Mardi 18 juin 2002, à 19 heures à l’ENSCI

Logiciels libres d’écriture coopératives :

quels usages, pour quels besoins ?

Entrée libre
Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle
48 rue St Sabin ; Métro : Bréguet Sabin.

Avec, pour l’instant, la participation de :

Bidouiller un petit site web associatif, le tenir régulièrement à jour,
était jusqu¹à présent un exercice certes relativement aisé mais nécessitant
néanmoins quelques pré-recquis minimum qu¹il était parfois fastidieux pour
un simple militant, d¹acquérir.

Ce type de bricolage favorisait l¹initiative individuelle d¹informaticiens
ou de graphistes au détriment de l¹appropriation collective des processus
publication sur Internet et c’est probablement la raison pour laquelle,
nombre de militants se sont "repliés" sur le courrier électronique et les
listes de diffusion. La multiplication de ces listes dans la fin des années
90 produit aujourd¹hui un effet de seuil : le nombre de messages postés sur
certaines listes devient pour beaucoup ingérable et l’enjeu aujourd¹hui,
pour de nombreuses associations, serait plutôt de sélectionner, de trier et
de hiérarchiser l¹information, moins dans une logique de forum que dans une
démarche de publication.
Avec l¹apparition de PHP (Hypertext Preprocessor), langage de script
permettant de concevoir rapidement des sites web aux pages dynamiques , se
sont multipliées depuis quelques années des applications « clés en main »,
orientées vers la création de sites structurés comme des outils de travail
collaboratif en réseau : les CMS, Content Mangement System, Système de
gestion de contenu.

À partir d¹une simple interface web, chacun peut apporter sa propre
contribution à l¹actualisation d¹un site (par copier/collé depuis un
logiciel de traitement de texte par exemple).
De nombreux sites ont déjà recours à cette technologie : Act Up, Le Monde
Diplomatique, Samizdat, Da Linux French Page, Indymédia... et I3C ! PhpNuke
est probablement le script le plus répandu au niveau international même si
apparaissent aujourd’hui de nouvelles applications comme ActionApps, créé
par l’organisation APC ou Zope.
Ce phénomène n’échappe pas à la France où on peut citer SPIP et AttilaPhp.

S¹inscrivant dans cette longue tradition de pensée qui associe la
communication et la création d¹espaces publics communicationnels à la notion
de démocratie, certains concepteurs de ces applications, techniciens par
essence, tentent de prolonger cette utopie techniciste. Un des aspects
particulièrement intéressant de ce phénomène est que ces scripts possèdent
des caractéristiques très différentes dont on peut supposer par hypothèse
qu¹elles se réfèrent aussi à des conceptions très différentes du débat
démocratique : tel script possèdera ou pas de forum ou d¹espace de travail
sécurisé, tel autre privilégiera la syndication de site ou la syndication de
contenu, un troisième fonctionnera sur une logique modérée, un autre pas. Il
conviendra donc de tenter de comprendre quelle conception de la publication
sur le Net et donc, d¹un certain point de vue, quelle conception de la
démocratie tentent de promouvoir ces informaticiens qui tentent d¹émanciper
l¹outil de la maîtrise technique.

Pour prendre le temps à la fois de mieux comprendre le fonctionnement de ces
différents outils, de décrypter les enjeux qui se cachent derrière ces
applications, mais aussi de mesurer leur capacité à répondre aux besoins des
associations, I3C, en partenariat avec la FING, vous propose de nous
retrouver le mardi 18 juin 2002, à 19 heures à l’ENSCI - Ecole nationale
supérieure de création industrielle <www.ensci.com> ; 48 rue St Sabin ; métro
 : bréguet sabin.
Entrée libre.

Olivier Blondeau,
pour I3C

Pour des questions de place, merci de nous dire si vous pensez venir par un
mail à info@i3C-asso.org

Posté le 27 mai 2002 par Michel Briand

©© a-brest, article sous licence creative common info