@ Brest

Relier et partager autour du web

Akhenaton ne croit plus dans les majors et lance un label en ligne

Akhenaton ne croit plus dans les majors et lance un label en ligne
Guillaume Champeau - publié le Lundi 22 Novembre 2010 à 14h37 - posté dans Musique Numérique
Pirater cet article !
Imprimer
Envoyer
Partager
11 commentaire(s)
Industrie musicale

Akhenaton, connu pour être membre du groupe IAM, lance une nouvelle formule sur le site Me Label, qu’il a co-créé pour proposer une distribution dématérialisée de la musique sur Internet. Interrogé par Tom’s Guide, il explique que "si on attend que les maisons de disques trouvent des solutions, elles ne viendront pas". C’est même selon lui une stratégie de groupe, puisque "Universal c’est qui ? C’est SFR, Vivendi, (...) ce qu’ils ne vendent pas en disques, ils le gagnent en abonnement internet".

Reprise d’un article publié par Numerama
sous Contrat creative Commons posté par Guillaume Champeau - publié le Lundi 22 Novembre 2010

L’article, ses liens et commentaires

L’artiste entrepreneur propose donc avec Me Label une formule clairement destinée aux fans, sans l’intermédiaire d’une maison de disques. "Pour un abonnement au prix d’un album, 14,99 € par an, on a un titre original, enregistré mixé et masterisé par mois. On propose tout au format WAV. Le MP3 pourri, on le propose aussi pour celui qui aime ça. Mais la majorité des inscrits téléchargent en WAV. À fin de l’année, on obtient donc une douzaine de titres qui sont tous disponibles en multitrack", décrit Akhenaton.

Comme c’était le cas sur son album Sol Invictus en 2001, tous les morceaux sont disponibles dans un fichier de 12 pistes, avec un logiciel qui permet de les remixer et de partager les remixes. "À l’époque j’avais reçu 3500 remixes. Je m’étais alors dit : le futur il est là", raconte le chanteur.

Déjà lancé discrètement depuis 3 mois, le site a rassemblé jusqu’à présent 500 abonnés, pour un seuil de rentabilité annoncé à 2 000 abonnés, soit 30 000 euros annuel. Une somme très raisonnable, qui ne représente que 2 500 euros de chiffre d’affaires par mois. Reste à voir s’il peut être viable pour des artistes qui n’ont pas déjà acquis une certaine notoriété.

Posté le 22 novembre 2010
©© a-brest, article sous licence creative common info