Lancement de la Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire

à l’université du Québec à Montréal

La Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire a pour mission de mener des recherches centrées sur le développement de logiciels libres dédiés au secteur de la finance sociale et solidaire et de débuter un projet « libre » majeur visant le développement d’une famille de logiciels pour ce secteur d’activité tant au Québec qu’au niveau international.

Un texte qui reprend le communiqué de l’Université du Québec à Montréal

Le doyen de la Faculté des sciences, Yves Mauffette, la directrice générale de la Fondation de l’UQAM, Diane Veilleux, le titulaire de la Chaire et professeur au Département d’informatique, Louis Martin, les coprésidents de l’Association internationale du logiciel libre, Léopold Beaulieu et Hugues Sibille, et le recteur Claude Corbo.
Photo : Nathalie St-Pierre.

Le 29 janvier 2009 - La Faculté des sciences de l’UQAM a procédé aujourd’hui au lancement de la Chaire de recherche de logiciel libre, Finance sociale et solidaire, dont la création a été rendue possible grâce à un don de l’Association internationale de logiciel libre. Cette association a été mise sur pied par un groupe de donateurs comprenant Fondaction CSN, Filaction, la Caisse d’économie solidaire Desjardins ainsi que trois institutions françaises : le Crédit coopératif, la MACIF et Chèque Déjeuner.

L’événement a eu lieu sous la présidence du recteur Claude Corbo, en présence du doyen de la Faculté des sciences, Yves Mauffette, du titulaire de la Chaire, le professeur au Département d’informatique, Louis Martin, des coprésidents de l’Association internationale du logiciel libre Hugues Sibille et Léopold Beaulieu, de la directrice générale de la Fondation de l’UQAM, Diane Veilleux et de nombreux invités.

Le recteur Claude Corbo a tenu à remercier chaleureusement les donateurs et s’est réjoui « de la concordance entre la mission de la Chaire et celle de l’UQAM tant par la nature des connaissances qu’elle met en œuvre que par la portée sociétale qu’elle vise ».

Les deux représentants des donateurs, Hugues Sibille, directeur général délégué du Crédit coopératif, et Léopold Beaulieu, président-directeur général de Fondaction CSN, ont pour leur part souligné que « les membres de l’Association internationale du logiciel libre éprouvent la même inquiétude quant à la menace que fait peser sur l’humanité la privatisation accrue et le caractère hermétique des processus et des produits de la création intellectuelle. Les travaux de la Chaire vont justement permettre le développement de systèmes d’information adaptés aux exigences de la finance socialement responsable et aux caractéristiques des institutions financières d’économie sociale et solidaire. Il s’agit d’un enjeu essentiel de leur libre détermination et de leur capacité à travailler en réseau. »

Le texte de présentation repris du site de l’UQAM

La Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire est une chaire de recherches multidisciplinaire fermement ancrée dans des applications concrètes et en interaction avec son milieu.

La mission de la Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire demande la création de deux entités :

  • Le lancement et l’incubation d’un projet « libre » visant à développer de façon progressive une famille complète de logiciels dédiés aux services financiers solidaires. Ce projet « libre » servira de laboratoire in situ pour les activités de recherches de la chaire.
  • Une chaire de recherches portant sur les multiples facettes du développement du logiciel libre applicatif, sur sa diffusion, sur son adoption et sur son évolution dans un cadre multidisciplinaire et international.

La Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire s’appuie sur des compétences institutionnelles acquises par les ressources impliquées au cours des dernières années dans des projets et des activités de recherches tels que SWEBOK (Guide to the Software Engineering Body of Knowledge – SWEBOK [BW-13]) et le LATECE (Laboratoire de Recherches en Technologie du Commerce Électronique – LATECE [BW-8]). Elle demandera de plus une implication de plusieurs autres départements de l’université pour résoudre les défis systémiques posés par la problématique envisagée (gestion, finance, comptabilité, droit, etc.).

La Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire s’inscrit dans un courant mondial où le logiciel libre est vu comme un levier pour aider les pays en développement. Des organismes tels la CNUCED et l’ONU ont fait du logiciel libre un élément important de leur stratégie. D’ailleurs la CNUCED a fait connaître explicitement son intérêt pour la Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire par la voix de son Secrétaire général le Dr. Supachai Panitchpakdi.

La Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire, par sa mission même, s’inscrit très bien dans la mission de l’UQAM par la nature des connaissances qu’elle met en oeuvre et par la portée sociétale qu’elle vise.

La Chaire de Logiciel libre, Finance sociale et solidaire

Regroupant des chercheurs de différentes disciplines, la Chaire de logiciel libre, Finance sociale et solidaire s’est donnée une double mission. D’une part, elle mènera des recherches centrées sur le développement de logiciels libres, c’est-à-dire disponibles à tous sans frais, pour les acteurs de la finance socialement responsable ainsi que de l’économie sociale et solidaire. D’autre part, elle commencera un projet « libre » majeur visant la création d’une famille de logiciels pour ce secteur d’activité tant au Québec qu’à l’échelle internationale.

L’Université du Québec à Montréal

L’UQAM est une université publique de langue française au rayonnement international. Dynamique et novatrice, elle se démarque dans plusieurs pôles d’excellence, dont les arts et le multimédia, les aspects psychosociaux de la santé, les communications, les sciences de l’environnement, les sciences cognitives, les sciences économiques, les études internationales, les lettres et la formation des maîtres. L’UQAM propose plus de 300 programmes aux trois cycles d’études. La qualité de ses programmes, sa recherche axée sur les préoccupations sociales et ses innovations en création contribuent à bâtir sa renommée. L’UQAM est active dans les circuits universitaires de soccer, de basketball, de ski alpin, de badminton et de golf. À ce jour, elle a déjà remporté une quinzaine de titres universitaires québécois dans ces disciplines.

Source : Claire Bouchard, conseillère en relations de presse

Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications

Tél. : (514) 987-3000, poste 2248
bouchard.claire@uqam.ca

Posté le 31 janvier 2009

licence de l’article : Contacter l’auteur