@ Brest

Relier et partager autour du web

La wikification de la Science comme nouvel horizon pour l’Open Access ?

En novembre dernier, je me souviens avoir participé dans le cadre du Paris Open Source Summit 2014 à une table-ronde sur l’Open Science. Lors de la séance de questions avec la salle, une discussion particulièrement intéressante a eu lieu à propos des liens entre l’Open Access et les licences libres. Lors de ma présentation, j’avais soutenu l’idée que pour aller vers une forme plus aboutie d’Open Science, il était nécessaire non seulement de rendre accessible les articles gratuitement en ligne, dans le cadre d’une démarche d’Open Access, mais aussi de les rendre réutilisables en les plaçant sous licence libre. C’est une idée que j’ai développée à plusieurs reprises sur S.I.Lex, et notamment dans cet article : « L’Open Access sans licence libre a-t-il un sens ? »

3602393341_243513ba19_z

Image par h_pampel. CC-BY-SA. Source : Flickr

Les textes fondateurs du mouvement de l’Open Access, notamment la déclaration de Budapest de 2001, établissaient bien à l’origine un lien fort entre l’accès ouvert aux articles scientifiques et les licences libres, que ce soit pour la Voie Dorée ou la Voie Verte. Certains projets américains de publication scientifique comme PLoS (Public Library of Science) ont généralisé l’emploi des licences Creative Commons pour la diffusion des articles scientifiques.

Mais c’est encore loin d’être le cas pour l’ensemble des archives ouvertes ou des revues en libre accès, notamment en France, où l’utilisation des licences libres par les chercheurs est au mieux optionnel et en pratique assez peu développé. Il a ainsi fallu attendre le début de l’année 2015 pour que la plateforme HAL en France offre formellement la possibilité à ses utilisateurs d’utiliser les licences Creative Commons. On aboutit donc au paradoxe où le développement de l’Open Access continue à se faire globalement en France « sous le signe du copyright », alors même que la propriété intellectuelle est souvent dénoncée comme un facteur d’enclosure du savoir scientifique (voir à ce sujet cette synthèse magistrale produite ce mois-ci par Hervé Le Crosnier : « A qui appartient la connaissance ?« ).

Pourquoi placer les articles scientifiques sous licence libre ?

Or lors de la table-ronde de l’Open Source Summit, un chercheur présent dans la salle a posé une question pour demander quels bénéfices au juste on pouvait attendre du passage des articles sous licence libre. Il comprenait en effet l’importance des licences libres dans le secteur du logiciel, dans la mesure où la réutilisation y joue un rôle essentiel, rendant insuffisant le seul accès au code source des logiciels. Mais dans sa pratique de chercheur, il avouait ne pas voir en quoi il était important de rendre les articles « réutilisables ». Pour lui, le vrai bénéfice de l’Open Access est de permettre la libre consultation des articles, en dehors des restrictions imposées par les « paywalls » des éditeurs scientifiques. Leur simple lecture suffit pour pouvoir en extraire les idées et informations pertinentes. La disponibilité en ligne garantit par ailleurs la citabilité des articles et le fait de pouvoir y renvoyer les autres lecteurs par le biais de liens hypertexte.

J’avoue que la question était pleinement justifiée et qu’il n’est pas si simple de répondre à ces arguments. Mais après réflexion, je me souviens avoir essayé de faire un parallèle avec l’encyclopédie en ligne Wikipédia pour essayer de faire comprendre l’intérêt des licences libres appliquées aux articles scientifiques. En dehors du logiciel libre, Wikipédia a en effet apporté la preuve depuis sa création du potentiel extraordinaire que pouvaient libérer les licences libres en lien avec la production collaborative de textes à des fins de diffusion de la connaissance.

Au-delà du simple Libre Accès, le passage d’une grande masse d’articles scientifiques sous licence libre aboutirait au final à la création d’une « Science wikifiée ». Chacun serait alors libre non seulement de consulter les articles scientifiques, mais aussi de les republier, de les recombiner et de les modifier pour les améliorer et les enrichir. Chaque article dans cet optique cesserait d’être un texte figé pour devenir une matière première susceptible d’évolution par enrichissement collaboratif. Un des bénéfices que l’on pouvait attendre du passage à une science « wikifiée » serait d’accroître la dimension collective de la production du savoir et de la détacher au niveau le plus fin de granularité des individus qui la produisent. Et c’est à mon sens un aspect essentiel pour passer de l’Accès Libre à une véritable Science ouverte (Open Science).

Le Wikiprojet Open Access/Signaling OA-ness

D’autres ont développé des idées similaires, comme Pier-Carl Langlais dont je vous conseille la présentation ci-dessous sur les liens entre les licences Creative Commons et les publications scientifiques.

Mais je suis récemment tombé sur la description d’un projet porté par la communauté des Wikipédiens, qui pourrait constituer une des manières de faire progresser de manière significative cette idée de « Science wikifiée ». Intitulé « Wikiproject Open Access/Signaling OA-ness« , ce projet a pour but premier de signaler clairement et simplement aux utilisateurs de Wikipédia quels sont les articles scientifiques cités dans les pages de l’encyclopédie qui sont disponibles gratuitement en Open Access (voir cette vidéo de présentation).

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo.

On comprend en effet l’intérêt de pouvoir mettre ainsi en avant les sources ayant servi à écrire les articles de Wikipédia. Mais le projet ambitionne d’aller plus loin, comme on peut le lire dans la description (je traduis) :

Le projet se donne pour objectif :

  1. De créer une base de données listant toutes les publications scientifiques écrites à ce jour. C’est plus simple qu’il n’y paraît.
  2. Au lieu de garder ces citations hébergées localement sur chacun des projets Wikimedia, de les mettre ensemble dans Wikidata. Supposons pour schématiser qu’un article est cité par 10 articles de Wikipédia, existant dans 200 langages. Aujourd’hui, cela voudrait dire que la citation devrait être créée 2000 fois, ce qui est complètement inefficient. Si elle figurait sur Wikidata, elle pourrait alors être créée une seule fois et appelée ensuite à partir de cette première instance.
  3. En même temps que ce catalogue en perpétuelle évolution, si un article cité sur n’importe quel projet Wikimédia est en Open Access, il pourrait être automatiquement copié sur Wikisource, les différents médias qui l’accompagnent importés sur Wikimedia Commons, la citation dans Wikidata et enfin la référence dans Wikipédia ou partout où il est réutilisé […]
  4. On aboutirait au résultat final que chaque fois qu’un article scientifique serait cité sur un projet Wikimédia, comme Wikipédia, alors un bot pourrait procéder à l’examen de cet article. Il pourrait inscrire cette citation dans Wikidata, vérifier si l’article est en Open Access, et si c’est le cas, copier le texte et les médias associés automatiquement et mettre en place une métrique pour évaluer comment cette citation est utilisée.

On voit bien avec un tel projet les bénéfices en terme de visibilité pour les articles en Open Access, liés notamment au fait que les références seraient incluses dans Wikidata et donc inscrites directement dans le web de données. Mais le projet n’est pas cantonné au seul signalement des ressources en libre accès. Il se propose aussi de centraliser les contenus via les différents projets Wikimedia : le texte des articles intégrant Wikisource ; les images, vidéos et sons associés pouvant intégrer de leur côté Wikimedia Commons. La description du projet indique d’ailleurs que des test d’import automatisé de contenus ont déjà eu lieu à partir de la base de données américaine PubMed Central.

Mais bien entendu, étant donné les principes de fonctionnement de Wikipédia, tout ceci n’est possible que si les articles à l’origine sont placés sous licence libre (CC0, CC-BY ou CC-BY-SA). Des articles simplement placés en Open Access, mais sans licence libre associé ne pourront pas intégrer cette gigantesque archive de la Science ouverte que les wikipédiens ont l’ambition de constituer.

Une science wikifiée ou « githubisée » ?

Un tel projet s’approche de l’idée d’une « science wikifiée », sans toutefois complètement lui correspondre. En effet, une plateforme comme Wikisource dans laquelle les articles seront copiés à pour fonction de constituer une bibliothèque de textes de référence, mais n’est pas en elle-même une interface destinée à écrire collaborativement les textes. Cela signifie que les articles scientifiques importés sur Wikisource n’auront pas vocation à être modifiés, enrichis et prolongés, à l’image des articles de l’encyclopédie Wikipédia eux-mêmes.

Pour libérer pleinement le potentiel de l’Open Source, peut-être faut-il en défintive que la Science soit davantage « githubisée » que wikifié ». C’est l’idée défendue dans cet excellent article publié sur Slate en juillet dernier : « L’Open Source n’a pas (encore) révolutionné la science« . L’auteur (Lily Hay Newman) explique qu’il manque encore dans le domaine scientifique un site qui remplirait le même office que Github en matière de logiciels, en permettant la contribution de communautés à des projets. L’article pointe notamment l’importance de la gestion des versions et de la traçabilité des contributions. Il insiste aussi sur le fait que l’enjeu ne ne situe plus seulement au niveau des articles scientifiques, mais peut-être aussi surtout à celui des données de la recherche.

Plusieurs projets comme Synapse, Figshare, Authorea ou Dataverse sont en cours de développement et cherchent à mettre en place des architectures de production collaborative du savoir scientifique. La question des modèles économiques et de la gouvernance de ces plateformes reste cependant posée et c’est un point à propos duquel il convient d’être extrêmement vigilant pour éviter la reconstitution d’enclosures sur le savoir scientifique. En la matière, il est certain que les projets Wikimédia offrent des garanties importantes, étant donné leurs règles de fonctionnement et leur mode de financement.

***

On perçoit donc une profonde recomposition en cours du champ du libre accès aux productions de la recherche et il est certain dans un tel contexte que le lien avec les licences libres est fondamental pour l’accomplissement des promesses de l’Open Science.

Classé dans :Penser le droit d'auteur autrement ... Tagged : archives ouvertes, Creative Commons, github, Libre accès, licences libres, open access, Open Science, science, wikipédia

HTML
Via un article de calimaq, publié le 13 août 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Vue aérienne du campus de Brest
par IMT Atlantique
Creative Commons BY-NC-SA