Développement de l’éducation à l’Image pour tous à Brest

Association Côte Ouest
Festival Européen du Film Court de Brest
BP 31247 - 1 rue Boussingault
29 212 Brest Cedex 1
T : 02 98 44 03 94
F : 02 98 80 25 24
E-mail : brestfestival@filmcourt.fr
Web : www.filmcourt.fr

Montant du soutien demandé : 800 ¤

Montant total du projet : 1420 ¤

Responsable du projet :

Audrey Losque
Association Côte Ouest
BP 31247 - 1 rue Boussingault
29 212 Brest Cedex 1
T : 02 98 44 03 94
F : 02 98 80 25 24
e-mail : audrey.losque@filmcourt.fr

Présentation de l’organisme porteur du projet :

L’association Côte Ouest a pour vocation la promotion du cinéma de court métrage en Bretagne. Elle favorise la diffusion du film court sur Brest et sa région, tout au long de l’année, et organise le Festival Européen du Film Court de Brest : manifestation d’ampleur européenne qui a lieu chaque année en novembre. La 21ème édition du Festival aura lieu du 11 au 19 novembre 2006.

En relation étroite avec les acteurs socio-culturels de la ville de Brest, Côte Ouest intervient toute l’année auprès de publics diversifiés, et surtout auprès des jeunes en milieu scolaire et hors–scolaire pour les sensibiliser au cinéma et en particulier au court métrage. L’association Côte Ouest coordonne le dispositif Cinéville - Un été au Ciné à Brest, en partenariat avec la Ville de Brest qui le finance en grande partie. Côte Ouest développe un travail d’éducation à l’image tout au long de l’année en proposant des ateliers d’écriture de scénario ou de réalisation de films ainsi que des programmes thématiques suivis de discussions avec des professionnels du cinéma. Ces actions s’adressent non seulement aux structures socio-culturelles de la ville mais aussi aux publics ayant des difficultés d’accès aux pratiques culturelles. L’association est aussi impliquée au travers d’actions d’Education à l’Image dans des réseaux européens, ce qui l’a mené à organiser deux échanges de jeunes, dans le cadre du programme "Jeunesse pour l’Europe" de la Commission européenne, en novembre 2001, 2003 et 2006. Depuis le début de l’année 2006, le concours de scénario Estran, ouvert aux jeunes bretons de 18 à 35 ans, organisé par Côte Ouest développe le secteur formation. Deux formations ont été mises en place, l’une sur l’écriture et l’autre sur la réalisation, au cours desquelles des professionnels dispensent leur savoir et leurs compétences techniques à de jeunes auteurs-réalisateurs locaux. Le festival est aussi l’occasion pour nous d’ouvrir le cinéma à d’autres publics, notamment aux personnes handicapées en proposant des séances de cinéma traduites en Langue des Signes Françaises pour adultes et enfants sourds et des séances "audio-décrites" pour les personnes non ou mal voyantes.

L’association Côte Ouest comprend une soixantaine d’adhérents, auxquels se joignent pendant le Festival environ 200 bénévoles et plusieurs salariés sur des postes tels que : régie, graphiste, projectionniste… A l’année, ce sont 6 salariés permanents qui travaillent à l’association en collaboration avec son Conseil d’Administration.

Partenaires du projet :

Les partenaires financiers du projet sont : - le Service Culture de la Ville de Brest

  • le DSU - Contrat de Ville de Brest
  • la DRAC Bretagne
  • la CAF
    Les partenaires sociaux :
  • la MPT du Valy-Hir - le Groupe de Prévention Don Bosco
  • la MJC de l’Harteloire - le GPAS
  • le centre social de Kérourien - le CLSH de Kerargaouyat
  • le Foyer Laique St Marc - le Centre social de Bellevue
  • la MPT du Guelmeur - la Maison d’Arrêt de Brest
  • le PL Bergot

Les écoles maternelles, primaires, collèges et lycées de Brest

Synthèse du projet décrivant les actions envisagées et les étapes éventuelles

Cadre général du projet :

Le projet d’éducation à l’image de l’association Côte Ouest se développe depuis une dizaine d’années à Brest sous forme de multiples et diverses actions de sensibilisation au cinéma. Ces projets s’inscrivent tous dans une volonté d’ouvrir le regard sur la culture cinématographique et de développer l’expression artistique du public brestois.
L’association accompagne et soutient ainsi les personnes et les associations dans leurs projets, par exemple en proposant un intervenant professionnel, en donnant des conseils techniques ou en mettant des films à disposition sur la thématique choisie.

Nous essayons par ailleurs de faire participer à chaque projet un groupe issu de deux ou trois structures de quartiers afin de créer un mélange des savoirs et un véritable échange. En provoquant des rencontres entre des jeunes de différents quartiers de Brest qui ne baignent pas dans le même contexte économique, social, familial, nous essayons de dynamiser le lien social autour d’un projet cinématographique commun.
En aidant les uns et les autres à analyser l’image ensemble puis à s’exprimer au travers des pratiques cinématographiques, nous souhaitons développer et faire se rencontrer les richesses des personnes et des associations qui participent.

En 2001, le Service Culture de la Ville de Brest nous a aidé à financer une unité technique comprenant du matériel de tournage, et de son.
En 2005, l’association Côte Ouest a investi pour acquérir une unité de montage financée par les diverses actions d’éducation à l’image menées depuis lors.
Dans le cadre du développement de nos actions d’éducation à l’image, notre volonté est d’élargir notre champ d’actions tant en terme de publics touchés que de diversification des propositions. Pour cela, nous devons aussi faire évoluer notre matériel de tournage qui a circulé depuis 2001 sur plus d’une quarantaine d’ateliers et a donc vieilli et est devenu obsolète. Dans la perspective du développement de nos actions d’éducation à l’image et de l’ouverture à de nouveaux publics et projets, il est indispensable d’investir dans du matériel de tournage sous la forme d’un caméscope Mini-DV HDV Sony et d’un microphone externe de qualité.

Actions envisagées et étapes de réalisation :

Les projets d’éducation à l’image de l’association ont une visée pédagogique que ce soit sur l’analyse de l’image ou sur la pratique de l’outil cinématographique.
Tout d’abord, la rencontre avec les acteurs locaux permet de mettre en forme le projet (cheminement, objectifs) après identification des besoins des publics et une analyse des éléments du contexte brestois.
Ensuite, nous prenons un premier rendez-vous de discussion-rencontre avec le public de l’atelier afin de mieux cerner ses attentes et de décider de la tournure du projet ensemble, ainsi le rôle du public est déterminant dans la structure même de l’atelier. Les jeunes participants deviennent alors réellement porteurs de leur projet.
Par la suite, nous choisissons l’intervenant professionnel de l’image correspondant le mieux au projet sachant que la rencontre avec la création cinématographique, audiovisuelle et multimédia y est transversale. Les techniques de cinéma abordées peuvent être multiples telles que l’animation, le documentaire, la fiction, la pixillation, le clip…

Pour chaque projet, l’intervenant aborde avec les participants au projet une technique de cinéma qu’il pratique à titre professionnel comme réalisateur, chef opérateur, scénariste, plasticien…
Quelques rendez-vous préalables sont pris avec le groupe et l’intervenant pour visionner des films courts ou extraits de long, en discuter, échanger sur le cinéma, puis écrire un scénario, faire un découpage technique, préparer un planning de tournage…
Ces rendez-vous sont suivis d’une période intensive de 4 à 5 jours environ pour tourner le film, et commencer le montage final.
Suite à ce temps fort, tout le groupe est convié au visionnage du film tout d’abord en petit comité puis en Mairie ou dans les structures porteuses du projet et selon la qualité du projet face au public du Festival Européen du Film Court de Brest ou avant les séances de cinéma en plein air de l’été. Ces diffusions à différents niveaux sont le point final de tous les projets qui permettent aux participants de présenter leur travail eux-même et sont des moment privilégiés de valorisation des jeunes et de leur projet.

Les objectifs du projet et les publics visés :

  • Aider le public à mieux se situer vis-à-vis de l’image (cinéma, télévision, médias, jeux vidéos…) dans son environnement personnel.
    L’éducation à l’image est une éducation au regard à partir de la diffusion des œuvres et à partir de la confrontation au processus de création d’une œuvre : le voir et le faire.
    Pour cela, la mise en contact avec des artistes lors d’ateliers de pratique audiovisuelle est indispensable. Lors de ces ateliers, un intervenant ayant une pratique concrète fait le lien entre le visionnage d’œuvres diffusées en salle, organise des phases d’analyses d’images cinématographiques et multimédia avant d’entrer en phase d’écriture et de réalisation.
  • Contribuer à la formation et à la qualification des partenaires relais sur le terrain.
    Pour mener à bien les actions destinées aux publics visés et leurs relais, il est nécessaire que les partenaires et les personnes en lien direct avec les publics maîtrisent les enjeux culturels et sociaux de l’action et soient sensibilisés à l’impact des images sur le public.
    C’est pourquoi des actions de formation leur sont proposées sous formes de rencontres, interventions, d’échanges sur la dimension artistique et éducative du cinéma, l’approche des publics…
  • Promouvoir les projets destinés à faire apparaître la diversité culturelle de la société afin de lutter contre les discriminations sociales et culturelles.
    En favorisant l’expression et l’échange au travers de l’image, il s’agit de faire émerger une parole par laquelle on peut transmettre ou ré-interroger des valeurs, faire se rencontrer des publics en proposant entre autres :
  • Des ateliers tournés vers la thématique de la diversité culturelle ou sur la mémoire
  • Des rencontres avec des artistes issus d’autres cultures
  • Des préparations de visionnage de films puis des échanges sur ce même film avec le réalisateur
  • Des ateliers ou échanges reliant des détenus à d’autres publics, tels des jeunes lycéens
  • Créer et développer du lien social au sein des territoires où se déroulent les actions.
    Procurer plaisir et émotion, tout en privilégiant l’implication des publics, l’intergénérationnel ainsi que la mixité des publics dans l’acte d’être ensemble par la diffusion d’un film d’atelier, auprès des habitants de quartier, en salle ou en plein air en avant programme d’un film choisi ensemble, est l’occasion d’une rencontre conviviale.
  • Proposer une offre cinématographique différente de celle relayée habituellement par les médias et les industries culturelles.
    Faire découvrir des films, davantage de films d’auteurs ou de documentaires par exemple, diffusés en salle ou en plein air, lors de manifestations cinématographiques ou sur le lieu d’accueil (centre de détention, hôpitaux…).
    La découverte de ses œuvres doit être accompagnée en amont et en aval de la rencontre :
  • présenter le film avant la séance en donnant quelques éléments clés
  • organiser des discussions à l’issue des projections
  • une incitation tarifaire peut accompagner les séances sur certains films d’auteur
  • participer à des festivals, découvrir des cinématographies méconnues et des films inédits
  • rencontrer et échanger avec des réalisateurs de fictions, de documentaires utilisant diverses techniques…
  • Les publics
    Une éducation à l’image pour tous à Brest implique le fait que ce projet s’adresse en priorité aux publics ayant des difficultés d’accès aux pratiques cinématographiques dans un environnement scolaire ou non :
  • Les jeunes en exclusion sociale et culturelle
  • Les personnes incarcérées en milieu ouvert ou fermé ou sous main de justice
  • Les personnes hospitalisées
  • Les adultes en difficulté sociale

Afin de mieux repérer et toucher les publics, le partenariat sera privilégié avec leurs relais :

  • Associations de quartier
  • Centres sociaux - culturels
  • Milieu scolaire
  • Réseau Loisirs Jeunes
  • Conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Animateurs du projet :

Violaine Guilloux : permanente de l’association Côte Ouest, membre de la direction artistique collégiale, en charge du secteur Jeune Public

Audrey Losque : salariée de l’association Côte Ouest, intervenante secteur Jeune Public

Budget prévisionnel du projet “ Education à l’image pour tous à Brest ” :


DEPENSES

Caméscope Mini DV Sony HDR HC3 1300 ¤
Microphone Sony 120 ¤
TOTAL 1420 ¤

RECETTES

Fonds Côte Ouest 340
Subvention Service Culture - Dispositif Cinéville 280
Subvention Service Démocratie Locale - Appel à projet 800
TOTAL 1420 ¤
Posté le 6 décembre 2006 par F. Morvan

©© a-brest, article sous licence creative common info