@ Brest

Relier et partager autour du web

Prendre en compte la dimension contributive dans nos projets !

S’ouvrir aux dynamiques contributives ! (2)

Après un précédent article sur une expérience locale nommée gouvernance contributive voici quelques idées autour du changement de culture qu’implique la prise en compte d’une société où émergent des dynamiques contributives.

Une société transformée par le numérique

En 20 ans, 80 % de la population s’est équipée d’ordinateurs, de téléphones portables, de tablettes, connectés à internet. Nombre de nos activités s’en trouvent transformées qu’il s’agisse de choisir un programme de télévision, de partager la musique, de rechercher l’information, d’organiser un voyage ou de travailler ! Nous voici dans une transformation de la société qui n’en est qu’à ses débuts et d’une ampleur comparable à celle de l’usage de l’écriture il y a 3000 ans ou plus récemment celle de l’imprimerie, de la diffusion des idées et des connaissances comme l’explique Michel Serres.

Le numérique nous confronte pour la première fois de notre histoire à l’abondance : un texte, une photo, un morceau de musique peuvent être copiés avec un coût très faible sans que cela prive celui qui en permet la copie. Une personne peut produire et mettre en ligne une vidéo qui sera vue par des milliers de personnes. Les réseaux sociaux permettent à des centaines de personnes de s’associer autour d’idées, de créer des réseaux d’échange.
Pour gérer cette abondance, les acteurs du logiciel libre ou de wikipedia, ont inventé de nouvelles façons de faire basées sur la contribution d’un grand nombre de personnes et le partage. Très loin de notre culture « cartésienne » de gestion de projets qui hiérarchise et découpe nous voici dans un bazar qui s’auto régule (cf la cathédrale et le bazar). Linux, Firefox, nombre de composants au cœur d’internet puis wikipedia illustrent cette réalité d’une co-production qui agrège les apports de milliers de contributeurs.

Petit à petit cette compréhension d’une nouvelle forme d’organisation qui s’appuie sur la contribution d’un grand nombre d’acteurs émerge. Au quotidien, nous la pratiquons en commerçant sur les petites annonces en ligne, en échangeant de la musique avec des amis, en diffusant une information utile à d’ autres sur un réseau de messagerie, en annotant notre satisfaction sur un achat ou service, ou en participant à un groupe sur un réseau social.

Bernard Stiegler parle d’« une économie contributive [qui] repose sur le développement des savoirs des individus, et [où] le partage de ces savoirs est facilité par une propriété collective qui n’empêche pas sa circulation. »

Comme l’explique Valérie Peugeot « on observe un foisonnement d’individus et de collectifs qui cherchent, inventent, construisent pour répondre aux besoins que ni la puissance publique, ni les acteurs traditionnels du marché ne semblent en capacité de satisfaire . »

Penser contributif : un changement de culture

Beaucoup de nos fonctionnements datent de ce temps d’avant le numérique où l’organisation sociale est hiérarchisée et cloisonnée.

Lorsque l’état lance un appel à projets pour soutenir le mouvement des ateliers de fabrication numérique (les « fablabs ») la centaine de projets déposés venant de toutes les régions rend compte d’une vitalité de ces acteurs qui à la manière du logiciel libre proposent une réappropriation partagée de la fabrication à partir d’imprimante 3D, de découpe laser ou de circuits électroniques libres. Alors que le mouvement de la fabrication numérique parti du MIT s’appuie sur le partage des fabrications, et une coopération en réseau ouvert voici que les projets des uns et des autres restent inaccessibles. Ne serait - il pas préférable que ce grand nombre de projets retenus ou non, soient donnés à voir pour valoriser la richesse de propositions, de susciter de nouvelles initiatives. Ce serait un autre manière considérer les appel à projet:non seulement comme une sélection du « meilleur relatif » mais aussi comme un moyen de capitaliser de fertiliser la pensée inventive.

A une échelle bien plus modeste, lorsque nous avons initié un appel à projets autour d’internet et du multimédiaà Brest, nous avons fait de la publication par les acteurs de leur projet, de son suivi (récit, bilan ..) et du soutien de toutes les envies de faire, le cœur de la démarche. L’évaluationréalisée par le laboratoire des usages Marsouin a montré qu’au delà du soutien financier, c’était la mise en réseau, qui était l’apport essentiel pour les participants à l’appel à projet. Dans notre éducation où nous apprenons à l’école à cacher notre copie privilégier la coopération et le partage n’est pas évident. Hier, un proviseur de lycée disait « si je publie mon projet le lycée d’à côté fera la même chose ». C’est bien là le cœur du changement : voulons nous classer, sélectionner un petit nombre ou diffuser et favoriser l’émergence d’une myriade d’initiatives où des milliers de personnes s’impliquent ?

Je prendrai un second exemple de ce changement de culture dans l’organisation de l’information dans l’enseignement supérieur. Aujourd’hui un enseignant du supérieur à Brest n’a pas accès au cours de ses collègues de Lorient ou de Rennes et pourtant ils se connaissent. Les supports de cours sont en ligne dans un intranet et il suffirait d’ouvrir la clé pour que les cours soient consultables. [1]. Un certain nombre d’enseignants choisissent de mettre leur cours en ligne mais quelle université en France propose un portail ouvert à tous des cours en ligne de ses enseignants ? Aujourd’hui des dizaines de millions sont consacrées à la construction de bâtiments qui favorisent le travail en réseau des 4 universités et grandes écoles de Bretagne et c’est très bien, mais combien pour un travail en réseau ouvert des enseignants et un accès ouvert aux connaissances ?

Ce n’est pas un hasard si c’est en Espagne où 30 universités ont un portail de cours ouvert que les cours massivement ouverts se développent le plus avec dès cette année plus d’une centaine de cours ouvert proposés. Toujours localement, et avec un budget très modeste nous avons initié une collecte des initiatives et innovations pédagogiques à Telecom Bretagne. Et nous avons eu l’heureuse surprise de pouvoir publier 40 initiatives (pour environ 150 enseignants). Pour prolonger cette logique contributive, nous avons initié un site ouvert en écriture «  innovation-pédagogique.fr » pour donner à voir les milliers d’initiatives pédagogiques des enseignants du supérieur.

L’irruption des MOOCtels la quarantaine proposé sur la plate forme FUNvient aujourd’hui interpeller ce fonctionnement des cours fermés à clé. Et si nous voulons nous interroger comme le propose Bernard Stiegler sur ce que devient l’enseignement dans des disciplines transformées elles aussi par le numérique c’est bien sur une démarche de recherche-action en réseau qu’il faudra nous appuyer.

Les dynamiques contributives, facteur de transformation sociale

Cette abondance d’initiatives, cette myriade d’implication qui participe à la transformation des territoires existe aussi tout autour de nous sans que nous la voyions vraiment. Il y a une soixantaine dejardins partagés animés par Vert le jardin autour de Brest qui impliquent plus d’un millier de personnes le plus souvent dans les quartiers d’habitat social. En collectant les innovations sociales autour de l’économie sociale et solidaire, de la participation et du pouvoir d’agir augmenté par le numérique nous avons agrégé et donné à voir une soixantaine d’initiatives sur Brest [2] Si on élargit cette collecte sur l’éducation, le sport, la solidarité, la culture, la jeunesse, le développement durable ce seront probablement des centaines d’initiatives, des milliers à l’échelle de la Bretagne qui pourraient être données à voir et mises en réseau.

Mais cette attention aux initiatives n’est pas encore dans notre culture au sein des collectivités. C’est en apprenant à passer d’une culture de la prescription à celle d’une animation du territoire que nous pourrons accompagner cette dynamique contributive en émergence.

Localement au delà d’un apprentissage du « faire avec », d’ « être en attention », du « donner à voir » (cf « Premiers pas vers une gouvernance contributive »), de l’ « outillage », des mises en « biens communs » c’est la compréhension et la diffusion d’une culture du partage et de la coopération qui nous fait avancer.

Chaque semestre 15 à 20 personnes suivent la formation action « animacoop  » de l’association Outils Réseaux d’une centaine d’heures répartie sur 15 semaines pour apprendre à animer un projet coopératif. Et cette centaine de personnes aujourd’hui plus familières de cette culture de contributions ouvertes et en réseau favorise aujourd’hui l’émergence de projets contributifs tels wiki-brest, wikidébrouillard, le portail des savoirs, la Maison du libre, les fabriques du ponant, l’open bidouille camp, villes en biens communs, doc@brest, brest-creative, la cantine numérique, les sites participatifs, Tiriad, Collporterre, ...

Au delà de ces quelques exemples locaux, d’autres dynamiques contributives sont à l’œuvre autour des financements participatifs, de la réutilisation des objets, des territoires en transition, des réseaux d’échanges de savoirs, des tiers lieux, du développement local participatif. Cette question des dynamiques contributives est une ouverture possible pour notre société transformée par le numérique. Notre société en crise sociale, économique et écologique a besoin de construire de nouveaux modèles. Les outils du numérique ne sont pas une solution en soi, ni bons, ni mauvais. Ils peuvent être porteurs du pire (la surveillance généralisée, les monopoles qui privatisent cette nouvelle richesse que constituent nos données, le règne de la finance dématérialisée..) comme du meilleur : libertés d’expression, démocratie augmentée, accès élargi aux savoirs et cultures, augmentation du pouvoir d’agir pour tous ..

Comme le propose Bernard Stiegler «  Il faut développer une culture et une éducation contributives, faire que les individus s’engagent d’une façon ou d’une autre dans des projets contributifs, comme ils sont de plus en plus nombreux à le faire. En développant cette culture, on favorisera la capacité des individus à déceler la part de toxicité de ce pharmakon qu’est l’économie contributive. »

Une mise en réseau des initiatives peut aider à comprendre, éclairer et développer ces dynamiques contributives, en dresser une typologie, aussi merci de vos liens, remarques. Un espace de bibliographie autour de la gouvernance contributive est proposé ici et un groupe initié là.

La rencontre du Forum des usages coopératifs à Telecom Bretagne (Brest) du 1er au 4 juillet pourra aussi en être un temps d’échange.

Michel Briand, élu local à Brest
et membre du Conseil National du Numérique

Pour poursuivre l’échange :

- voir aussi Premier pas vers une gouvernance contributive (1)

[1Les universités ont su par exemple organiser l’identification distribuée à travers le réseau Eduroam qui permet un accès au réseau wi-fi dans les universités partenaires en Europe.

[2Un projet mené en partenariat avec la plate formeImagination for People co-animée par Jean Michel Cornu->http://www.cornu.eu.org/].

Posté le 10 mars 2014 par Michel Briand
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Within Brest Fortress Memorial Complex, 05.05.2014.
par Dāvis Kļaviņš
Creative Commons BY-NC-SA