avez repris le CD Rom Bureau Libre FREE EOS développé par la ville de Brest et ses partenaires, quelle diffusion en avez-vous faite ?
  • Franck Moinil :Au départ, nous avions décidé de développer notre propre compilation de logiciels libres mais après avoir fait le tour des projets similaires, nous avons opté pour la diffusion d’une compilation existante. Notre choix s’est porté sur le Bureau Libre Free Eos, outil qui nous semblait le plus pertinent et le plus abouti dans le cadre de notre projet.
    Ce CD Rom a été édité à 2.000 exemplaires et a été largement diffusé lors de conférences/débats sur les logiciels libres et lors de la Fête de l’Internet. Nous l’avons également distribué à toutes les personnes inscrites à un module d’alphabétisation numérique.
  • Service Internet et Expression Multimédia : En 2008, l’UCP a mené une enquête « Aînés et TIC », quels sont les principaux résultats qui ressortent de cette étude ?
  • Franck Moinil :Notre enquête a recueilli un beau succès avec quelque 2.600 questionnaires complétés. 867 (35,5 %) questionnaires provenant de personnes ne disposant pas d’un ordinateur ni de connexion à Internet et 1.581 (64,5 %) questionnaires ont été rempli par des personnes qui possèdent un ordinateur avec ou sans connexion à Internet. L’âge moyen des répondants est de 67,5 ans (38 % de moins de 65 ans, 38,6 % de 65-74 ans, 23,4 % de 75 ans et plus). Il faut souligner également que les répondants sont globalement mieux formés et d’une catégorie sociale plus aisée que la moyenne nationale de la population de cet âge. Par ailleurs, 71 % des personnes se déclarent des pensionnés qui étaient dans la vie active des employés, fonctionnaires ou assimilés. 41,7 % des répondants ont un niveau d’enseignement supérieur et 26,8 % ont obtenu leur diplôme du secondaire.

Utilisez-vous un GSM ?

Près de 84 % des personnes interrogées disposent d’un GSM. Elles l’utilisent principalement pour passer des appels ou en recevoir (75 % des cas). Un peu plus de 50% l’utilisent pour envoyer des SMS, 28 % pour disposer d’un répertoire pour leurs contacts. Ce qui séduit principalement les plus de 50 ans, c’est la sécurité apportée par le GSM en cas d’urgence (problème, accident…).
Les non utilisateurs (16 %) évoquent principalement le manque d’utilité, le coût élevé et la nocivité de l’appareil pour expliquer leur choix.

Utilisez-vous les guichets automatiques des banques ?
L’utilisation des guichets automatiques dans les banques par les aînés est très importante (80 %). Ils les utilisent principalement pour retirer de l’argent (79 %) mais aussi pour imprimer des extraits de compte (60 %), consulter le solde de leur compte (41 %) et faire des virements (36 %).
Le rechargement de la carte proton ou le dépôt d’argent par l’intermédiaire de ces guichets restent marginaux.
Les 20 % d’irréductibles avouent ne pas utiliser les guichets automatiques principalement par manque de compétence. Ils invoquent également des raisons de sécurité : ils ont peur d’être agressés ou craignent le manque de confidentialité de ces guichets se situant dans des endroits publics.

Disposez-vous d’un ordinateur ?

Près de 65 % des personnes interrogées disposent d’un ordinateur et l’utilisent à domicile (56 %) ou ailleurs chez une connaissance, dans une association, à la bibliothèque, dans une administration communale ou un Espace public numérique…
Les aînés qui possèdent un ordinateur sont plutôt accros car ils utilisent leur PC tous les jours dans 44,5 % des cas.

Ceux qui ne possèdent pas d’ordinateur se disent réfractaires car ils ne voient pas l’utilité d’un tel outil mais aussi parce qu’il éprouve un sentiment d’incompétence face à cette technologie fort complexe à maîtriser à leurs yeux.
Ils invoquent également le coût élevé que représente encore l’achat d’un ordinateur malgré la démocratisation actuelle des prix. Ils ne connaissent sans doute pas les réseaux de vente de PC recyclés qui permettent de s’équiper à moindre frais.
Surtout que 18 % d’entre eux seraient prêts à se lancer s’ils recevaient un ordinateur d’un membre de la famille. Dans 70 % des cas, la motivation la plus importante serait de recevoir l’aide d’un proche à domicile pour se lancer dans l’aventure. L’informatique oui mais alors pas tout seul !
D’autres lieux d’apprentissage sont aussi privilégiés. Ils sont nombreux à désirer suivre des cours par le biais d’une association (28 %), chez une connaissance (13 %) ou par l’intermédiaire de la commune (10 %).

Et Internet… ça vous branche ?

54 % des seniors de l’UCP interrogés ont un accès Internet à domicile. C’est un score non négligeable ! Ils l’utilisent principalement pour communiquer par e-mail, faire des recherches sur la Toile, s’informer sur les biens et services, se documenter sur des voyages… et se tenir au courant de l’actualité par l’intermédiaire des sites d’information. Près de 20 % des aînés interrogés utilisent les services bancaires en ligne.

Ceux qui ne sont pas branchés pensent qu’Internet ne leur serait pas utile et ils trouvent aussi l’abonnement et le matériel trop chers. Ils pensent cependant qu’ils pourraient y avoir recours par exemple pour communiquer avec des amis ou leurs enfants et petits-enfants éloignés géographiquement.

Des seniors ouverts aux TIC

L’enquête « Aînés et TIC » menée par l’UCP nous révèle ainsi que les seniors interrogés sont plutôt ouverts aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) et ne courent dès lors pas ou peu de risque d’exclusion face aux avancées technologiques. Cette conclusion fort encourageante est évidemment liée au niveau d’étude plutôt élevé et à la carrière professionnelle intellectuelle des répondants.

Pas tout seul !

On peut constater également que les aînés sont clairement en demande d’un accompagnement pour pouvoir s’approprier ces nouvelles technologies. Que ce soit avec l’aide d’un proche, d’une association ou de la commune, ils sont à la recherche de lieux où ils pourront apprendre à maîtriser les TIC à leur propre rythme, sans pression et sans trop de contraintes. Ces lieux existent qu’ils s’appellent Espaces Cyber Seniors ou Espaces Public Numériques.
Les seniors aimeraient également des tarifs adaptés et surtout des offres transparentes de la part des différents opérateurs. Un tarif social existe pour les GSM, pourquoi ne pas l’étendre aux abonnements Internet ?

  • Service Internet et Expression Multimédia : Suite aux résultats de cette enquête, vous avez décidé de lancer la campagne « Les TIC… Pas de panique », de quoi s’agit il ?
  • Franck Moinil :La campagne « Les TIC … Pas de panique ! » a été lancée le 2 avril lors des REWICS 2009 (Rencontres wallonnes de l’Internet Citoyens - Forum des TIC dans le non-marchand, l’enseignement et l’économie sociale) à Charleroi.

Cette campagne poursuit 2 objectifs :

1. Proposer un soutien aux aînés dans leur approche des TIC.

Nous avons en effet constaté que les aînés sont clairement en demande d’un accompagnement pour pouvoir s’approprier les nouvelles technologies.
Que ce soit avec l’aide d’un proche, d’une association ou de la commune, ils sont à la recherche de lieux où ils pourront apprendre à maîtriser les TIC à leur propre rythme, sans pression et sans trop de contraintes.

2. Encourager les relations intergénérationnelles.

Notre mouvement se préoccupe des relations inter- et transgénérationnelles, nous avons donc décidé de lancer cette nouvelle action afin de :
– valoriser les relations tant intra- qu’extra familiales,
– (re)créer du lien social au niveau local,
– favoriser les solidarités entre les générations.

La campagne « Les TIC … Pas de panique ! » a été lancée afin de rencontrer les besoins plus « individuels » que peuvent avoir les aînés (Utilisation du GSM, d’un ordinateur, d’internet, d’un appareil photo numérique, …).
Nous invitons les +50 à se faire épauler par un « médiateur de savoirs ». Nous avons baptisé celui-ci le « TIC Instructor ». Cette personne, quel que soit son âge, est invitée, à titre volontaire (et donc gracieusement), à aider un, voire plusieurs aînés, à découvrir l’univers des TIC pour une période minimum de 3 x 2h.
A cette fin, un contrat type a été rédigé, empreint d’humour et légèrement « décalé », afin sensibiliser le « TIC Instructor » aux éventuelles dérives qui seraient contre-productives (voir page 4 du folder). Il est associé à un badge afin d’identifier clairement le volontaire et son engagement dans le projet.

Comment ça se passe ?
Deux solutions sont envisagées :

  • Le +50 ans disposant du folder de présentation contacte un "jeune" de sa famille, de son quartier, ... et lui propose de devenir son "Tic Instructor" pour un minimum de 3x2h.
  • Le jeune (- de 50 ans) ou le +50 (disposant des compétences TIC nécessaires) contacte un +50 de sa famille, de son quartier, ... et lui propose de devenir son "Tic Instructor" pour un minimum de 3x2h.

Nous pouvons dire aujourd’hui, à peine un mois après son lancement, que cette action remporte un franc succès tant auprès des aînés que des « jeunes » TIC Instructors.

Les TIC... pas de panique

La diffusion sera prochainement élargie aux mouvements de jeunesse, aux établissements d’enseignement ainsi qu’au réseau des Espaces Publics Numérique.

Nous invitons les personnes souhaitant montrer leur soutien à notre campagne à rejoindre le groupe "Les TIC... Pas de panique !" sur Facebook

Contact :

Franck Moinil

Chargé de Projets

UCP, mouvement social des aînés ASBL

Chaussée de Haecht 579 BP40

1031 Bruxelles

Tél. : 02/246 46 71 - info@ucp-asbl.be

Site : www.ucp-asbl.be

Les visuels, photos, folder contenant le contrat sont disponibles sur http://www.ucp-asbl.be/spip.php?article1097

Posté le 17 mai 2009 par Frédéric Bergot

©© a-brest, article sous licence creative commons cc by-sa