@ Brest

Relier et partager autour du web

Lien social, accès accompagné, expression multimédia, compétences numériques, coopération, territoires en réseau, innovation sociale, biens communs et cultures numériques

" Musik Mekanik " projet proposé par le Centre breton d’art populaire

Cette initiative fait partie des 45 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l’Appel à Projets Multimédia 2015.

Le Centre Breton d’Art Populaire - Ecole de musique associative à Brest, Landerneau et Sizun

Présentation synthétique du Centre Breton d’Art Populaire

L’association du Centre Breton d’Art Populaire a été créée en 1977 sur l’initiative d’une équipe de passionnés dont le compositeur Brestois Pierre-Yves Moign (arrangeur pour les symphonies Bretagne et Iroise de Didier Squiban), qui a dirigé le CBAP pendant 22 ans.

L’établissement, accessible à tous, se veut un lieu convivial d’apprentissage de la musique traditionnelle bretonne et des musiques de traditions orales d’ici et d’ailleurs.

Le projet de l’association est porté par une équipe de 17 salariés (14 enseignants, une secrétaire, une assistante administrative et une directrice) et un conseil d’administration.

Chaque année une moyenne de 300 adhérents franchissent la porte du CBAP pour y suivre un cours collectif ou individuel et de nombreux ateliers.
14 instruments y sont proposés ainsi qu’un chœur de femme, du kan ha diskan, un atelier de danse, de l’éveil musical et un parcours de découverte instrumentale pour les enfants de 7/8 ans.

Nous proposons 80 heures de cours par semaine calées sur le calendrier scolaire (Convention collective de l’animation).

L’association propose en collaboration avec l’Education Nationale, des interventions en premier degré et en collège, et a engagé, dans le cadre du dispositif CHAM (classe à horaires aménagée musique) et TMD (Bac technique de la musique et de la danse) un partenariat avec le Conservatoire de Brest Métropole.

Les élèves sont rapidement invités à se produire en public lors de manifestations organisées par l’association, concerts, festou-noz… Ils participent aussi aux projets culturels des villes où se déroulent les cours (Brest, Landerneau, Sizun). A Brest nous sommes actifs sur des manifestations telles que les Journées du Patrimoine, la Foire aux Croûtes, Mômes en Fêtes, le Printemps des Sonneurs, le lavoir Saint Martin et pour la première fois cette année le samedi 19 septembre pour le
premier « Ensemble dans mon quartier » co-construit avec le Patronage Laïque Guérin et les associations du quartier Saint Martin.

En complément des cours, l’association organise des concerts en musique traditionnelle actuelle en programmant des artistes de Bretagne et d’ailleurs dans des salles de diffusion du Finistère.

Chaque saison plusieurs master classes sont organisées afin d’aborder un répertoire ou un style musical différent de ceux habituellement proposés. Ces stages longs (1 semaine) ou courts (1 à deux jours) permettent de travailler des répertoires européens (Grèce, Roumanie, Serbie) ou en musique du monde (Québec, Syrie, Mali) à titre non exhaustif.

Des projets occasionnels sont proposés aux adhérents, visites, conférences, rencontres avec des musiciens professionnels etc... et le nouveau projet Musik Mekanik.

Nos relations avec la culture numérique.

Le Centre Breton d’Art Populaire est un des PAPI de Brest. Le PAPI du CBAP est moins fréquenté
qu’auparavant leur nombre ayant considérablement augmenté aux alentours.

Nous sommes également Point de Consultation Dastum. La fédération régionale Dastum, développe son action autour de trois axes principaux : le collectage, la sauvegarde, la transmission et la valorisation du patrimoine culturel breton.

Le fond sonore dédié au patrimoine orale de Bretagne permet en accès libre une phonothèque de 90 000 documents, un fond d’archives manuscrites, une bibliothèque de 30 000 chansons, une discothèque de 4 600 disques et supports sonores et une photothèque de 27 000 documents iconographiques.

Le projet que nous présentons dans le cadre de l’Appel à projet multimédia 2015 n’est pas aussi complet que celui mené par la fédération Dastum, mais correspond à une accessibilité simple et ludique à des répertoires en musique populaire de Bretagne.

Nous avions déposé en 2011 un projet intitulé : « Petit collectage entre amis... et en famille ».
Malheureusement après un travail préparatoire conséquent en équipe, le projet ne s’est réalisé que partiellement. La saison 2011-2012 a été riche en projets pédagogiques, sessions toute l’année avec Fawaz Baker (musicien Syrien), échange de deux semaines (accueil et voyage) avec le Conservatoire de Musique de Limoges.

En revanche nous avons participé à des enregistrements dans le cadre du wiki-Brest courant 2012-2013 :

Cinq enseignants ont mis en ligne des morceaux du répertoire Léonard. Pour ces enregistrements ils ont dû répéter plusieurs fois en amont. Ces heures de travail on été rémunérées en heures complémentaires mais nous n’avons pas effectué de demande de prise en charge supplémentaire.

Nous avons profité du wiki-Brest pour déposer le film documentaire de Christelle Legall (Tébéo et indépendante) sur le Centre Breton d’Art Populaire. Le film d’une durée de 14 minutes retrace les activités de l’association sur la saison 2011-2012. Il est vivement conseillé de le regarder même si les choses ont quelques peu changé depuis lors.

Tout est par ici : (http://www.wiki-brest.net/index.php/Centre_Breton_d%27Art_Populaire)

De plus grâce au prêt par la Ville de Brest d’un enregistreur de marque Edirol nous avons pris l’habitude d’enregistrer certains cours, les master classes et des concerts d’élèves. Ceci est propice à un travail d’écoute entre élèves et enseignants et permet de savoir quelle partie, quel thème, quelle amélioration rythmique à apporter.
De façon plus générale, les administratrices se servent d’ordinateurs au quotidien en utilisant des logiciels de comptabilité, d’édition de bulletin de salaire, de fichier élève comme File Maker Pro, ou tout simplement d’internet. Mais il faut admettre qu’une formation notamment en communication, réalisation de news letter ou de mise en page plus dynamique serait bénéfique.

Nous attendons avec intérêt les prochaines propositions des formations du Service internet et expression multimédia de la Ville de Brest. Un premier stage en communication écrite a été suivi par une des collaboratrices la saison passée.

Pourquoi mettre en place un projet d’expression multimédia cette année ?

Des enseignants du Centre Breton ont mis en place un premier travail d’enregistrement au printemps 2015. Une trentaine d’élèves se sont succédés pendant 4 soirées au studio de La Carène.

Ce premier projet s’est concrétisé par la réalisation d’un CD dont une copie est jointe au dossier.

Les élèves ont apprécié cette découverte du travail d’enregistrement en studio : un enregistrement de musiciens amateurs dans des conditions professionnelles. L’accueil chaleureux de l’équipe de La Carène réservé aux élèves et aux enseignants ont apporté un aspect très positif au projet.

Les élèves qui ont joué ensemble pour l’occasion ne se connaissaient pas tous. Les ensembles, allant du duo à 10 personnes, étaient multi-générationnels et multi-instrumentistes.

Cette expérience est un véritable apport dans le parcours d’apprentissage de l’élève :
– la position de l’élève au sein d’un groupe
– l’écoute des autres pendant l’enregistrement
– vaincre le trac
– les instruments à réaccorder en raison de la chaleur en studio
– écouter les différentes versions enregistrées
– s’écouter au sein des différentes versions
– donner son avis tout en se mettant d’accord sur la « bonne version »
– satisfaction une fois le CD entre les mains

Points à améliorer

Au-delà de ces aspects positifs quelques bémols sont apparus au fur et à mesure de la mise en œuvre du projet ainsi qu’une certaine déception sur son aboutissement.
. L’enseignant principal qui a porté le projet, Philippe Lamezec, y a consacré un temps
conséquent allant du mixage à la réalisation de la pochette.
. Le temps de travail de répétition était trop court pour avoir un niveau de maîtrise suffisant des morceaux à enregistrer.
. De plus, la création d’un support matériel (250 cd) a entraîné une dépense de 350 euros.
L’exemplaire est en vente à 4 euros, il comporte 10 titres. Malgré le faible prix de vente, le stock reste important et la distribution reste confidentielle.

C’est dommage mais cet état de fait nous a amenés à envisager le projet d’une façon inédite.
Tout en gardant tous les bienfaits de l’enregistrement cités plus haut, ne serait-il pas plus judicieux d’utiliser internet pour diffuser les enregistrements, ce qui permettrait d’une part d’économiser la partie fabrication et de permettre à un plus grand nombre d’écouter le travail de nos élèves et d’en profiter pour enregistrer également les enseignants dans un travail d’ensemble.

Comment permettre a un large public d’accéder gratuitement à ces enregistrements ?

L’idée de mettre en ligne sur le nouveau site internet du CBAP a émergé au moment du bilan des enregistrements de La Carène :
– Permettre que les élèves s’épanouissent en enregistrant des morceaux en studio.
– Proposer à plus de groupes d’accéder à cette manifestation, les chanteurs, les enfants par exemple.
– Proposer que les élèves découvrent le savoir faire de leurs enseignants.
– Créer une dynamique d’équipe des enseignants, ils se croisent entre deux cours, n’ont pas les même plannings, voire même ne se croisent pas de l’année en raison des sites d’enseignement éclatés.

Ce projet, plus important que le premier, serait de toute façon trop « lourd » à mettre sur un seul CD.
Le fait de passer par une expression numérique serait, pour nous, le processus idéal pour une réalisation plus aboutie de Musik Mekanik.

Porteur du projet :

Association Centre Breton d’Art Populaire
5 rue Marengo
29200 Brest

Posté le 1er mai 2016
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Abstract, Brest
par TheRevSteve
Creative Commons BY-NC-SA