@ Brest

Relier et partager autour du web

COMPTE-RENDU DE RÉUNION du Jeudi 15 Février 2018 à la Maison du Libre

Retours sur les échanges du groupe « Gouvernance et Démocratie directe »

Bien que moins nombreux que les autres, les discussions au sein de notre groupe ont été très riches et diversifiées. Vous en trouverez ci-dessous un résumé partial et partiel :

Pour commencer, nous avons échangé autour de l’importance de la carte des communs du pays de Brest (actuellement en cours de réalisation). Tant qu’à lister les projets, il aurait également été intéressant de créer des critères permettant de comparer leur mode de gouvernance, comme par exemple « Quel est le processus de prise de décisions utilisé ? », « Quels démarches sont faites en faveur de la transparence ? De l’inclusion ? De l’horizontalité ? … ? » ou encore « De quelle manière est concrètement vécue la gestion collaborative au quotidien ? ».
Sur cette question, Nathalie a aussi souligné la nécessité de trouver un moyen d’échanger entre les différentes ressources gérées en commun, mais comment ?
Vincent a également proposé d’indiquer sur cette carte les ressources locales qui ne sont pas encore gérées comme des communs, comme l’épuration de l’eau ou les transports en commun par exemple, ceci afin d’inciter les personnes qui font vivre le mouvement « Brest en communs » à essayer de changer les choses et ainsi améliorer la situation petit à petit, année après année… Pour ce faire, un code couleur pourrait être appliqué (rouge pour les ressources en gestion privée, jaune pour celles en gestion publique, et vert pour celles en gestion commune).

Ensuite, dans le cadre de son nouveau projets collaboratif visant à créer un supermarché coopératif sur la ville de Brest, Gwendal s’est déclaré très intéressé par une formation (ou des ressources) sur une méthodologie pour la gouvernance d’un commun qui impliquerai plusieurs centaines de personnes. La problématique rencontrée est « Comment laisser une place à chacun tout en étant efficace ? », dit autrement : « Où placer le curseur entre, d’un côté la Démocratie ouverte, et de l’autre le régime totalitaire et dictatorial ? ».
Pauline a alors parlé de la formation « Animacoop », qui pourrait peut-être correspondre à ces besoins ? Apparemment, ce ne serait pas forcément le cas puisque deux personnes l’ont déjà faite dans le groupe et ont émis des réserves : il s’agit d’une formation très longue (100 heures réparties sur 3 sessions) et pas vraiment gratuite (jusqu’à 2000€ par personne)…

De manière transversale, nous avons évoqués les outils numériques qui peuvent participer et/ou faciliter le travail collaboratif en présentiel ou à distance : Drives (espace de stockage en ligne), Framadates (planificateur de rendez-vous), Framaforms (formulaires de sondages adaptatifs), Mindmapping (arborescence textuelle dépliable), Listes de diffusion (e-mails groupés), Wikis (site Internet au contenu participatif), etc.

Au delà de la Gouvernance, l’aspect « Démocratie directe » du sujet de notre groupe nous à fait de nouveau aborder un autre aspect de taille, à savoir considérer la ville et sa gestion comme un commun !
Sur ce sujet, le collectif pour une Transition citoyenne en pays de Brest à déjà pris une initiative en organisant le 12 et 13 Mars prochain une rencontre (sous forme de spectacle puis de formation) avec des personnes venues de Saillans, commune où une liste citoyenne et participative l’a emporté aux élections municipales de 2014 et gère depuis lors la ville de manière transparente et inclusive envers ses habitants.
Si certain.e.s d’entre-vous sont intéressés, voici un lien vers leur communiqué de presse :
http://transitioncitoyennebrest.info/communique-de-presse-la-belle-democratie-12-13-mars/

Au final, il nous est apparu important que le mouvement « Brest en communs » prenne le temps nécessaire pour écrire sa propre charte qui contiendrait les points suivants :
Historique, pour retracer l’origine du mouvement et le besoin auquel il répond ;
Présentation, pour décrire ce qui compose et maintient le mouvement ;
Valeurs, pour formaliser ce que le mouvement souhaite promouvoir comme ce contre quoi il lutte ;
Objectifs, pour éviter de s’éparpiller et faire avancer le mouvement par étapes claires et atteignables ;
Moyens, pour lister les ressources que le mouvement possède, et les manières d’agir qu’il peut mobiliser ;
Fonctionnement, pour appliquer déjà à notre échelle un mode de gouvernance partagé, transparent et non-hiérarchisé ;
Postulat, pour avoir des relations claires entre les différentes personnes physiques et morales qui forment le mouvement ;
Qui serait disponible et motivé pour participer à des réunions et ainsi réfléchir aux paragraphes qui composeraient cette charte ?

Rédigé le Dimanche 11 Mars 2018 par Vincent GARCIA, d’après les écrits de Gaëlle FILY. Lien vers la version PDF du CR : http://orlulas.online.fr/tmp/20180215_cr_groupe_gouvernance.pdf
Posté le 19 mars 2018 par Vincent Garcia
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Ligne de Front - Paul Bloas / Serge Teyssot-Gay
par Si rien ne bouge
Creative Commons BY-NC-SA