@ Brest

Relier et partager autour du web

Appropriation sociale du numérique, communs et politique publique, retours sur l’expérience de la Ville de Brest

De 1995 à 2014, sous l’impulsion d’un élu délégué aux usages du numérique, la ville de Brest a mis en œuvre une série d’initiatives et de services à la population, reposant sur une approche coopérative des usages du numérique. Passées au crible des critères élaborés par le Prix Nobel d’économie Elinor Ostrom, quatre de ces initiatives qui ont pu être documentées tout au long de leur développement, donnent à voir dans quelle mesure un projet de service à la population initié par la collectivité, peut s’apparenter à un commun urbain : une ressource partagée, une communauté d’utilisateurs et de producteurs, un système souple de gouvernance impliquant ses différentes parties-prenantes. Cependant les questions de la diffusion d’une culture des communs et de l’appropriation et de l’animation dans la durée de ces ressources partagées restent le véritable enjeu de la pérennité de ces initiatives numériques.

Un article republié du numéro spécial "Communs urbains et équipements numériques" de la revue Netcom, sous la direction de Hervé Le Crosnier et Philippe Vidal ; une revue publiée sous licence CC by nc nd

Mots-clés : communs, appropriation sociale, politique publique, coopération, Brest

Introduction

De 1995 à 2014, la Ville de Brest a créé une délégation au multimédia et à la citoyenneté, puis au numérique. Celle-ci a permis de développer une politique publique autour de l’appropriation sociale des outils et usages de l’internet et de l’informatique. Cette démarche a reposé sur une coopération ouverte soucieuse de la diffusion d’une culture des communs sous l’impulsion d’un élu délégué aux usages du numérique.

La durée de la période, le grand nombre de réalisations et surtout leur documentation contributive réalisée au fil de l’eau, permettent d’esquisser un bilan et notamment de poser la question du lien entre les réalisations numériques portées par une collectivité et la notion de communs urbains.

Parmi les différentes clés de lecture qui pouvaient être envisagées pour analyser ce lien, nous avons choisi, à l’instar des commoners lillois [1] et de Lionel Maurel [2] qui en ont démontré la pertinence, de recourir aux travaux d’Elinor Ostrom [3] qui définissent des principes et un « faisceaux de droits » pour qualifier le fonctionnement d’un commun.

Nous avons complété cette grille de lecture par une approche plus empirique de ce que l’initiative municipale a généré en termes d’appropriation du numérique par les habitants et de création de réseaux coopératifs, qu’ils soient thématiques ou généralistes.

Pour conduire cette analyse, le choix a été fait de présenter et d’examiner le fonctionnement de quatre initiatives numériques impulsées ou facilitées par la Ville de Brest au cours de la période :

- Le CD Bureau Libre, environnement de travail en logiciels libres

- Wiki-Brest carnet d’écriture collaborative sur le patrimoine local et le vivre ensemble

- Le site contributif @-Brest

- Le réseau coopératif des bibliothécaires doc@Brest, facilité par les formations à la coopération Animacoop.

La description en première partie de chacune de ces initiatives sera suivie dans une seconde partie de leur analyse au regard de la « grille de lecture d’Ostrom » (ressource/communauté/gouvernance, faisceau de droits et principes de fonctionnement) et d’éléments de bilan de ces initiatives.

Présentation de ces communs numériques

« Articuler le « faire avec », « l’attention aux initiatives », le « donner à voir », outiller aux pratiques collaboratives et au partage peut développer de nouvelles solidarités qui renforcent la capacité d’agir des personnes.
Mais passer d’une attitude de prescription des élus à celle d’animation de réseau sociaux est un changement culturel long au rythme de l’évolution des personnes qu’il nous faut accompagner. La culture contributive est encore peu répandue dans un mode de gestion qui reste vertical et cloisonné. »

Cette citation [4] résume les principes qui ont structuré la politique publique du numérique que nous allons retrouver en filigrane dans la présentation que nous allons mener ici de quatre initiatives. L’ordre de présentation des projets correspond à la progression de l’idée de communs au sein de la politique publique. Les logiques de partage et de coopération ont émergé dans la réalisation collaborative du CD bureau libre, se sont diffusés dans les carnets de wiki-Brest, ont structuré un « donner à voir » volontariste, cœur du magazine en ligne a-Brest et porté la création du réseau coopératif doc@Brest.

Des « PAPI » au CD Bureau Libre

Développé par la Ville de Brest dès la fin des années quatre-vingt-dix, le réseau de proximité des points d’accès public à internet, les « PAPI », a permis de proposer un accès public accompagné à Internet, dans les lieux ordinaires fréquentés par différents publics. L’arrivée de l’internet n’est pas seulement une question technique, mais s’accompagne de nombreux usages nouveaux. Accompagner les populations dans la découverte, mais surtout l’appropriation des usages de l’internet a été au cœur de la création des PAPI. Pour cela, le projet s’est appuyé sur les structures existantes capables de porter l’éducation populaire. Chaque structure désirant devenir point d’accès public a pu le faire à son rythme et rejoindre le réseau après en avoir compris l’intérêt. Chaque année cinq à dix nouveaux « PAPI » ont ainsi rejoint le réseau, assurant, dès 2011, une couverture complète de la ville dans l’ensemble des centres sociaux, maisons pour tous, patronages laïques, bibliothèques et mairies de quartier. Aujourd’hui le réseau compte plus d’une centaine de « PAPI » dont la dimension sociale s’est renforcée au fur et à mesure de la généralisation d’internet (voir le bilan réalisé par Annabelle Boutet en 2013 [5]). Ces PAPI forment une infrastructure matérielle et éducative qui permet le développement des communs dans la ville.

C’est sur la base de ce terreau local de points d’accès publics à internet en proximité des habitants (un à moins de 400 m de chez soi), et de la multiplicité d’initiatives d’appropriation sociale des outils et de la notion de co-publication ouverte qu’ils permettent, notamment par la formation, qu’est né le premier projet d’un commun initié par la collectivité : réaliser un CD pour mettre à disposition du plus grand nombre les outils bureautiques de base en logiciel libre. C’est le projet « CD Bureau libre Free Eos » initié en 2005 [6]. À l’époque, l’usage des CD était encore largement répandu, et la plupart des ordinateurs étaient dotés d’un lecteur de CD. L’objectif de ce CD était de rendre facile et pratique l’installation et l’usage de logiciels libres, particulièrement en bureautique.

Aucun des acteurs ayant participé à ce projet, élu, techniciens, associations, militants du logiciel libre n’avait au départ les compétences pour créer cet outil. C’est en rassemblant une trentaine de personnes, en croisant des compétences en développement logiciel (installeur), graphisme, maquettage, pédagogie (tutoriels), ingénierie de projet (sélection et présentation des logiciels, mise en œuvre) qu’a pu être produit en trois mois un installateur fiable, facile d’usage et documenté.

Ce projet a été l’occasion d’un apprentissage des outils et du travail collaboratif, une « expérience irréversible de coopération » comme le dit Laurent Marsault, animateur d’Outils-Réseaux, avec une coopération originale entre le service municipal « Internet et expression multimédia » et les nombreux acteurs associatifs et personnes impliquées dans le projet.

Les acteurs du territoire se sont rapidement approprié l’outil qui a d’emblée été proposé en prêt dans les bibliothèques, diffusé à tous les lycéens d’une cité scolaire, mis à disposition dans chaque « PAPI », proposé au personnel de la collectivité. Ce CD, correspondant à un besoin plus large a aussi été distribué en 2007 à tous les étudiants de première année des quatre universités de Bretagne et finalement diffusé à plus de 300 000 exemplaires à Brest, en Bretagne et sur d’autres territoires.

Dès le départ de cette co-production, la question de son portage s’est posée. C’est au travers de cette expérience et des retours qu’elle a permis, que nous avons collectivement abordé la question des licences d’usage. Nous avons pu mesurer l’impact du choix d’une licence parmi le jeu des Creative Commons. La licence initiale qui autorisait une réutilisation non commerciale (CC by-nc-sa) s’est révélée bloquante pour de petites associations qui souhaitaient revendre le CD à un euro pour améliorer leur fonctionnement. Le choix a alors été fait d’une licence exigeant simplement le partage à l’identique (CC by-sa) qui est depuis devenu la référence des co-productions collaboratives du territoire.

Chaque année, le groupe qui gérait ce commun (élargi à quelques acteurs des universités devenus partenaires du projet) se réunissait pour produire une nouvelle version intégrant les évolutions des logiciels embarqués. Puis, au fil des années, la solution CD devenant moins pertinente, la mise à jour s’est arrêtée après 2010. Cette première expérience de production en commun d’une ressource partageable et ouverte a permis de sensibiliser des milliers de personnes à l’usage de logiciels libres. Ce fut un moment d’apprentissage collectif de production d’un commun, perçu comme tel.

Le financement en termes de budget est assuré par la ville pour les habitants et associations. Il est resté très modeste (quelques millier d’€) [7] pour des tirages mutualisés à plusieurs milliers puis dizaines de milliers d’exemplaires ce qui nous conduit à un coût de revient inférieur à 1 € par CD.

La dynamique du projet, avec les milliers d’exemplaires diffusés sur Brest et le bon accueil du CD (aucun retour de dysfonctionnement) ont permis une large sensibilisation au logiciel libre des associations et des habitants. Sa diffusion dans les PAPI, à la mairie, dans les bibliothèques a favorisé un travail en réseau ultérieur. L’implication forte des associations du libre, présentes dans le groupe projet, tel l’hébergeur associatif Infini, ont contribué à ce qu’elles soient mieux connues. La mise à disposition de centaines d’ordinateurs recyclés pour les associations et la mise en place de l’internet à 1 € par mois dans 8 quartiers populaires de la ville qui se poursuit aujourd’hui avec un nouveau quartier chaque année, prolongent cette dynamique partenariale autour du libre initiée ici.

Wiki-Brest carnet d’écriture collaborative sur le patrimoine et le vivre ensemble

Cette première expérience de coopération autour des logiciels libres, a inspiré un second projet de commun numérique prenant modèle sur Wikipédia. Wiki-Brest [8] est parti d’une intuition simple : s’il est possible d’écrire une encyclopédie collaborative, ne pourrait-on pas réaliser un carnet d’écriture collaborative sur le patrimoine et le vivre ensemble au pays de Brest ?

Pour ce faire, les habitants ont été invités à publier des histoires de lieux ou de personnes, des récits sur le travail ou la vie quotidienne du présent comme du passé, dans le Pays de Brest. Wiki-Brest s’est ainsi constitué comme une écriture collaborative reliant habitants, journaux de quartiers, associations, artistes, bibliothécaires...

Partis d’une page vide, les animateurs du site ont rapidement collecté quelques dizaines d’articles avec le souci d’une écriture la plus facile possible et ouverte à tous : recettes de cuisine, petites anecdotes... Un an plus tard, après des dizaines d’ateliers d’initiation, les premières centaines d’articles collectés ont été organisés dans une structuration thématique du wiki.

Les techniques du portail, apprises de Wikipédia, ont permis de proposer des espaces pour les équipements de quartier qui y racontent leur histoire ou les journaux de quartier qui en font leur mémoire publique, rendant ainsi visibles des dizaines de numéros anciens qui autrement auraient été perdus ou seulement conservés en bibliothèque.

Une telle démarche d’écriture collaborative ne va pas de soi, le succès de Wiki-Brest repose pour beaucoup sur un travail d’animation, des centaines d’ateliers, des « wiki-journées » de collectes thématiques, ou encore des « wiki-contoirs » où des auteur-e-s présentent leurs écrits. Au 30 septembre 2017, Wiki-Brest comptait 4 504 articles, 16 811 fichiers multimédia, 1 249 contributeurs enregistrés, une dizaine d’administrateurs et 9 942 pages vues par jour (soit plus de 3 millions par an) avec des dizaines de portails thématiques créés au fil des collectes.

Alors que beaucoup de livres de revues sont publiées autour de l’histoire de Brest, très peu d’auteurs ont coopéré à Wiki-Brest et pareillement la presse locale, pourtant très vivante, n’a pas servi de relais ni n’a coopéré à travers ses nombreuses publications au projet. Il faut probablement voir là des pratiques d’auteur et d’éditeurs attachés à une publication propre encore éloignée d’une culture du partage et de la mise en communs.

Dans la lignée de Wiki-Brest, une trentaine de wiki de territoire se sont créés soutenus par une collectivité tels Wiki-Manche ou Wiki-Rennes ou dans un cadre associatif Wiki-garrigue [9]. Plusieurs rencontres de ces wikis ont été animées par l’équipe de Wiki-Brest avec aussi plusieurs déplacements de l’animatrice et de l’élu pour aider au démarrage d’autres wikis de territoire. Mais cela n’a pas donné naissance à un réseau de coopération, les moyens d’animation de chacun de ces projets étant très modeste en dehors du bénévolat des acteurs locaux.

L’écriture sur Wikipédia est plus difficile que pour un carnet d’écriture et ce n’est qu’au fil de plusieurs années de coopération avec les acteurs du réseau Wikimédia de l’ouest, qu’un projet de « Brest, ville Wikipédia » pour améliorer les articles de Wikipédia, les illustrer en photos (plusieurs milliers ont été publiées sur Wiki-commons) a émergé. Aujourd’hui un groupe de membres actifs de Wiki-Brest est également partie prenante de l’écriture sur Wikipédia. Des partenariats ont été noués entre avec les archives municipales, le Conservatoire National Botanique de Brest et en 2016, la Ville de Brest a adhéré à l’association Wikimédia France.

L’expérience du site contributif @-Brest

Un « donner à voir » qui rend compte des initiatives autour des usages du numérique est inscrit au cœur de cette politique publique sur le numérique. Dans une première étape, à la fin des années 90, un site « CNT » (Citoyenneté et Nouvelles Technologies) où l’écriture se faisait en langage pour le web (html), a expérimenté une transparence de l’information en rendant compte de chaque réunion (contenu, participants) et projet initiés par la collectivité dans le domaine du multimédia. Mais ce projet restait « descendant », la municipalité ouvrant son action au regard public, mais sans la capacité de ce public à se l’approprier pour en faire un commun. L’arrivée en 2002 des systèmes de publication (CMS) où la publication se fait par ajout de texte ordinaire a rendu possible la mise en place de sites ouverts en écriture, que l’on appellerait maintenant contributifs.

@-Brest [10] a ainsi été proposé en avril 2002 comme un outil d’information et de travail, facile d’accès, ouvert à tous en écriture, au service des réseaux d’acteurs du pays de Brest œuvrant dans le domaine de l’Internet citoyen et coopératif.

Le site propose une interface de rédaction où chacun peut s’inscrire comme rédacteur, via un formulaire, et ainsi entrer dans les « coulisses » du site. Un rédacteur peut écrire un article dans une rubrique existante, y ajouter des images, des documents ; il peut aussi rédiger une brève ou mettre un lien vers un site. La mise en ligne du contenu d’un article proposé à la publication n’est effective qu’après validation par un administrateur.

A chaque article était associé un forum. En pied de page, il était possible en cliquant sur « réagir à cet article », d’entrer son message qui apparaissait directement à la suite de l’article. Ces forums étaient modérés à posteriori. Tout internaute pouvait réagir à un article, que les administrateurs pouvaient supprimer après coup, si celle-ci paraît contestable. Au début des années 2010, les forums, assez peu utilisés, ont été désactivés devant l’envahissement par les spams.

Est considéré comme contestable [11] un article « ayant un contenu à caractère raciste, antisémite, homophobe, sexiste, pornographique, ou constituant une publicité commerciale, ainsi que tout ce que les administrateurs jugeront opposé à la philosophie du site », une orientation éditoriale citée en tête du site « Initié par la ville de Brest, @-Brest [12] met en réseau et relie au web les acteurs et actrices de l’internet et du multimédia à Brest et dans les régions francophones ».

Sauf mention contraire de la part d’un auteur, le contenu d’un article est publié avec la licence par défaut CC by-sa du site pour en faciliter la réutilisation (avec mention de la publication initiale et de la licence).

Les articles sont aussi diffusés par des fils RSS de syndication donnant la possibilité de republier les contenus sur d’autres sites. Un développement en logiciel libre, financé par la ville, permet d’intégrer des articles provenant de flux RSS avec le format d’origine, en incluant photos, liens, auteur et images, sans autre intervention que la validation de l’article. Une trentaine de magazines sont ainsi syndiqués dont une quinzaine de sites contributifs Brestois issus de la collectivité et d’associations.

Très vite le site a trouvé un lectorat important (600 abonnés du Pays de Brest, 1 500 au total, 7 à 800 visiteurs par jour) et l’animation par le service « Internet et expression multimédia » a permis la publication d’un contenu dense (environ une vingtaine d’articles par semaine en comptant une bonne moitié d’articles provenant d’autres magazines : sites contributifs Brestois, ou sites francophones du numérique permettant la réutilisation de leur contenus). Contrairement à l’opinion répandue, la difficulté n’est pas dans le « contrôle » des articles, (il y a eu moins d’un article pour mille qui posait question) mais dans l’invitation à écrire en direction des acteurs locaux.

A l’école nous avons appris à « cacher notre copie », mais raconter un projet, interviewer une personne, publier un bilan ne sont pas dans les pratiques culturelles usuelles. Comme pour Wiki-Brest c’est par la multiplication des ateliers (un par semaine durant trois ans) que cette pratique du « donner à voir » a pu se diffuser. Et dans cet apprentissage, le maniement de l’outil utilisé (ici le logiciel libre Spip) ne représentait qu’un atelier sur quatre à côté de ceux pour apprendre à écrire un titre, une accroche, une brève, à faire une interview.

C’est par une politique très volontariste (publication de la quarantaine de projets accompagnés chaque année, de toutes les initiatives locales sur le multimédia, relais des publications locales, implication de chaque personne du service) que s’est construit le magazine.

Et comme nous le développerons dans l’analyse en tant que commun, si @-Brest compte plus de cent rédacteurs locaux, plusieurs dizaines d’administrateurs et 14 500 articles publiés il n’y a pas de collectif qui en assure une animation partagée.

Doc@Brest, une initiative née à la suite des formations Animacoop et d’une dynamique coopérative parmi les bibliothécaires

Le travail en réseau, la coopération, le souci des communs ne sont pas des habiletés apprises à l’école, ni généralement transmises par la famille et encore rarement mises en œuvre dans l’activité professionnelle. Même le monde associatif, qui devrait naturellement être plus enclin à ces postures coopératives, en est bien souvent éloigné.

La mise en place d’une formation-action Animacoop [13] pour les animateurs d’espaces publics numériques, créée par l’association Outils-Réseaux dans le cadre d’un appel à projets « E-formation EPN » de la Délégation aux Usages de l’Internet en 2009 a été le support de la diffusion de cette culture de la coopération et du partage sur le pays de Brest. A raison de deux sessions par an, d’environ 15 personnes, plus de deux cent personnes se sont formées à l’animation de projet, aux pratiques collaboratives et à la construction des communs.

Animacoop est une formation-action hybride, qui se déroule sur une centaine d’heures, sur 14 semaines. L’investissement conséquent (6h par semaine) est pondéré par le fait que la formation s’appuie sur le projet professionnel, associatif ou personnel de la personne en formation. Progressivement le public participant à Animacoop s’est diversifié : acteurs de l’économie sociale et solidaire, de Telecom Bretagne, services de la collectivité (5 participants par session depuis 2014), acteurs associatifs et d’autres territoires. La ville et l’agglomération prennent en charge les formations pour 6 à 8 personnes par session (dont 3 pour des acteurs associatifs) dans le cadre d’un appel d’offre pour trois ans, renouvelé une fois.

Les formations Animacoop accompagnent le développement des sites contributifs de la collectivité et d’associations, ou le portail de l’innovation pédagogique de Telecom Bretagne. Le croisement de ces formations-actions et d’une diffusion des pratiques collaboratives au pays de Brest ont permis l’émergence de réseaux contributifs qui à leur tour diffusent cette culture émergente du partage et de la coopération.

Dans un environnement où les métiers sont profondément transformés par nos usages du numériques, les bibliothécaires et documentalistes sont particulièrement sensibles aux innovations à l’échange et la veille autour de l’évolution de leur pratiques professionnelles. C’est dans ce contexte outillé par les formations Animacoop qu’est né en septembre 2013 le réseau des documentalistes et bibliothécaires Doc@Brest [14]. Ce réseau associe aujourd’hui 250 bibliothécaires et documentalistes sur le pays de Brest. Il s’adresse aux professionnels de l’information-documentation du pays de Brest, mais est ouvert à toute personne intéressée par la transformation des métiers et services des bibliothèques et centres de documentation.

Le réseau est informel, il ne dépend d’aucun organisme. Il est défini par un nom, un logo et une charte de fonctionnement. Il repose sur les bonnes volontés, la participation bénévole, l’échange de savoirs. Le projet vise à créer une dynamique locale collaborative telle que (extrait) :

  • participer aux projets locaux liés à l’info-doc et au numérique ;
  • susciter le débat sur des sujets d’actualité, les évolutions des métiers [...] et à travers l’organisation de conférences, de cafés-débats, d’ateliers ;
  • être un lieu de veille collaborative sur l’actualité de nos métiers et les événements locaux ;
  • se former localement, en réciprocité, grâce à des ateliers et à un réseau d’entraide ;
  • échanger des « bonnes pratiques », partager des retours d’expériences ;
  • œuvrer dans le sens du bien commun, notamment par la mise à disposition en licence Creative Commons de tous les contenus (articles du blog, photos, etc.).

Ce réseau coopératif professionnel est né au croisement d’un temps de rencontre au cours du Forum des Usages Coopératifs de 2012, d’un terreau brestois de bibliothèques municipales dynamiques, d’un cycle de conférences sur l’évolution des bibliothèques. L’apport méthodologique de la formation Animacoop suivie par plusieurs personnes animatrices du réseau en a facilité l’émergence.

Les initiatives brestoises au crible des critères de définition d’un « commun »

Pour Elinor Ostrom, ce qui permet de caractériser un commun, c’est la conjonction entre une ressource partageable (common pool resource), une communauté d’utilisateurs de cette ressource capable de définir par elle-même un ensemble de règles de gouvernance pour gérer l’accès à la ressource, la protection et le cas échéant le développement.

Ostrom ajoute à ces trois conditions la notion de « faisceau de droits » (Bundle Of Rights) [15] » qui implique comme le rappelle Lionel Maurel, que « là où la théorie économique classique postule que la gestion efficace d’une ressource par le biais des mécanismes du marché passe par la concentration de toutes les composantes du droit de propriété aux mains d’un acteur unique (le « propriétaire »), ses observations ont montré que le droit de propriété pouvait se démembrer en pratique en plusieurs types d’attributs. Dans la gestion de chaque Commun, la distribution de ces différents attributs est susceptible de varier, selon les circonstances et les besoins propres à chaque ressource et à chaque communauté. » [16]

Le schéma suivant, élaboré pour une présentation de l’assemblée des communs de Lille, en explique le principe :

Figure 1 : Le schéma du faisceau de droits repris de l’assemblée des communs des Lille [17]

L’application de cette double grille de lecture (triptyque « ressource/communauté/gouvernance » et « faisceau de droits ») aux quatre initiatives présentées ci-dessus permet de proposer une analyse des initiatives précédemment décrites.

Le CD « Bureau Libre »

La ressource est ici une maquette de CD compilation de logiciels libres organisés dans un CD auto-installable et documenté par des tutoriaux. Le CD est à la fois disponible en ligne et sous support physique, diffusé au coût de revient. Il est réalisé à travers une commande mutualisée (pressage mise sous pochette) pour en abaisser le coût de revient.

La communauté est constituée du groupe projet d’une trentaine de personnes qui évoluera au fil des années avec l’arrivée de partenaires extérieurs intéressés par la production de nouvelles versions et le retrait de certains participants locaux, une fois le produit réalisé. Ces partenaires extérieurs peuvent être des associations des collectivités ou des universités qui souhaitent diffuser le CD.

La gouvernance est assurée par le collectif qui porte le projet, collectif dans lequel le service de la collectivité joue un rôle d’animateur. Une transparence est assurée par la mise en place d’un wiki, espace collaboratif de suivi du projet.

Parmi les points qui ont été particulièrement débattus : le graphisme, la suppression de la clause non-commerciale et la liste des logiciels retenus à chaque version. Au fur et à mesure de l’élargissement de la diffusion, la participation à la gouvernance a été proposée aux nouveaux partenaires.

Ce projet du CD bureau libre apparaît bien comme remplissant toutes les caractéristiques d’un commun. Lancé à l’initiative de la collectivité, d’associations et de citoyens bénévoles et d’associations, il « échappe » très vite à tout risque d’aliénation et d’exclusion, chaque utilisateur étant libre de dupliquer et d’utiliser une ressource numérique immatérielle et non-rivale.

La gestion de son évolution est bien collective et n’apparaît contrainte par aucun impératif économique ou politique.

Son usage est protégé par la licence CC by-nc-sa élargie rapidement en licence libre CC by-sa à la demande de groupes d’utilisateurs, qui a été acceptée par les différents auteurs (graphistes, rédacteurs des tutoriaux, développeurs de l’installateur).

Bien que le développement de ce commun n’ait duré que quelques années, il a constitué une expérience fondatrice de coopération ouverte à l’échelle du territoire. Issu d’un projet antérieur de CD libre au sein de l’AFPA, dont l’animateur a été une des chevilles ouvrières du projet, il a montré la richesse d’apport d’une réutilisation, propriété cardinale du logiciel libre. Réalisé en autonomie par le groupe-projet, ce CD a démontré localement l’efficience du mode de travail collaboratif.

Si des partenaires comme les universités en Bretagne se sont associées au projet, cela n’a pourtant pas créé une dynamique coopérative à l’échelle régionale. Nous en sommes restés ici à une expérience qui a principalement imprégné les acteurs locaux du projet. Et aujourd’hui les projets collaboratifs ouverts au sein des collectivités, services publics ou du monde associatif restent rares en Bretagne. A côté de Géobretagne, coopération des services publics et de collectivités autour des Systèmes d’Information Géographiques et d’OpenStreetMap, les réseaux coopératifs ouverts sont plutôt issus d’acteurs du libre et des transitions.

Largement utilisé par les associations, le succès local du CD a eu très peu d’impact sur la politique publique de la collectivité dans son usage des logiciels libres. La Direction des Systèmes d’Information et des Télécommunications est restée ancrée dans un usage des logiciels commerciaux les plus répandus. Ce choix local du libre au sein d’une délégation d’élu, d’un service et d’un réseau associatif n’a pas suffi à créer une dynamique partagée qui diffuse et transforme la politique municipale globale.

Wiki-Brest carnet d’écriture collaborative sur le patrimoine et le vivre ensemble

La ressource est ici constituée par les contenus publiés sous la forme d’un site médiawiki structuré intégrant des pages et des fichiers multimédia.

L’écriture sur Wiki-Brest agrège des contenus produits avec des sources très diverses, comme dans les portails de journaux de quartier qui reprennent les anciens numéros avec des articles dont on a perdu, dix ans plus tard la trace de l’auteur, (qui peut aussi parfois être anonyme). Cela explique le parti pris d’accepter une multiplicité de licences tout en favorisant lorsqu’elle est possible et acceptée l’écriture sous licence CC by-sa. L’important est d’amener à écrire, à élargir les collectes (interviews, enregistrements en image, en son ou en vidéo) dans un média commun.

La communauté est constituée des nombreux rédacteurs (plusieurs centaines) et administrateurs. Pour faire vivre la communauté, l’animatrice employée de la ville au sein du service « Internet et expression multimédia » s’est efforcée de créer une dynamique collective associant des groupes d’utilisateurs à travers l’organisation de collectes thématiques et de « wiki-contoirs » [18] mettant en valeur les contributions. Organisé à l’issue d’une collecte thématique un « wiki-contoir » est un temps de rencontre convivial où quelques auteurs « ra-content » leur article partageant ainsi leur sujet d’intérêt. Ces moments contribuent au lien social et à une mémoire partagée. Citons à ce sujet le travail remarquable d’Yffic, personne âgée accompagnée par le Fourneau (scène nationale des arts de la rue) devenu contributeur actif qui a su rassembler dans un moment émouvant le Maire de Brest et les familles des victimes de l’accident de l’Océan Liberty qui a dévasté la ville au lendemain de la seconde guerre et a débouché sur une cérémonie d’hommage aux marins qui avaient sacrifié leur vie pour éloigner le bateau avant son explosion.

Les projets analogues : Wiki-rennes et Wiki-manche reposent aussi sur cette animation financée par la collectivité mais délégué à une association conventionnée.

Tout au long de la mise en œuvre de Wiki-Brest, l’implication de la personne en charge du projet a été essentielle, même si la centaine de personnes présentes aux dix ans de Wiki-Brest témoigne d’un attachement de nombreux contributeurs à ce média.

Le caractère remarquable de certaines écritures, telles les reconstitutions de bâtiments historiques les collectes autour d’événements, ont contribué à donner sens à cette communauté. Une liste de diffusion ouverte à tous associe une centaine de personnes. Elle permet de diffuser l’information sur les temps de rencontre et d’inviter à des initiatives communes. Mais comme dans tout réseau il n’y a qu’une dizaine de personnes à être actives (10 %).

Par ce choix, non exclusif ici, de la licence CC by-sa proposée par défaut, le niveau opérationnel s’inscrit bien dans le fonctionnement d’un commun numérique, c’est-à-dire dont la multiplication des usages n’altère en rien, voire au contraire enrichit, la ressource partagée. Les droits d’accès et de prélèvement sont en effet ouverts à toute personne acceptant les conditions de la licence. Cette coexistence de différentes licences n’a pas été un frein aux publications libres qui restent la règle usuelle et n’a pas influé sur la volonté de favoriser une production de contenus librement réutilisables. Expliquer par exemple pourquoi il n’est pas possible de publier des cartes postales, au droit d’auteur restreint a été l’occasion de sensibiliser des centaines de personnes aux conditions de la publication élargie et à l’apport de licence comme Creative Commons. Des collectes de photos ont permis de couvrir avec plusieurs milliers de photos l’ensemble des articles de Wikipédia sur le pays de Brest.

Concernant le niveau de choix collectif et l’usage des droits de gestion ou d’exclusion, sur Wiki-Brest à l’instar de Wikipédia, tous les utilisateurs peuvent s’inscrire comme rédacteur et participer à la production de contenus, (ils peuvent aussi rester anonymes). Ils peuvent être cooptés comme administrateurs s’ils deviennent des contributeurs réguliers et être partie prenante de la gestion des contenus.

A la différence de l’écriture sur Wikipédia basée sur la neutralité de point de vue, Wiki-Brest étant un carnet d’écritures collaboratives individuelles admet la subjectivité où chacun peut écrire sa recette, raconter son vécu d’un événement, publier une interview ou même un éditorial (cas par exemple des journaux de quartier republiés).

Comme pour Wikipedia la modération peut être effectuée a posteriori par les administrateurs du site, Il y a donc la possibilité théorique d’exercer un droit d’exclusion pour les articles se situant en dehors de la définition du site « Wiki-Brest est un wiki de territoire dont la volonté est de valoriser et donner à voir la richesse et la diversité du patrimoine, des cultures, des histoires de vie au Pays de Brest. » Comme pour @-Brest ces retraits ont été extrêmement rares et pour des contenus hors champ (publicité, sujet hors domaine, contrainte du droit d’auteur..) sans qu’il y ait eu là aussi de cas demandant un long débat.

Pour Wiki-Brest, la collectivité ayant choisi de confier cet hébergement à un hébergeur associatif, l’association « Infini » (elle-même impliquée dans la gouvernance coopérative des projets de « Brest en communs »), le fonctionnement pour ce qui est de ce support relève d’un « commun ».

Reste la question du financement, l’animatrice est une employée de la collectivité et les ressources de l’association Infini proviennent en bonne partie d’une subvention annuelle. Il existe donc théoriquement une possibilité de suppression ces financements (en cas de changement de majorité municipale par exemple). Il reviendrait alors aux acteurs de cet écosystème coopératif, de trouver les moyens d’assurer eux-mêmes le coût de l’hébergement des outils et l’animation du projet.

Il serait intéressant de prolonger cette observation par l’analyse du mode de fonctionnement des autres wikis de territoire ; en France et dans le monde.

Sur le territoire, Wiki-Brest a popularisé l’usage des wikis qui sont devenus un outil de coopération partagé pour des centaines de personnes que ce soit dans la version mediawiki, moteur de Wikipédia, ou des Yeswiki utilisés lors des formations Animacoop.

Comme pour le CD Bureau libre, le projet Wiki-Brest est resté essentiellement porté par l’élu et le service « Internet et expression multimédia ». Les coopérations avec d’autres services (culture, jeunesse, tourisme, éducation …) sont restées ponctuelles. On retrouve là les limites d’une politique publique développée dans un espace d’initiative peu réapproprié dans ses fondements de coopération et de partage par l’ensemble de la municipalité. Alors que nombre de projets (Papi, écrit public, appel à projet, internet citoyen) ont fait l’objet de bilan et d’évaluation avec le laboratoire des usages Marsouin, un bilan de Wiki-Brest reste à écrire qui permettrait d’en mesurer l’impact et d’identifier des pistes d’élargissement possibles.

Le site contributif @-Brest

Pour le magazine @Brest, la ressource est constituée par les contenus publiés sous la forme d’articles : compte rendus de réunions, présentation et bilans de projets écrits pour le magazine ou relayés d’autres sites (participatifs de la ville, associatifs, institutions, blogs) placés sous une licence qui permet la réutilisation des contenus (Creative Commons en général ou accord du site dans quelques cas).

Les nombreux rédacteurs (plusieurs centaines) et administrateurs ne forment pas une communauté au sens d’un collectif qui se réunit, définit des orientations. Il s’agit pour @-Brest d’une juxtaposition de personnes contributeurs individuels ou au titre de leur service ou de leur association. La tentative de constituer un comité de réaction à l’automne 2015 n’a pas débouché sur un fonctionnement collectif au-delà de l’adhésion de principe à cette démarche. Durant ces quatorze années de fonctionnement, @-Brest est resté un site contributif sans webmaster dans un projet d’écriture ouverte, sans gouvernance spécifique, la charte et la proposition de comité de rédaction constituant les seuls garants d’une gestion collective. Tout se passe comme si les utilisateurs appréciaient d’utiliser cette possibilité de publier et de s’informer sans pour autant souhaiter s’impliquer dans son évolution et sa pérennité. Comme pour les projets précédents c’est une culture partagée par les personnes du service et les acteurs du numérique de publier en réseau qui fait vivre ce magazine.

Le magazine (comme les autres sites participatifs de la ville ou de l’agglomération) ont adopté la licence CC by-sa, par défaut. Le niveau opérationnel s’inscrit bien dans le fonctionnement d’un commun. Les droits d’accès et de prélèvement sont en effet ouverts à toute personne acceptant les conditions de la licence (citer l’auteur et partager à l’identique).

Le niveau de choix collectif et l’usage des droits de gestion ou d’exclusion renvoient à la gouvernance informelle adoptée. Tous les utilisateurs peuvent s’inscrire comme rédacteurs et participer à la production de contenus. Ils peuvent être cooptés comme administrateurs s’ils deviennent des contributeurs réguliers.

L’essentiel de l’énergie est concentrée sur l’invitation à écrire. Durant les premières années la ville proposait un atelier par semaine pour encourager l’écrit public. Ateliers d’écriture qui se sont ensuite ouverts aux wikis, à l’audio et à la vidéos avec une place importante aux questions de droits de publications qui restent largement méconnus.

Il y a donc la possibilité théorique d’exercer un droit d’exclusion. Il n’y a eu quasiment aucun retrait d’article entrant dans l’objet du site (la mise en réseau d’initiatives). Par contre la syndication large agrégeant des sites sans pouvoir en cibler les articles amène un filtrage important justifié également par le souci de garder un équilibre entre les initiatives locales autour du multimédia et d’internet et les articles plus généraux (en thématique ou en territoire). En dehors de la syndication, la plupart des retraits effectués l’ont été, comme pour Wiki-Brest, pour des contenus hors champ (publicité, sujet hors domaine, contrainte du droit d’auteur..) sans qu’il y ait eu de cas demandant un long débat.

Concernant le droit d’aliénation, la question se pose de savoir qui est le « propriétaire » des supports techniques et notamment des serveurs hébergeant les sites collaboratifs. L’hébergement était initialement porté par l’association Infini, dont les serveurs étaient très chargés, aussi pour des raisons de facilité d’accès, a été reporté sur OVH. La municipalité éditrice du site est propriétaire du nom de domaine. Elle dispose de fait d’une possibilité de mettre un terme au site contributif si cette démarche ne rentre plus dans son projet. L’existence de sauvegardes, copies du site et la licence CC by-sa permet, à priori, d’échapper à une disparition des contenus. Il conviendrait de le formaliser via une publication bis par exemple par l’hébergeur Infini pour échapper à une aliénation possible.

Reste la question du financement et des ressources qui font vivre le projet. A la différence d’autres initiatives de publications contributives tel le site Rhône-Alpes solidaire porté par la SCOP La péniche, les moyens humains qui assurent une bonne part des publications sont des personnes employées de la collectivité qui rendent compte des projets qui leur parviennent (appel à projet annuel, initiatives du territoire). La pérennité du projet est donc dépendante d’une politique ouverte aux contributions. C’est le cas dans les divers mandats qui se sont succédé depuis la création du site. Mais cette ouverture peut être remise en question à la faveur d’un changement de majorité ou d’orientation politique.

Cette démarche contributive a essaimé dans d’autres services avec la création d’une dizaine de magazines thématiques dont certains associent des partenaires de la collectivité à la gouvernance (Solinter-Brest avec les associations de solidarité internationale ou Repères-Brest avec les associations de solidarité partenaires du CCAS).

Le site officiel qui assure la communication web de la ville sur brest.fr reste dans un fonctionnement classique autour d’une équipe de webmasters. Il est toutefois un des rares site de collectivité à avoir adopté une licence Creative Commons par défaut, c’est à dire que les contenus produits par les agents du service public peuvent être réutilisés. La démarche d’écriture par la collectivité reste aussi la règle dans des domaines structurants comme l’économie, l’habitat ou le développement durable.

Avec cette dizaine de sites ouverts en écriture, le rôle de la collectivité se déplace d’une communication sur ses initiatives et sa politique vers une approche contributive qui reconnaît et valorise la place des acteurs locaux comme coproducteurs d’une politique publique. Les initiatives locales y sont publiées comme y sont relayées comme les publications émanant d’associations mais aussi de réseaux tels Brest en transition ou Doc@Brest.

Cette avancée locale à pas mesurés vers une publication en communs s’explique par la difficulté d’une écriture ouverte qui reste éloignée de la culture des élus et responsables de collectivité plus attachés au contrôle qu’à une confiance en attention et donnant à voir les initiatives. A part quelques rares conseils de développement, très peu de sites en écriture ouverte ont vu le jour en France à l’initiative de villes, département ou régions.

La diffusion de cette écriture contributive est par contre plus forte dans le secteur associatif local où nombre de magazines se sont appropriés cette démarche et fonctionnent aujourd’hui en réseau coopératif de copublication avec une communauté d’utilisateurs logiciel SPIP vivante sur le territoire. [19]

Si on peut parler de communs pour ce qui est du mécanisme de co-production ouverte et du partage des contenus, l’absence de communauté assurant la vie de cette ressource est le point faible critique. La pérennité de ce média est fragile, dépendante du prolongement de la politique municipale de publication ouverte. C’est aussi pour évoquer cette difficulté à passer d’une ouverture et d’une démarche contributive à la création d’un commun qu’est présenté ce projet @Brest.

Le réseau coopératif des bibliothécaires doc@Brest, facilité par les formations à la coopération Animacoop

Avec doc@Brest nous sommes en présence d’un commun protéiforme. La ressource est constituée de la multiplicité des échanges et initiatives portées par le réseau : ateliers de formations réciproques et entraide, visites croisées, veille partagée, initiatives, conférences invitées ...

La communauté est constituée des personnes membres de la liste, avec une participation très variable, comme dans tout réseau, entre un petit groupe d’animateurs, des acteurs ponctuels qui s’impliquent sur une initiative et le plus grand nombre, participants occasionnels.

La gouvernance est assurée par le petit groupe d’animatrices, groupe qui cherche à se renouveler (ce qui n’est pas toujours simple). L’attention aux initiatives laisse une large place aux propositions qui pourraient venir en dehors du groupe.

Ce réseau doc@Brest est une réponse de professionnels aux transformations d’un métier confronté aux mutations induites par nos usages du numérique. Nous sommes en présence d’un groupe qui par ses 250 participants a su intéresser une part importante des bibliothécaires et documentalistes du territoire. Son fonctionnement en réseau, sans budget, ni emploi dédié rend compte de la mise en œuvre de pratiques collaboratives telles qu’elles peuvent être promues lors des formations Animacoop. Ce réseau porte des innovations comme les copy-parties qui expliquent la possibilité de copie privée légale en bibliothèque ou les biblioremix qui réinventent les services possibles dans une bibliothèque en impliquant les usagers.

Des réseaux analogues doc@Rennes, doc@Paris, doc@Lyon ont vu le jour laissant percevoir la possibilité d’une diffusion sur les territoires de réseaux coopératifs professionnels.

L’exemple du réseau prof@Brest initié en 2014 sur le même modèle montre que ce mode de fonctionnement coopératif et en communs est cependant difficile à faire émerger.

C’est ici l’occasion de s’interroger sur un rôle possible des collectivités dans l’accompagnement d’initiatives prenant en compte la transition numérique. Par ses moyens, sa légitimité à fédérer les acteurs d’un territoire, une collectivité peut appuyer de telles démarches. N’y-a-t-il pas là un investissement aussi important que celui dans l’accompagnement des start-up de l’économie numérique ? Quand on voit les difficultés vécues par les travailleurs sociaux obligés de répondre à la place des personnes confrontées à une numérisation de plus en plus de prestations sociales, ou l’absence de procédures d’accompagnement des innovations dans les collectivités et services publics ce type de réseau coopératif peut être un exemple qui aide à penser de nouvelles attitudes soucieuses des communs.

Si la formation Animacoop a été conçue en dehors de la collectivité, sa mise en œuvre locale est réalisée au travers d’un marché passé par la collectivité. Sa présentation en tant que commun nous a paru nécessaire étant donné le rôle structurant pour le développement des initiatives de partage et de coopération du territoire.

La ressource est ici le dispositif de formation hybride et les contenus et supports de la formation maintenus et mis à jour sont sous licence CC by-sa.

La communauté, au départ les formateurs d’outils réseaux, s’est élargie en un collectif informel d’« archipel » où contribuent de nouveaux acteurs de la formation à Brest, Gap et Paris. Il est d’ailleurs remarquable que la formation est aujourd’hui animée à Brest par des acteurs de l’association Tiriad ayant eux-mêmes été formés au sein d’Animacoop.

La gouvernance se fait à travers des espaces d’échange entre acteurs de ces formations via une liste de discussion et un espace collaboratif cogéré (Yeswiki).
Les huit principes définis par Elinor Ostrom

Cette première analyse expérience par expérience, peut être complétée de manière transversale en recourant au cadre que proposent les principes repérés par Elinor Orstom, tels qu’elle et son équipe les ont retrouvés au sein des communs qui ont un fonctionnement pérenne et efficient :

  • des limites du commun nettement définies,
  • des règles bien adaptées aux besoins et conditions locales,
  • un système permettant aux individus de participer régulièrement à la définition et à la modification des règles,
  • une gouvernance effective,
  • un système gradué de sanctions,
  • un système peu coûteux de résolution des conflits,
  • une autodétermination reconnue par les autorités extérieures.

Les expériences que nous décrivons constituant des communs numériques « informels » et « non-rivaux », les deux premiers principes (limites et règles locales) ne semblent pas particulièrement pertinents.

En revanche les questions de gouvernance permettant aux usagers de participer régulièrement à la définition des règles, tout comme la question des sanctions et de la résolution des conflits, apparaissent particulièrement intéressantes à considérer.

En effet le fonctionnement harmonieux et exemplaire de « l’écosystème numérique coopératif brestois » doit sans doute beaucoup jusqu’alors, à l’implication personnelle de l’élu qui en a été à l’initiative ainsi qu’à la continuité politique à la tête de la collectivité, deux éléments de contexte qui lui ont vraisemblablement évité des conflits d’intérêts ou des risques d’enclosure, permettant ainsi à la gouvernance d’en rester à un stade très informel.

C’est aussi le point faible puisque dans le cas du site contributif @-Brest, un retrait de l’implication des acteurs du service « Internet et expression multimédia » de la ville de Brest amènerait probablement un dépérissement rapide, tant l’écriture contributive demande à être animée et sollicitée. La poursuite du projet est aussi liée à la continuité d’une vision politique portant cette dimension contributive et bien sûr dépendant du choix de la majorité municipale.

Les situations de sanctions et de conflit (retrait d’un article par exemple, radiation d’un rédacteur ou d’un administrateur) restent très rares. Mais elles ne sont pas précisément documentées, et ne constituent pas une mémoire collective consultable.

Dans l’exemple brestois et sans doute aussi de manière plus générale, un commun urbain initié par une collectivité et utilisé par les citoyens, devrait pouvoir réfléchir dans la durée à une formalisation de sa gouvernance qui préserve son indépendance des aléas de la vie politique et renforce sa pérennité.

L’apport des communs dans une politique publique

Dans cette dernière partie, nous examinerons ce que ces projets ont pu apporter pour le développement des communs et de pratiques collaboratives pour les acteurs locaux.

Dans le cas du CD Bureau Libre et de Wiki-Brest, le projet a servi de support à une large information sur les droits d’auteur et l’élargissement des libertés d’usage.

Que peut-on mettre en ligne ? Sous quelle licence ?

Tout cela est loin d’être clair pour la plupart des personnes y compris celles qui publient sur le web tels l’impossibilité d’illustrer Wiki-Brest par des cartes postales, faute de droits d’usage élargis ou Wikipédia par des photos de monuments, faute de liberté de panorama.

Avec une information sur ce que permettent par exemple les licence Creative Commons, nombre de sites associatifs, de radios ou télé locales sur le web ont fait le choix d’élargir les libertés de réutilisation tel le portail de blogs vidéo du Médiablog ou à l’issue d’un débat, le site propre de la collectivité (plus de 95 % des sites de collectivités ou d’universités sont en France placés sous droit d’auteur strict interdisant toute réutilisation sans autorisation alors qu’ils sont en grande partie produits par des acteurs relavant de la fonction publique).

C’est de ces deux projets que sont nées les rencontres « Brest en biens communs » en 2009 et 2011 prémisses de « Villes en biens communs » en 2013 puis du « Temps des communs » en 2015. Et lors de la concertation « Ambition numérique » organisée par le Conseil national du numérique, deux cents personnes ont participé à Brest à deux journées contributives où de nombreuses propositions ont été adoptées pour développer les communs (autour des sciences ouvertes, des ressources éducatives libres, de la reconnaissance des communs...).

Avec Wiki-Brest, les acteurs du numérique social du territoire ont appris l’usage des wikis, espace d’écriture collaboratif ouvert. Pour de nombreux projets, rencontres, une page écrite est ouverte en direct lors des réunions et construite de manière coopérative qu’il s’agisse du « Forum des usages coopératifs », du « Centre de ressources de l’accès public au pays de Brest » ou des études de l’économe sociale et solidaire. Un wiki recense aussi tous les textes publiés par le service, les bilans, évaluations, rapports d’activité, études et rencontres auxquels la ville participe. [20]

Quant à doc@Brest, la liste de discussion est devenue l’outil de communication principal du réseau (présent également sur Twitter, Facebook et Scoop It). Y sont diffusés les prochains ateliers, l’actualité du réseau et au pays de Brest, des recommandations de lecture et des petites annonces du type « je suis intéressé par tel outil, quelqu’un connaît ? ».

Un blog [21] joue le rôle de vitrine du réseau.

Issu d’un article publié dans le dossier « Communs de la connaissance » du n° 76 de la revue Bibliothèque(s) de l’Association des Bibliothèques de France voici quelques traits de ce réseau décrit par deux des animatrices :

L’autre pendant de Doc@Brest, son pendant « dans la vraie vie », ce sont les « Open Tea », des moments d’échanges mensuels autour d’une tasse de thé dont la convivialité permet de garantir la cohésion du collectif dans la durée.
Doc@Brest est ainsi le lieu réel et virtuel d’échanges fréquents entre des métiers proches mais divers : bibliothécaires territoriaux, documentalistes, community managers, enseignants-documentalistes, bibliothécaires de l’enseignement supérieur...
Cette coopération fluide des acteurs de l’information-documentation à Brest (le réseau ne repose sur aucune entité juridique et fonctionne sans budget) s’insère donc tout naturellement dans la logique des Biens communs avec les notions de don, de gratuité, d’ouverture, d’horizontalité et d’ancrage dans le territoire local.

Le développement du numérique transforme profondément ces métiers. La question des communs est un sujet pris en compte par les bibliothécaires au sein de leurs réseaux professionnels et d’initiatives autour des communs [22].

Doc@Brest est une expérimentation en marche qui croise transformation du métier, innovation sociale, formation en réciprocité qui facilite une implication des personnes dans l’évolution des métiers et des services.

Conclusion

La description et l’analyse de ces quatre expériences brestoises montrent qu’une initiative portée par la collectivité publique peut faire l’objet d’une appropriation progressive par les acteurs concernés, quand elle a été conçue et développée comme un « commun ».

Au travers ces projets, ce sont aujourd’hui quelques centaines de personnes directement parties-prenantes et qui à leur tour ont pu devenir actrices des communs dans leur association ou leur projet.

La prise en compte des communs constitue sur le territoire un terreau fertile d’initiatives de coopération et d’innovations sociales en réseau. [23]

Mais pour autant les exemples de transformation des pratiques sociales telle celle portée par doc@Brest diffusent encore peu dans d’autres réseaux professionnels.

Porté dans une délégation politique et par un service municipal de sept personnes, « Internet et expression multimédia », cette politique publique en faveur des communs n’a pas été élargie dans d’autres délégations concernées par des communs potentiels et lui confère une certaine fragilité.

Cette lecture de l’action publique à travers les faisceaux de droits des communs met en évidence l’importance des questions de gouvernance. Dans la diversité des situations, l’absence de gouvernance collective constatée sur un projet comme @-Brest rend compte de la fragilité de cette initiative.

Il reste aujourd’hui à inventer une politique publique locale accompagnatrice, facilitatrice et protectrice des communs. L’expérience de Brest, avec ses succès et ses difficultés, telle qu’elle a été présentée ici, peut aider à concevoir une relation fructueuse entre les acteurs publics et les réseaux de commoners. Les partenariats public-communs pourraient former un contrepoids nécessaire à l’activité sociale aux partenariats-public-privés qui ont les faveurs actuellement.

Bibliographie

BREST EN BIENS COMMUNS (2013), La recette libre de ce temps d’initiative. En ligne à http://wiki.a-Brest.net/index.php/Brest_en_biens_communs, avec les wikis portails de Brest en biens communs 2009 : http://wiki.a-Brest.net/index.php?title=Brest_en_biens_communs_2009, Brest en Biens communs 2011 : et Brest en Biens communs 2013 : http://wiki.a-Brest.net/index.php/Portail:BBC_2013

BRIAND M. (2015), « Gouvernance contributive, réseaux coopératifs locaux et communs », Éthique publique [En ligne], vol. 17, n° 2, mis en ligne le 06 mai 2016, consulté le 13 janvier 2017. En ligne : http://ethiquepublique.revues.org/2297 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2297

BRIAND M. (2015), « Former à la coopération pour une dynamique de territoire contributif », Biennale du CNAM « Coopérer », 30 juin-3 juillet 2015. En ligne : http://www.innovation-pedagogique.fr/article203.html

BRIAND M. (2014), « Communs et politique publique du numérique à Brest », Bibliothèque(s), revue de l’Association des bibliothécaires de France, n° 76, pp. 42 à 45 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65410-76-bibliotheques-et-communs-de-la-connaissance.pdf

CONSEIL NATIONAL DU NUMERIQUE (2015), Biens communs et numérique, les propositions du Conseil national du numérique. En ligne : http://www.a-Brest.net/article17859.html

LE CROSNIER H. (2015), Une introduction aux communs de la connaissance, Recueil d’articles, Livre numérique EPUB, C&F.

ORSI F. (2013), « Elinor Ostrom et les faisceaux de droits, l’ouverture d’un nouvel espace pour penser la propriété commune », Revue de la régulation, n° 14, 2éme semestre automne. En ligne : https://regulation.revues.org/10471

OSTROM E. (2010), Gouvernance des biens communs, Bruxelles : De Boeck.

PEUGEOT V. (2013), « Les collectifs numériques, source d’imaginaire politique », Millénaire 3. En ligne : http://www.millenaire3.com/texte-d-auteur/les-collectifs-numeriques-source-d-imaginaire-politique

PEUGEOT V. (2014), « Facilitatrice, protectrice, instituante, contributrice : la loi et les communs », Contribution au colloque de Cerisy - Vers une république des biens communs ? - Septembre 2016 – Version de l’auteur. En ligne : https://vecam.org/Facilitatrice-protectrice-instituante-contributrice-la-loi-et-les

RESEAU FRANCOPHONE AUTOUR DES BIENS COMMUNS (s. d.), Les (biens) communs - Contours et repères. En ligne : http://fr.slideshare.net/VEBC/contours-et

VECAM (2011), Libres savoirs : les biens communs de la connaissance. Produire collectivement, partager et diffuser les connaissances au XXIe siècle, C&F éd.

Pour citer cet article

- Référence papier

Michel Briand et Bernard Brunet, « Appropriation sociale du numérique, communs et politique publique, retours sur l’expérience de la Ville de Brest », Netcom, 31-1/2 | 2017, 193-216.

- Référence électronique

Michel Briand et Bernard Brunet, « Appropriation sociale du numérique, communs et politique publique, retours sur l’expérience de la Ville de Brest », Netcom [En ligne], 31-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 09 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2690

Auteurs

Michel Briand

Responsable de formation à Telecom Bretagne. Élu à Brest de 1995 à 2014 et membre du Conseil National du Numérique de 2013 à janvier 2016, il a développé à l’échelle de son territoire une démarche contributive facilitant l’implication et le pouvoir d’agir. Il est également engagé activement dans des réseaux de l’innovation ouverte et des communs (Innovation-pédagogique, Bretagne Creative, Brest en communs, le Temps des communs…).

Bernard Brunet

Consultant en stratégie. Après des études de philosophie et une première vie professionnelle comme éducateur spécialisé puis comme bûcheron, suivie d’une trentaine d’années comme consultant en développement local au sein de la Scop Sapie qu’il a créée en 1989, Bernard Brunet aujourd’hui retraité, a choisi de mettre toute entière sa disponibilité et son expérience au service des communs, de la transition et des pratiques coopératives.

Droits d’auteur

- Licence Creative Commons CC by nc nd

[1http://assemblee.encommuns.org/index.php?title=Evaluer_les_communs, lien consulté le 30 septembre 2017 c’est cette date qui sert de référence par la suite pour les liens mentionnés.

[3Elinor Ostrom et les faisceaux de droits, l’ouverture d’un nouvel espace pour penser la propriété commune, Fabienne Orsi dans la revue de la régulation n° 14, 2éme semestre automne 2013, en lien : https://regulation.revues.org/10471

[4« Premier pas vers une gouvernance contributive », a-Brest, janvier 2014. http://www.a-Brest.net/article14658.html

[5Bilan des Points d’Accès Publics à Internet (PAPI) à Brest : une fréquentation élevée et un besoin de plus en plus social ! : http://www.a-Brest.net/article14804.html

[6Voir les articles qui retracent ce projet :
la page de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bureau_libre_Free-EOS
« Bureau libre - Free Eos ! le CD disponible essayez-le ! Copiez-le ! » mars 2005 http://www.a-Brest.net/article1292.html, pour plus d’information voir le wiki qui décrit le projet et a été conservé en ligne : http://www.bureau-libre-free-eos.infini.fr/index.php/Accueil
« Lieux de diffusion du CD bureau libre – Free-Eos », mars 2005, http://www.a-Brest.net/article1363.html

[7« Coût de la campagne de diffusion de "Bureau libre Free -EOS" » avril 2005 : http://www.a-Brest.net/article1372.html

[8De nombreux articles retraçant l’animation de ce projet sont publiés dans la rubrique : http://www.a-Brest.net/rubrique196.html.

[9Voir les sites : https://www.wikimanche.fr/, http://www.wiki-rennes.fr/, http://www.wikigarrigue.info ; et aussi l’article de Wikipédia sur les wiki territoriaux qui rend compte d’une diversité de ces initiatives dans le monde : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wiki_territorial

[10Une description de la démarche a été publiée en mars 2013 dans le cadre des « recettes libres » : http://wiki.a-Brest.net/index.php/@-Brest, site consulté le 14 janvier 2017.

[11Ceci est rappelé dans la rubrique rédaction placée en pied de page du site : http://www.a-Brest.net/article211.html

[13Voir le site : http://animacoop.net/wakka.php?wiki=PagePrincipale, qui présente les formations et donne accès aux supports et un premier bilan des formations réalisé en 2012 par Elzbieta Sanojca : « Formation-action Animacoop : quels bénéfices sur les pratiques professionnelles des animateurs de projets ? ».

[14Le site : https://docaBrest.wordpress.com/ rend compte des activités du réseau coopératif, avec ici une présentation de la démarche par 4 animatrices du projet : https://docaBrest.wordpress.com/2014/03/24/interview-presentation-du-projet-docBrest/.

[17Diapo n° 20 du diaporama, janvier 2016 : https://fr.slideshare.net/cdupuy5931/prsentation-communs-simple-57580421

[18Voir ici la catégorie wiki-contoir qui retrace ces temps de rencontre et les intervenants : http://www.wiki-Brest.net/index.php/Cat%C3%A9gorie:Wiki-contoir

[19Voir par exemple les « spip apéro » organisés et la création de plusieurs emplois en Coopérative d’Activité et d’Emplois (CAE).

[20Voir le portail des wikis : http://wiki.a-Brest.net/index.php, lien consulté le 14 septembre 2016.

[21http://docaBrest.wordpress.com, lien consulté le 14 septembre 2016.

[23Voir à ce sujet les 90 innovations sociales au pays de Brest publiées par Bretagne Creative : http://www.bretagne-creative.net/

Posté le 9 décembre 2017 par Michel Briand
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Swimming penguin
par mael rimbault
Creative Commons BY-NC-SA