@ Brest

Relier et partager autour du web

Pays de Brest et NTIC

Réunion n°2, le 28 septembre 2001

Compte rendu de la réunion

Présents
- Ville de Brest et Communauté Urbaine
Michel Briand ; adjoint au maire de la ville de Brest chargé des N.T.I.C.

Janine Cessou, gestion des écoles
Gabriele Kubler, organisation
Claude Carnot, communication
Monique Montanari - démocratie locale, citoyenneté et nouvelles technologies
- Guilers : Michel Billet, conseiller municipal
- Brélès : Pascal Bleuze
- Irvillac : Patrick Le Hénaff, adjoint au maire
- Lanildut : Jean-Noël Briant,Marie-Pierre Bellot, adjoints au maire
- Lanrivoaré : Jean Simon, adjoint au maire, Patrick Caugan, conseiller municipal
- La Roche Maurice : Martine Roulleau, Adjoint
et Jean Marc Jézéquel, animateur cybercommune
- Le Conquet : Jean Xavier, adjoint au maire
et Bruno Bergot, animateur multimédia
- Le Relecq Kerhuon : Marion Le Pache, adjoint au maire
- Loperhet : Maryvonne Troël, adjoint au maire
- Plabennec : Line Meode, Adjoint au Maire
- Plouarzel : Marie Catherine Mouchot, conseiller municipal
- Plougastel Daoulas : Régis Pichon, conseiller municipal
- Plougonvelin : François Créach, animateur multimédia
- Plouguin : Jean-Claude Talarmain, adjoint au maire
- Plourin : Albert Le Gall, conseiller municipal
- Plouvien : Yvon Richard, adjoint au maire
- Plouzané : Yves Du Buit, adjoint au maire
- Porspoder : Bernard Collobert, adjoint au maire
Excusés
- Pierre Maille, vice-président à la Communauté Urbaine de Brest chargé du Pays de Brest,
- Michel Le Goff, Conseiller Général délégué aux NTIC,
- Messieurs les maires de Guissény, Landéda, Roscanvel, Landerneau.

Introduction
Michel Briand remercie les participants d’être présents nombreux un vendredi à 17h30 et excuse Pierre Maille et Michel le Goff retenus par d’autres réunions.
Monique Montanari excuse également les maires de Guissény, Landéda, Roscanvel, Landerneau.
Depuis la dernière réunion des commissions du Pays de Brest ont été mises en place. Il paraît souhaitable que cette initiative de coopération qui répond à un besoin, vu le nombre de participants, soit rattachée au travail global de l’association du pays de Brest.
Mais l’axe TIC concerne partiellement plusieurs thèmes de commissions. Nous pouvons interroger le bureau et proposer par exemple le fonctionnement en groupe de travail transversal qui rendrait compte de propositions aux commissions.
Michel Le Goff, vice-président du conseil général, délégué au NTIC souhaite être associé à la démarche. Une réunion, cet été, a permis de lui présenter la démarche et l’approche par pays et la dynamique de coopération vont dans le sens souhaité par le conseil général.

Les sites des collectivités
Michel Briand propose de commencer la discussion sur la question des sites des communes et leur mise en réseau dans un portail (communautés de communes, Pays de Brest).

Tour de table :

Le tour de table nous apprend que sur les communes présentes, onze ont un site WEB.
Les questions qui reviennent fréquemment sont les suivantes :
Comment développe-t-on un site Web ?
Comment faire vivre un site ?
Comment réaliser le référencement ?
Doit-on faire réaliser le site par un professionnel, un étudiant ?
Un site, pour quoi faire ? pour quels besoins ?
Jusqu’où peut-on aller ?
Quel nom de domaine ?
Quelles interactivités ?
Quelles sont les aides pour un site WEB ?
Comment sensibiliser les élus ?
Quel nom de domaine ?
Claude Carnot (« webmaster » ou maître toilier comme disent les Québécois de la ville de Brest et la Cub) : En .fr il existe des noms de domaines réservés pour les institutions tels que "mairie-nomcommune.fr" ou "ville-nomcommune.fr", qui a une connotation plus large. Ce sont ces noms qu’il faut privilégier. Les points com, net, org etc… ne sont pas adaptés aux collectivités locales. A éviter également les hébergements en sous domaines du type "persowanadoo.fr/nom _de_ville".
Le prix est en diminution. Aujourd’hui moins de 2000 F.

Michel Briand propose de faire un point sur l’état des lieux dans le Finistère et de le diffuser aux communes pour que chacun puisse se faire une idée de la situation et s’en servir pour éclairer son choix.
Les communes qui le souhaitent peuvent trouver des précisions sur la démarche précise à effectuer sur le site de Association Française pour le Nommage Internet en Coopération-http://www.nic.fr/.
Outils d’échange

Plus tard dans la réunion la proposition a été faîte d’outils de travail à distance pour le groupe. Dans un premier temps on peut mettre en place une liste de discussion et un espace sur le web. Ultérieurement on peut imaginer un site web rassemblant les informations utiles dans le cadre du projet de portail par exemple.
Ces notes pourraient alors être mises à disposition sur cet espace.

Fait-on appel à un professionnel pour créer un site WEB ?
Claude Carnot :
 Une première solution est de le réaliser soi-même
- avec les éditeurs de site comme FrontPage, dreamweaver…
- ou des outils de seconde génération qui facilitent le travail et exigent moins de compétences HTLM pour personnaliser un site à partir de modèles pré-définis. Aujourd’hui des sociétés développent des modèles de sites basés sur les fonctionnalités courantes demandées par les communes. L’organisation est standard, mais le contenu est spécifique à chaque commune. La réalisation du site (hors préparation de toute la "matière première" se fait en une ½ journée. Le coût de ces outils est d’environ 30 à 40 000 F. Une présentation doit être réalisée pour les communes de la CUB courant octobre.
 Une seconde solution est de s’adresser à un professionnel afin de réaliser le site. Mais attention, il faut savoir éviter une trop grande dépendance du prestataire. Il faut donc au moment de la négociation s’intéresser à la manière de faire vivre son site soi-même et prévoir les transferts de compétence qui vous donneront une autonomie suffisante pour la gestion du site.
Michel Briand indique que les solutions de pages-types proposées un temps par quelques sociétés aux communes du Finistère sont une version qui lui paraît dépassée : elles permettent une présence à minima de la commune sur le site, mais sont inadaptés à un site vivant avec de l’information mise à jour sur la vie de la commune.
Michel Briand propose d’organiser une présentation des solutions 1 et 2 (éditeur, modèle-type) pour les communes. Claude Carnot a en charge son organisation et proposera une date (on utilisera la liste de discussion pour faire circuler l’information en complément d’un courrier classique pour toucher les communes non présentes aujourd’hui)
 A la ville de Brest, l’équipe se compose d’un contractuel, Claude Carnot et de 3 personnes recrutées sous statut emploi-jeunes. Actuellement dans 90 % des cas, ce sont les services de communication des communes qui pilotent les sites Web, 10 % sont suivis par le service informatique.

Michel Briand ajoute qu’il y a aussi des rédacteurs associés dans certains services (démocratie locale, bibliothèques, CCAS ..). La question se pose de plus en plus d’une rédaction à partir des services pour fournir de l’information de proximité.
Quels services peut rendre un site Web ?
Tout dépend de l’approche. Soit le WEB s’adresse au domaine associatif ou alors s’adresse à une population qui attend des informations de base. C’est souvent le cas pour les informations fournies par les mairies. Il est vrai qu’il n’existe pas, dans ce domaine, beaucoup de sites très originaux.

Michel Briand précise que l’évolution générale est de passer de sites « plaquette » qui vantent les avantages de la commune, ses attraits touristiques à des sites orientés information, services aux habitants, davantage en prise avec de l’information de proximité, l’actualité et plus ouverts (associations, journaux locaux ..).
Comment faire vivre son site ? Quelle interactivité ?
Pour l’instant sur Brest les expériences de forum ont montré que cela ne bouleversait pas les choses.
Il est difficile de faire vivre un forum permanent comme celui du groupe de travail citoyenneté et nouvelles technologies.
Le bilan est plus partagé en ce qui concerne le forum sur le changement de sens de circulation au centre ville : 80 personnes y ont écrit. C’est à la fois beaucoup par rapport à d’autres forums de débat au niveau national et peu par rapport au nombre de personnes concernées.
Claude Carnot, qui a mis en place ce forum signale toutefois qu’il y a eu des interventions intéressantes dans ce forum et que le nombre modeste de contributeurs ne doit pas faire oublier les lecteurs qui ont été nombreux. La règle établie à Brest est que la décision d’ouvrir un forum relève de la délégation de l’élu concerné.

Un animateur cybercommune de Plougonvelin indique qu’un forum a été mis en place mais les élus sont réservés sur l’approche "questions-réponses".
Formation à la rédaction de cahier des charges
Pour répondre à la demande exprimée par plusieurs élus concernant la définition du site web, Michel Briand fait la proposition de mutualiser les besoins en organisant une formation commune sur la rédaction d’un cahier des charges. Claude Carnot, après la réunion consacrée aux outils, est chargé de faire une proposition de contenu, d’intervenant et de dates.
Le conseil général sera sollicité pour être associé à cette démarche de travail en commun. La question d’un budget pour accompagner ces initiatives sera posée (bureau Pays de Brest, Conseil Général).
2) Les écoles
Cette question de l’équipement des écoles, de leur connexion à Internet ayant été évoqué, comme l’une des préoccupations immédiates des communes, un premier échange est fait sur la question pour des propositions de travail ultérieures.
A Brest, les 36 écoles publiques sont câblées et reliées à Internet avec ADSL. L’accès au forfait permis par Internet (on ne paie plus à la durée de la communication), la connexion de tout un réseau local (permis par le débit plus élevé), la baisse de l’abonnement (3 600 F par an) font l’intérêt de cette solution pour les établissements scolaires, (mais aussi pour d’autres lieux où sont utilisés de façon fréquente plusieurs ordinateurs reliés à Internet comme les salles multimédia, les mairies, ….
L’opération s’est déroulée sur 3 ans à coût réduit, grâce à une coopération entre les services bâtiments de la ville qui assurent la maîtrise d’ouvrage, le service informatique et télecom garant des solutions technologiques et le CDDP (centre départemental de documentation pédagogique) qui assure la réalisation avec une personne sous statut emploi- jeune prise en charge par la ville. Le coût est d’environ 10 000 F par école.
Il serait possible de réfléchir à un dispositif analogue pour les communes si elles en exprimaient le besoin, en posant la question de qui assure le suivi réalisé par la ville et la Cub pour la réalisation sur Brest.
Michel Briand indique qu’un contact a eu lieu avec France Télécoms pour connaître le calendrier de l’accès ADSL dans la CUB et sur le pays de Brest.. L’ADSL devrait couvrir toute la CUB pour la fin de l’année et les chefs lieux de canton courant 2002. Mais visiblement il y a une marge de discussion possible, France Télécoms pouvant aller plus ou moins vite selon la dynamique locale. Michel Briand a proposé à France télécoms de présenter aux communes l’ADSL et les différents services de connexion à Internet ainsi que le calendrier prévisionnel lors d’une réunion avec le responsable régional du déploiement ADSL. Les participants approuvent cette proposition.
Michel Briand informe les personnes d’une présentation le mercredi 10 octobre de la solution de gestion de réseau développée par ABUL (Association Bordelaise des utilisateurs du libre) déployée dans l’Académie de Bordeaux. Les établissements scolaires et les cybercentres intéressés sont invités à cette présentation organisée par le CDDP et la ville de Brest.
Une information est également faite sur les entretiens scientifiques de Brest les 19 et 20 octobre.

Prochaine rencontre
Suite à une proposition émise dans la salle, la prochaine rencontre portera sur l’accès public Internet et l’animation des centres multimédia en invitant à la réunion outre les élus les animateurs des centres d’accès publics de Brest et du Pays de Brest.
La date retenue est celle du vendredi 16 novembre a 17h30.
Rappel des propositions
- Claude Carnot organise ½ journée de formation pour la réalisation d’un cahier des charges
- Claude Carnot organise ½ journée pour la présentation des outils de création de site Web (éditeur versus modèle type)
- Monique Montanari, en liaison avec le Conseil Général fait le point sur les noms retenus par les communes dans le finistère.
- Michel Briand et Gabriele Kubler organisent une réunion d’nformation sur l’ADSL dans le pays de Brest avec France télécom.
- Claude Carnot fait une note sur le dépôt de noms de domaine.
- Claude Carnot et Gabriele Kubler ouvrent une liste de discussion pour le groupe.
- Michel Briand fait la proposition que ce groupe de travail soit associé aux commissions du pays de Brest.

PROCHAINE REUNION LE VENDREDI 16 NOVEMBRE A 17H30

A LA COMMUNAUTE URBAINE

Posté le 3 juin 2002 par F. Morvan, Michel Briand
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Class photo
par theirhistory
Creative Commons BY-NC-SA