@ Brest

Relier et partager autour du web

Internet pour tous en habitat social à Brest : Où en est-on ?

Expérimenté en 2009, le projet Internet en habitat social a été adopté par les locataires des 8 secteurs où le dispositif a été proposé. Cet article, présenté sous forme de fiche, dresse un bilan intermédiaire sur le projet et présente les étapes et données de sa réalisation.


Finalité du projet :

Proposer dans les quartiers d’habitat social de Brest métropole, une offre d’accès à Internet à moindre coût (1,14 euros/mois/logement au 01/03/2017) et un accompagnement des habitant.e.s pour s’équiper, se former aux outils et gérer leur contrat en téléphonie/internet.

Un pilotage co-construit :

  • Brest métropole habitat (Bmh)  : propriétaire des logements ;
  • Ville de Brest, service Internet et expression multimédia : coordination ;
  • Brest métropole, service Infrastructures et réseaux en charge de l’aménagement numérique du territoire
  • Brest métropole finance l’accompagnement.

Démarré en 2009, le déploiement du projet se fait progressivement par quartier :

  1. 2009 Kérourien
  2. 2012 Kéredern
  3. 2013 Valy Hir
  4. 2014 Queliverzan
    Bellevue rue d’Aquitaine
    Bellevue Bergot
    Bellevue Kerhallet/Quizac/Fougères
  5. 2015 : Bellevue Kerbernier

Les prochains quartiers :

  • 2017 : Kerangoff et Pen ar Creac’h
  • 2018 : programmation des autres quartiers à définir avec Bmh et différents partenaires.

Descriptif :

En complément du déploiement de la fibre optique ou de la couverture des zones blanches, la politique d’aménagement numérique de Brest métropole comprend un volet « numérique social ». C’est dans ce cadre qu’est conduit et financé le volet accompagnement d’Internet en habitat social qui vise à développer l’accès à Internet et ses usages dans les quartiers populaires. Il est pensé et mis en œuvre en lien étroit avec le bailleur social, Brest métropole habitat (Bmh), propriétaire des logements, Numéricable, opérateur, la Ville de Brest qui coordonne le projet dans le cadre de sa politique d’appropriation sociale de l’internet et du multimédia et les acteurs des quartiers.

Le principe de base qui guide la politique brestoise d’appropriation du numérique est l’accompagnement des habitant.e.s dans l’accès à internet et dans la découverte des usages. La singularité du dispositif repose sur un accompagnement renforcé en proximité avec :

  • Une proposition d’équipement en ordinateurs à faible coût (40 ou 70 euros), service assuré par la recyclerie Un peu d’R (précédemment par Le Boulon, puis la Maison du Libre).
  • Des ateliers multimédia gratuits pour s’initier au numérique proposés par les équipements de quartiers.
  • Un dispositif de validation des compétences (Visa Internet Bretagne).
  • Des conseils juridiques sur la gestion des contrats avec les opérateurs en lien avec les associations de défense de consommateurs.

Le calendrier de proposition de l’offre sur les quartiers est suggéré en fonction de la pré-existence ou non d’une offre d’accompagnement multimédia de proximité, socle à l’accompagnement des personnes.

La dimension multipartenariale du projet : le projet est lancé après avis, accord et souhait d’implication des acteurs du quartier qui le mobilise comme projet de développement social.

La collectivité aide les associations impliquées dans l’accompagnement et coordonne le projet.

Une offre collective

L’offre d’accès est proposée par Numéricable. Numérisun est une offre TriplePlay qui comprend :

  • La télévision (chaînes de la TNT)
  • L’internet à 5 mbit/s (débit confortable et stable) avec modem wifi
  • La téléphonie entrante + sortante mais uniquement vers les numéros d’urgence.

Cette offre est collective : lorsque le vote est positif, le bailleur social contractualise pour l’ensemble des locataires des différents secteurs.

Pourquoi un vote ?

Depuis 20 ans, les locataires Bmh disposent du « service antenne » c’est-à-dire de la télévision au prix de 1,56 €/mois/foyer. Les 1,14 € correspondant à l’abonnement viennent s’ajouter à ces charges locatives.

Toute charge locative supplémentaire nécessite un vote décisif des habitant.e.s pour l’adoption du dispositif.

Un projet à l’échelle de la ville de Brest

A ce jour, le projet concerne les quartiers d’habitat social de la ville de Brest.
Aujourd’hui, le service a été adopté sur 8 secteurs, soit 4 700 logements.

Les résultats des votes :

En direction de qui ?

Les locataires de Brest métropole habitat (Bmh), bailleur social de Brest.

Caractère innovant du projet

Brest a été la première ville en France à proposer un dispositif mêlant une offre collective et de l’accompagnement sur 3 volets : équipement en ordinateurs à faible coût, accompagnement pour les branchements et ateliers multimédia gratuits, conseils juridiques pour les contrats avec les opérateurs.

Ce projet a essaimé avec notamment la ville de Fontenay-sous-Bois qui propose un projet quasi similaire à ses habitant.e.s.

L’innovation porte aussi sur la dimension partenariale du projet :

  • Le choix du quartier est conditionné par la volonté des partenaires institutionnels, associatifs de s’impliquer.
  • L’accompagnement est réalisé par des associations : recyclerie Un peu d’R, équipements de quartier, CSF (Confédération syndicale des familles), CLCV (association nationale de consommateurs) pour l’accompagnement juridique.
  • Il y a une volonté forte que ce projet global puisse être un support de développement social à l’échelle du quartier.

Enfin, c’est un projet qui a été retenu comme « fait marquant » en matière de développement durable en 2012.

Partenaires

Une dynamique partenariale centrale.

Internes :

  • Brest métropole – service Infrastructures et Réseaux
  • Mairies de Quartier
  • Bibliothèques
  • Développement social urbain (DSU)
  • Direction des systèmes d’information et des télécommunications (DSIT) (ordinateurs déclassés qui partent vers la recyclerie).

Externes :

  • Brest métropole habitat (Bmh)
  • Numéricable
  • Recyclerie Un peu d’R
  • Associations de défense de consommateurs (CSF/CLCV)
  • Équipements de quartier (coordonnant l’accompagnement multimédia)
  • Associations de quartiers (socio-culturelles, sociales, Économie sociale et solidaire (ESS), sportives….) : toutes les associations qui peuvent être intéressées par le volet numérique ou le volet inclusion sociale.
  • Les institutions (par exemple le CDAS, Centre départemental d’action sociale…)

Financement du projet

  • Les locataires bénéficient d’un abonnement internet à 1,14 euros (au 1er mars 2017).
  • L’accompagnement, pris en charge par Brest métropole, est gratuit pour les habitant.e.s.
  • La coordination du projet est financée par la ville de Brest (temps de travail d’agent.e.s).

Éléments de bilan sur le projet

Globalement, on constate que sur un quartier, de 10 à 16 % des habitant.e.s se saisissent du dispositif.

Remarque générale :

85 % des français.es disposent d’une connexion à Internet à domicile. (sources Crédoc 2016)
Le pourcentage de foyers raccordés à l’offre pourrait paraître peu élevé. Cependant ce chiffre venant s’ajouter au nombre d’abonné.e.s à d’autres services commerciaux, au total, le nombre de logements connectés dépassent probablement les moyennes nationales de connexions à domicile.

Ce sont en grande majorité des personnes fragilisées :

  • faibles ressources (minimas sociaux) ;
  • familles monoparentales ;
  • personnes isolées.

A noter que l’éloignement du numérique pour les personnes qui n’ont pas encore d’usage, est lié à plusieurs critères : l’âge, la composition du foyer, le niveau d’études et le niveau de ressources.

cf. Crédoc, "La diffusion des Technologies de l’information et de la communication dans la société française (JUIN 2014)"

Une majorité des personnes n’a jamais touché à Internet précédemment.
Elles reconnaissent que sans cet accompagnement et cette mise en confiance, elles ne se seraient pas lancées dans l’aventure.

En complément, on constate parmi les personnes isolées une certaine remise en mouvement et des liens qui se rétablissent progressivement au fil des ateliers multimédia collectifs.

Une évaluation par questionnaire et interviews :

Les étapes pour chaque quartier

Après une première phase de validation du bailleur social (Bmh) et de Brest métropole, le projet, sur chaque quartier, suit les étapes suivantes :

  • 1 - Réunion des partenaires du quartier :

Cette rencontre réunit les associations du quartier intéressées par le projet, l’adjoint de quartier, les représentant.e.s des locataires, le bailleur, la collectivité, le fournisseur d’accès…

Elle a pour objectifs :

    • de présenter les grandes lignes du projet : offre, accompagnement, étapes ;
    • de valider avec les partenaires la venue du projet sur le quartier ;
    • d’échanger sur le rôle de chacun.e dans le projet ;
    • de mettre en place un calendrier prévisionnel ;
    • de présenter les supports d’information qui seront diffusés.
  • 2 - Information des habitant.e.s avant le vote des locataires :

Les 1,14 € par mois et par logement s’inscrivant comme une charge locative complémentaire au service antenne, ce sont les locataires qui se prononcent sur la mise en place du service. Ce choix se fait via un vote organisé par le bailleur en lien avec les représentant.e.s des locataires (CSF, CLCV…).

Avant ce scrutin, les partenaires du projet organisent l’information des habitant.e.s.
Cette information passe par différents vecteurs et actions en fonction de la singularité du quartier :

    • Courrier du bailleur aux habitant.e.s
    • Flyer (via les boites aux lettres, remis à la sortie de l’école, dans la rue…)
    • Livrets explicatifs (sur l’offre collective, le fonctionnement, l’accompagnement des habitant.e.s dans leurs usages, le vote, le calendrier du projet)
    • Affiches dans les halls d’immeubles
    • Permanences de l’animateur.rice du projet sur le quartier…
    • Informations données par les associations auprès de leur public…

Cette période d’information est prévue sur deux mois.

Des réunions publiques sur le quartier

Cette rencontre est importante car il s’agit de présenter le projet aux habitant.e.s. C’est un temps d’information, d’explication, d’échanges et de débats où les habitant.e.s peuvent poser directement leurs questions et obtenir des réponses du bailleur, de la collectivité ou du fournisseur d’accès. Des personnes d’autres quartiers, déjà équipées, sont invitées à témoigner de leur expérience (sur demande des associations de locataires).

  • 3 - Le vote des locataires :

Le bailleur organise le vote des locataires (1 voix par logement). Le vote se déroule sur une semaine. Si le service est adopté à la majorité, la mise en œuvre est programmée.

  • 4 - Mise en œuvre de l’offre (si vote positif) :

Deux demi-journées de lancement à 1 semaine ou 15 jours d’intervalle. Elles permettent aux habitant.e.s :

    • de contracter l’offre et de retirer leur modem ;
    • de commander ou retirer leur matériel informatique auprès de l’association (ordinateurs de 40 à 70 euros) ;
    • d’échanger avec les représentant.e.s des locataires qui réalisent l’accompagnement juridique des personnes sur les contrats.

Un accompagnement des personnes tout au long de l’année pour :

    • installer leur matériel (à domicile dans certains cas)
    • découvrir les usages d’internet et du multimédia : ateliers, permanences, échanges
    • gérer toute question relative à l’abonnement : permanence des associations, lien avec l’animateur.rice du projet sur le quartier.

Annexe 1

Les quartiers qui bénéficient déjà du service

Remarque générale :
85 % des français.es disposent d’une connexion à Internet à domicile (source : Credoc 2016)
Le pourcentage de foyers raccordés à l’offre pourrait paraître peu élevé. Cependant ce chiffre venant s’ajouter au nombre d’abonné.e.s à d’autres services commerciaux, au total, le nombre de logements connectés dépassent probablement les moyennes nationales de connexions à domicile.

Il faut également rappeler que les personnes qui ont choisi cette offre sont pour la plupart celles qui n’auraient pas pris le service sans avoir été accompagnées, des publics très éloignées du numérique.

2009 - Kérourien : (596 logements)
C’est sur ce quartier qu’a été expérimenté le projet en 2009. Après un vote favorable en décembre, le projet a été lancé début 2010 sur le quartier.
12 % d’abonné.e.s en 2012 – 15,77 % en 2015

2012 - Kérédern (1052 logementst)
Projet voté fin 2012, lancement en février 2013.
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Kérédern.
13 % d’abonné.e.s en 2012 – 16,63 % en 2015

2013-Le Valy-Hir (395 logements)
Adopté en décembre 2013, mis en œuvre en février 2014.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison de quartier du Valy Hir.
12 % d’abonné.e.s en 2014 – 12,66% en 2015

2014 - Quéliverzan (411 logements)
Adopté en 2014, mis en œuvre en juin 2014.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison de quartier du Valy Hir.
10 % d’abonné.e.s fin 2014 – 12,41% en 2015

2014 - Bellevue 3 secteurs
Bergot/Kerhallet-Quizac-RueFougères/Rue d’Aquitaine
Adopté en 2014, mis en œuvre en février 2015.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison Pour Tous de Bellevue.
13,25 % d’abonné.e.s à ce jour.

2015 - Kerbernier
Adopté en 2015, mis en œuvre en décembre 2015.
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Bellevue.


2017
Dispositif en cours de déploiement à Kerangoff et Pen ar Creac’h.

2018
Autres quartiers à définir
D’autres quartiers seront proposés en 2018. La liste n’est pas arrêtée à ce jour.

Posté le 10 mars 2017 par Claire LP, Elisabeth Le Faucheur
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Abbaye Notre-Dame de Daoulas. Abadía de Daoulas
par Trix: Pierre qui roule .......
Creative Commons BY-NC-SA