Avis de soutenance de thèse de Catherine LEJEALLE vendredi 22 juin 2007 à 14h - Sorbonne - Amphi Durkheim

Les usages du jeu sur le téléphone portable : une mobilisation dynamique des formes de sociabilité

S’il reprend les usages de jeux usuels, le mobile est un support de jeu transportable, toujours disponible avec soi, qui permet des usages dans des contextes inédits, comme les lieux de transit. Le jeu n’est plus une activité spatialement et temporellement séparée car elle peut se superposer aux autres. Des normes d’usages se mettent en place pour gérer la présence des tiers et la mobilité afin de concilier l’individuel et le collectif, c’est à dire jeu en solo et lien social.
Le jeu sur le mobile induit trois formes de sociabilité :
la première, chaude, correspond à un usage collectif en présence. Centrée autour du partage d’un repas ou de la narration, cette activité dédiée autorise la négociation et la triche. Les modalités du mode collectif dépendent du statut du partenaire : coopération avec le conjoint, compétition entre frères, usage didactique avec les enfants.
La seconde, correspond à une sociabilité tiède, d’usage collectif à distance. L’activité dédiée, se pratique parfois avec des inconnus. Des dispositifs annexes (tchat, webcam, messagerie instantanée) favorisent la proximité affective.
La troisième aboutit à une sociabilité froide, du jeu en solo, en superposition avec d’autres activités. Elle se décline en deux contextes. Le premier, d’une durée brève, dans les lieux de transit ou les salles d’attente, demande des jeux prêts à l’emploi, formatés pour durer cinq minutes, que l’on peut démarrer rapidement. Choisir des jeux connus évite d’avoir à lire et à comprendre de nouvelles règles. L’autre contexte concerne les lieux postés, pour des durées longues. Pour renouveler l’intérêt et prolonger la session, il faut des jeux des mille et une nuits, dont la distribution change à chaque partie ou qui permettent d’acquérir des connaissances ou de gagner de l’argent. L’arrivée ou le départ d’un joueur, selon qu’il soit co-présent ou à distance permet, en conservant un support, un jeu et un joueur donnés, de passer dynamiquement de l’une à l’autre.

Posté le 21 juin 2007 par Valérie Picolo

©© a-brest, article sous licence creative common info