@ Brest

Relier et partager autour du web

Interview de Florian Schmitt développeur d’outils « facilitant la coopération », d’Outils réseaux aux Colibris

Après 10 ans de travail dans l’association Outils réseaux, au croisement de l’éducation à l’environnement et d’outils libres facilitant le fonctionnement en réseau tels que Yeswiki, Florian rejoint le mouvement Colibris et met en œuvre le projet Colibris Outils Libres, un ensemble de services libres à la disposition des acteurs de la transition.

Depuis le Forum des Usages Collaboratifs de Brest, il nous raconte son « histoire de coopération »

Bonjour Florian est-ce que tu pourrais te présenter ?

Florian Schmitt, je travaille aux Colibris [1] en tant qu’informaticien. J’y développe une collection de services libres pour réaliser vos projets, en toute liberté et autonomie, sans exploitation de vos données personnelles, et le tout sur des serveurs à énergie verte !

Je suis aussi co-créateur et principal mainteneur d’un wiki qui s’appelle Yeswikii [2], un logiciel libre qui en plus d’avoir les fonctions classiques d’un wiki (édition facile, gestion de l’historique), a aussi des fonctions de base de données et de visualisation des données.



Bandeaude la page d’accueil de la documentation

Est-ce que tu pourrais te définir en quelques mots clés ?

Aventurier, joyeux, libre et amoureux !

Qu’est-ce qui fait que dans ta vie, dans ton expérience professionnelle, tu es passé du côté de la coopération ?

C’est vraiment la question du sens. J’ai l’impression que la société moderne va mal parce que beaucoup de gens ne sont pas heureux. Même quand ils ont du travail, ils ne comprennent pas qu’elle est la finalité de leur travail, le sens de leur vie. Pourquoi on naît, on travaille toute notre vie pour à la fin disparaître sans avoir fait quelque chose qui puisse nous stimuler plus que cela ? En fait, ce qui m’intéresse dans la coopération, c’est que déjà, c’est quelque chose qui est inné dans le fonctionnement de la nature et de l’humain. Et bien que le système nous ait poussés un peu à l’oublier, naturellement, on a envie de faire des choses à plusieurs, d’avancer, de prendre soin les uns des autres..

Est-ce qu’il y a un moment dans ta vie où tu te dis : moi la coopération ça m’intéresse je me retrouve là-dedans ?

J’ai une anecdote qui explique mon déclic. J’ai commencé ma carrière en travaillant dans une banque, et du coup j’étais tout de suite avec un bon salaire, un certain confort de travail, des collègues très sympas et toute une vie d’entreprise très riche. Puis un jour, j’ai eu à réparer un serveur du service des contentieux, c’est un service avec une sécurité maximum où l’on rentre en badgeant. Je répare l’ordinateur et je me rends compte que cet ordinateur, en fait, génère l’impression d’avis d’expulsion ! Et là du coup je me suis vraiment posé des questions : d’un côté dans ma vie tout allait bien, je venais de finir mes études, j’avais un bon boulot, j’avais une place presque à vie et en même temps, la chose que je faisais était à l’encontre de mes valeurs. Cela m’a vraiment fait tilt, malgré tous les avantages, je n’avais pas envie de travailler ainsi.

C’est à partir de là que je me suis orienté vers l’écologie et j’ai travaillé dans un réseau national d’éducation à l’environnement. J’étais en accord avec mes orientations sur l’écologie mais je me retrouvais avec une structure assez lourde, une hiérarchie, du copinage avec les ministères etc ... Cela ne me correspondait pas du tout comme mode de fonctionnement. En tant que technicien, on est toujours « au service de » mais on n’est jamais considéré comme une personne importante. Alors que pour moi dans une société, il faut que chacun puisse partager un certain pouvoir, avoir un minimum de reconnaissance pour ce qu’il fait, qu’importe ce qu’il fait. J’ai eu la chance de pouvoir travailler à ce moment-là avec les gens qui formeront plus tard l’association Outils Réseaux et là, cela a tout de suite bien collé !

Est-ce que tu pourrais présenter un ou deux projets coopératifs qui t’ont un peu marqué ?

Le truc qui m’a sensibilisé au logiciel libre, c’est quand j’ai été formé par David Delon, qui était mon collègue à Outils Réseaux, à installer et administrer des serveurs sur Linux. Je me suis rendu compte que derrière cette distribution Linux qui s’appelle Debian il y avait toute une vision politique : beaucoup d’auto-organisation, une manière d’élire un chef de projet tournant sur une période assez courte, avec un vote Condorcet et toute une méthodologie que je trouvais assez étrange et fascinante, toutes les contributions et programmes des candidats se faisaient en ligne sur un wiki, les gens débattaient, votaient et il y avait une telle horizontalité, une telle transparence ... Cela m’avait vraiment surpris.

Et après j’ai retrouvé ça à l’intérieur de Wikipédia. J’étais premier contributeur de la page éducation à l’environnement et du coup je suis rentré dans le processus : un modérateur était contre le fait que l’on écrive un article sur l’éducation à l’environnement parce qu’il trouvait que c’était trop partisan. J’avais dû retravailler le style pour adopter un ton plus neutre. Puis il y a eu un vote pour délibérer : est-ce que ça valait le coup de laisser cet article ? Le vote a été positif. J’ai trouvé vraiment intéressant tout ce processus. Le fait de toujours pouvoir revenir en arrière, de pouvoir revoir comment ça s’est passé, quelles ont été les discussions, et à quel moment. J’ai trouvé tout cela vraiment incroyable.

Sur les expériences de coopération, j’ai aussi l’impression que l’on peut en avoir de toute petites, toutes simples. On peut aller à un concert, vivre un moment où tout le monde tape des mains ou frissonne en même temps et ressentir ce moment de partage collectif, cette impression de faire parti d’un tout universel.
Le gros projet collaboratif auquel j’ai participé a été de faire parti de l’association Outils Réseaux, une véritable expérience humaine et l’occasion d’être pionnier dans le fonctionnement en réseau et la collaboration, de rencontrer et d’accompagner des structures avec les mêmes valeurs.



Bandeau d’outils réseaux

Est-ce que tu peux nous présenter un petit peu Outils réseaux de ton point de vue ?

Moi qui venais de l’éducation à l’environnement juste avant et qui était plutôt sur le volet technique, je trouve cela utile que la technique ne serve pas qu’à des informaticiens et qu’elle ait une utilisation concrète. Pour moi dans Outils Réseaux ce qui était intéressant c’est qu’il y avait d’un côté des animateurs d’éducation à l’environnement qui avaient des besoins concrets pour les projets de terrain : comment retranscrire les activités des enfants lors des camps l’été, comment documenter des choses qui se passent dans la nature, comment faire des bases de ressources, des bases de données, etc. ; et de l’autre côté des informaticiens qui proposaient des outils qui étaient tellement compliqués qu’il fallait être spécialiste des outils pour pouvoir les utiliser. Et le projet d’Outils réseaux c’était que ces animateurs et ces techniciens se rencontrent, collaborent et fassent des outils conviviaux : faciles à installer, faciles à utiliser, et ouverts pour que ce soit simple de contribuer. Forcément, ce n’étaient pas que les outils mais aussi et surtout les méthodes et les postures qui apportaient cette logique là d’ouverture et qui me semble très intéressantes, efficaces et opérationnelles.

Est-ce que tu pourrais maintenant présenter ton projet aux Colibris ?

C’est drôle parce que nous sommes à Brest, au Forum des usages coopératifs, et que c’est ici, pour l’édition 2016 « Coopérer en transitions » qu’a commencé cette histoire. [3] Il y avait l’association Framasoftqui est un peu leader sur la question des usages du logiciel libre en France et il y avait les Colibris qui sont connus dans le milieu de la transition écologique. Aux Colibris, on se rendait compte que l’on collaborait entre différents groupes dans toute la France mais qu’on était faiblement outillé, ou qu’on n’avait pas les outils en adéquation avec les valeurs (souvent les outils utilisés étaient ceux proposés par les GAFAM). Framasoft était à un moment où ils proposaient leurs premiers services Web et les premières critiques arrivaient pour dire « maintenant vous allez être les Google du libre, vous allez proposer des services libres mais en centralisant toutes les données chez vous »... Du coup ils étaient dans la logique d’ouvrir leur savoir-faire pour que d’autres structures partout en France puissent aussi proposer les mêmes services qu’eux, et de faire un effort de documentation, de mise en lien ; ce projet s’appelle « Chatons  » : Collectifs d’Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires. Au Forum des usages coopératifs, une discussion entre chatons et colibris a eu lieu et il a été décidé que Framasoft accompagnerait techniquement Colibris à mettre en place leurs propres services libres. J’ai donc été embauché dans ce contexte là et j’ai mis en place les serveurs et services, avec des bénévoles des Colibris, afin de proposer des outils équivalents à ceux de Framasoft : c’est le démarrage du projet Colibris outils libres.

Et le projet de carte collaborative « Près de chez nous » ?

Il y a toujours eu des idées de cartographie de toutes les ressources alternatives et cela a toujours été difficile de trouver le plus petit dénominateur commun qui permette à tout le monde d’utiliser le même outil pour cartographier tout cela. Il y avait déjà des outils existants mais qui étaient très difficiles d’accès comme Open Street Map, et on ne pouvait pas demander à du grand public, à des gens qui n’ont pas de connaissances informatiques, d’y participer. Aux Colibris nous avions déjà une carte mais qui était sur Google Map. On avait envie de libérer les données et aussi d’utiliser une technologie libre derrière et on a eu la chance de rencontrer un développeur qui s’appelle Sébastian Castro : il était d’accord pour participer à ce projet bénévolement durant une année et il avait vraiment une vision sur le fait de réaliser une interface intuitive pour que les utilisateurs se retrouvent et que cela soit facile pour eux à utiliser.

« Propulsé au départ par Colibris, LMC et OpenAtlas, Près de chez Nous a pour but de réunir le maximum de structures, afin de construire ensemble la meilleure carte collaborative, écologique et solidaire ! En 2018, la Maif devient partenaires du projet, puis c’est au tour du Printemps de l’éducation de rejoindre l’aventure en transférant leur annuaire sur Près de chez nous ! »

extrait de la page « Qui sommes nous ? » de « Près de chez nous »

Ensuite, on a essayé de la proposer à d’autres, mais il était difficile de se mettre d’accord sur une charte éditoriale commune. On s’est rendu compte que c’était plus simple de faire d’abord un outil où chacun pouvait faire sa propre nomenclature, ses catégorisations de points et d’apporter une vraie plus-value sur l’aspect contributif et collaboratif. Nous avons travaillé sur le système de modération pour que les gens puissent mettre des points sur la carte et que les points qui sont mis par des inconnus soient tout de suite visibles, mais d’abord transparents. Ces points sont ensuite validés par les gens qui les consultent et qui peuvent recommander le lieu ou pas (avec un système de points), selon s’il est en accord avec la charte. On a créé une sorte de réseau de personnes qui dans leur territoire veillent sur les alternatives et plus ils modèrent de points, plus ils acquièrent une certaine réputation sur l’outil et on passe ainsi de simples contributeurs à quelqu’un qui maintient et modère la carte à jour sur sa région.

Au départ on avait 9000 points, quand on est passé sur la nouvelle technologie on en a eu 10 000 et maintenant on en est déjà à 13 000 points en moins d’un an et sans trop en parler !

Enfin, pour faire le lien entre le projet chatons que je décrivais avant et ce projet, nous travaillons cette année sur le projet de rendre la cartographie collaborative Près de chez nous comme un service. N’importe qui pourra ouvrir sa propre carte, ses propres catégories et par exemple recenser tous les centres sociaux ou d’autres lieux de son territoire. Toutes les fonctions de collaboration, de personnalisation et de modération seront disponibles pour toutes et tous.

Est-ce que ces cartes seront reliées ?

Cela fonctionnera avec des systèmes de calques comme on a sur Open Street map. Donc on pourra importer des données d’une autre carte sur sa propre carte et les mettre en superposition.

De plus, entre temps notre technologie a été réutilisée pour la carte Transiscope, qui regroupe les points de différentes sources des alternatives en une seule et même carte. Ils travaillent sur un bus sémantique qui permet de mettre sur une carte des données qui proviennent de sources différentes.

Le principal problème lorsque l’on se met à faire un projet en commun avec d’autres structures c’est qu’il y a des critères éditoriaux qui sont propres chaque structure. Il faut se mettre d’accord : est-ce que l’on considère qu’une supérette qui a un rayon bio a sa place dans une carte des alternatives ? Il y a des curseurs qui ne sont pas les mêmes selon les structures. On se place dans une logique fédérative où chacun peut créer sa propre carte avec sa propre charte éditoriale et ses propres règles et ensuite c’est aux autres cartes à côté de dire est-ce que j’accepte la charte de mon voisin, je récupère les points et je les affiche aussi ou est ce que je fais un travail éditorial pour n’en sélectionner qu’une partie. Il y a des fonctions d’import-export qui permettent de sélectionner les points de telle ou telle catégorie, sur telle zone géographique, on peut préciser les critères pour importer des points. Il y a une fonction qui permet d’exporter les points sur un tableur et de faire aussi un traitement sur le tableur. Le souci de la multiplicité des sources est donc de moins en moins un problème ! On est dans une logique d’archipel où chacun a ses règles sur son île, mais on a des ponts pour faire circuler librement nos données d’une île à l’autre !

Qu’est-ce qui te semble être un frein à la coopération ?

Dans une société qui est un peu en crise, il y a beaucoup de gens qui ne sont pas prêts à s’impliquer dans les transitions. Pour être honnête en tant qu’informaticien je gagne beaucoup moins bien ma vie dans le secteur associatif et alternatif que si je travaillais dans les secteurs classiques, surtout à l’heure actuelle où les compétences en informatique sont très prisées. Il n’y a pas de modèle économique clé en main pour réussir dans la coopération, il est trop tôt pour un nouveau système, et l’ancien ne s’est pas encore tout à fait effondré, et donc beaucoup de gens ne sont pas encore prêts à prendre de risques.

C’est culturel, tout est fait dès l’école, pour nous mettre en compétition, il faut tout repenser pour avoir envie d’être dans une logique autre. Soit on défend son beurre mais on va finir par se taper dessus, soit on essaie de tout faire pour que ça marche bien pour tous en se serrant les coudes !

Et là pour l’instant c’est un peu une histoire de cerveau reptilien, en ne se basant que sur ses pulsions, on a peur de ce qui pourrait se passer et du coup on préfère rester dans sa zone de confort. Aussi, tout le monde n’a pas l’autonomie suffisante pour se lancer.


Et à l’inverse qu’est-ce qui te semble facilitateur pour la coopération ?

Par rapport à la morosité ambiante, et sans non plus aller vers le déni, je pense qu’il faut s’entraîner à avoir des pensées positives : notre cerveau produit des pensées positives plus facilement si on l’entraîne à penser positivement et inversement, si l’on analyse tout de manière négative, on devient plutôt négatif. Une des choses que je trouve vraiment chouette à Colibris c’est que l’on prend soin les uns des autres : on passe beaucoup de temps à remercier les personnes. En fait, c’est du bien-être social d’être à plusieurs dans une forme de bienveillance, de joie. Pour une coopération florissante il faut prendre soin du terreau et ne pas oublier d’arroser quand cela s’assèche !

Aussi, choisir une licence libre, faire du bien communs, participer à des projets dont les résultats nous dépassent. Dans le milieu de l’informatique, c’est assez facile de développer et de fabriquer du bien commun parce que c’est immatériel. Mais de voir la concrétisation d’une carte comme Près de chez nous, alors qu’individuellement, on a renseigné juste quelques points, ou juste contribué au code, mais que cela résulte en une carte de 13000 points, grâce à laquelle on peut voyager partout en France et trouver des alternatives, cela a une véritable utilité sociale et cela donne envie de continuer à contribuer.

Et pour terminer en termes de lecture ou de personnes qui ont pu t’inspirer pour la coopération ?

Mon auteur favori c’est Léon Tolstoï, et il est le premier qui dans son testament a écrit « je lègue mon œuvre littéraire au peuple russe », il a fait du commun :-).

Durant sa vie il a essayé des choses : il était issu d’une famille assez riche qui avait des serfs sur ses terres et à un moment donné il leur a donné la propriété des terres pour qu’ils soient autonomes. En faisant cela, le problème c’est que les serfs n’ont pas réussi à cultiver les champs par eux même, parce qu’ils étaient habitués à ce qu’on leur donne des ordres et que l’on organise les choses pour eux. Et du coup, lorsqu’ils se sont retrouvés avec les clés du magasin ils n’ont pas su s’organiser et pour Tolstoï, c’était un énorme échec où il s’est rendu compte que ce qu’il pensait être une bonne idée, donner la liberté aux gens, était finalement une catastrophe car ils n’étaient pas prêts. Par la suite, il a eu toute une pensée sur l’éducation : il fallait aussi éduquer les personnes pour leur donner la liberté.

Pour aller plus du côté des contemporains, j’aime les écrits sur la convivialité Ivan Illichpar exemple. Mais je ne suis pas un grand lecteur de livres théoriques, je suis plus un butineur du Web, je lis beaucoup de synthèses de choses qui existent déjà et j’essaie de repérer des pépites.

Enfin, à Outils réseau, à l’époque c’était le début des écrits de Jean-Michel Cornu sur le sujet de la coopération et on s’est pas mal inspiré de ses travaux [4].


[1] Citation de la page d’accueil des Colibris : « Les Colibris, ce sont tous ces individus qui inventent, expérimentent et coopèrent concrètement, pour bâtir des modèles de vie en commun, respectueux de la nature et de l’être humain. »

[2] Extrait de la page de présentation : « YesWiki a été conçu pour rester simple.
Il a été cependant pensé pour que des fonctionnalités cachées, installées par défaut, puissent être activées au fur et à mesure de l’émergence des besoins du groupe. »

[3] Voir : l’article d’Aurore du Roy et Florian Schmitt «  Un autre numérique est possible !  » dans le magazine des Colibris, 18 avril 2018 ;
la présentation de Florian au Forum 2018
et l’interview de Pierre Yves Gosset de Framasoft par Vincent Tardieu dans Usbek & rika

[4] Voir l’interview de Laurent Marseault, animateur d’outils réseaux et celle de Jean Michel Cornu dans Hhttp://www.cooperations.infini.fr/spip.php?rubrique9]

Via un article de Michel Briand, publié le 22 octobre 2018
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Forum des usages coopératifs 2018 (8e) le Off du forum : Doc@Brest
par Doc@Brest
Creative Commons BY-NC-SA