Ousopo, une radio libre sur internet / Association Longueur d’ondes

Ouvroir de sonorités potentielles

Association Longueur d’ondes

5, rue Voltaire
29 200 Brest
02 98 49 00 15
06 63 09 70 10
longueur.ondes@free.fr

Ousopo

une radio libre sur internet

Longueur d’ondes, association créée en 2002 pour l’organisation d’un festival de la radio et de l’écoute à Brest, n’a de cesse de se développer et de rechercher de nouvelles formes d’écoute, d’autres approches de la radio et de la création sonore. Ainsi, après deux éditions du festival, l’association a-t-elle souhaité explorer le champ des nouvelles technologies, permettant de se déployer dans le temps, sans contrainte de durée, de s’ouvrir à toutes les propositions et d’être prescriptrice de créations originales.
Ousopo : une radio sur internet, sans horaire ni programme, une radio participative où les œuvres sont audibles à tout moment, par tous et partout.

L o n g u e u r d ’ o n d e s, l a p h i l o s o p h i e d u p r o j e t

Présence de la radio

On ouvre et on ferme le poste sans même y songer. Flux de mots, de sons, de paroles, de musiques bien sûr, flux d’infos surtout, tranches matinales et rendez-vous de la nuit : la radio meuble parfois le silence, accompagne, se fait entendre. Miroir peu déformant du social, à la marge des enjeux théoriques qui négligent souvent l’audio de l’audiovisuel, plus encline à commenter l’événement qu’à le devancer, la radio s’impose sans s’exposer. C’est une habitude de famille, un transistor posé dans un coin, une fréquence bien installée. Elle est tout cela sans doute. Mais aussi plus que cela : une technique apprivoisée au nom de formes sonores, un horizon d’attente, une histoire tissée d’expériences, un appel à l’imagination, des voix sans visage, des bruits qui traversent les frontières, un pôle presque magnétique.

La radio est rarement une évidence. C’est sa force, sa magie mais aussi son ambiguïté. Nous avons tous des souvenirs accrochés à un poste et à un instant. Des fragments d’une émission dont on a parfois oublié le nom, un feuilleton radiophonique, l’étonnement de la découverte lorsque la mollette que l’on avait fait glisser au gré des crachotements de la bande FM tombe par hasard sur ce quelque chose que l’on ne connaissait pas.

La radio est une cour des miracles qui méritait d’être programmée.

Longueur d’ondes

C’est une expression toute simple, une association née en décembre 2002, un premier festival de la radio et de l’écoute. Un nom propre pour une manifestation dédiée à ce « plus que cela  »  : objets radiophoniques en forme de paysages sonores, petites pièces allusives ou formats au long cours qui invitent l’auditeur-écoutant à s’installer dans un univers souvent si particulier. Fugace, la radio joue sur les harmoniques, s’incarne dans la tessiture d’une voix ; elle a sa langue et ses accents, sa trame, ses brisures. La radio n’est surtout pas une télé sans images ; elle tente de dire de façon bien plus subtile le monde, sa poésie, son étrangeté, sa proximité.

Brest, ville radiophonique

C’est une invitation à se laisser porter par des univers singuliers. Trois jours d’une fin novembre pour mettre à l’honneur cette radio de création, que certains fréquentent déjà passionnément mais que beaucoup ignorent totalement. Il ne s’agit surtout pas ici de se substituer à l’espace de diffusion sur les ondes, courtes, moyennes ou longues, mais plutôt d’accompagner des (re)découvertes et susciter peut-être, l’envie de se frayer un chemin dans la jungle radiophonique, de retour dans le quotidien.

Aussi, moins qu’un état des lieux de ce qui se fait en France et ailleurs, Longueur d’ondes espère être avant tout une chambre d’écho des curiosités. Pour trouver ou retrouver le sens de l’écoute.

Longueur d’ondes en quelques dates

  • décembre 2002 : création de l’association Longueur d’ondes à Brest
  • 24 janvier 2003 : publication du premier bulletin de liaison, Le poste à galène
  • 25 janvier 2003 : naissance officielle de Longueur d’ondes - parution au Journal officiel de la République française de la déclaration de l’association : « Objet  : mieux faire connaître la création radiophonique nationale et internationale ; organiser un festival de la radio et de l’écoute ; promouvoir diverses formes d’expressions culturelles et artistiques »
  • fin février 2003 : création du site internet : http://longueur.ondes.free.fr
  • 13 mars 2003 : première subvention (une bourse Projets jeunes de la Ville de Brest)
  • mi-juin 2003 : l’Institut national de l’audiovisuel, partenaire de la première édition du festival
  • 23 juin 2003 : vote de la première subvention d’une collectivité locale (attribuée à l’association par la Ville de Brest)
  • mi-juillet 2003 : premier article de presse consacré à Longueur d’ondes dans Télérama (semaine du 12 au 18 juillet)
  • septembre 2003 : partenariat avec la MST Image et son de l’Université de Bretagne Occidentale
  • 28-30 novembre 2003 : premier festival de la radio et de l’écoute (Musée des Beaux-Arts, Le Quartz, Faculté Victor-Segalen)
  • mi-janvier 2004 : les sociétés d’auteur (SCAM et SACD) nous assurent de leur soutien
  • 13 avril 2004 : Le poste à galène numéro 4 sort
  • 10 juillet 2004 : écoute collective des pièces sonores et radiophoniques reçues
  • 13 août 2004 : portrait de Longueur d’ondes dans L’Humanité
  • 4 novembre 2004 : programmation des séances d’écoute publique définitivement terminée
  • 28 novembre 2004 : Au fil d’Inter consacre son heure dominicale et hebdomadaire au festival. Le catalogue de la deuxième édition (un 76 pages sans publicité est sous presse)
  • 1er décembre 2004 : projection du film d’Elia Kazan, Un homme dans la foule, au Mac Orlan (Brest)
  • 3-5 décembre 2004 : deuxième festival de la radio et de l’écoute (Musée des Beaux-Arts, Le Quartz, Faculté Victor-Segalen, École Supérieure d’Arts de Brest)
  • 6 mars 2005 : une nouvelle version du site internet est mise en ligne
  • 23 mars 2005 : Le poste à galène numéro 6 est disponible
  • 8 avril 2005 : réunion de travail du conseil d’administration de l’association et de nouveaux chantiers en perspective : création d’une web radio (Ousopo pour Ouvroir de sonorités potentielles), une fréquence hertzienne pour suivre le festival sur place, l’organisation d’une tournée finistérienne (séance d’écoute + film) en amont de la manifestation, etc.
  • 10 avril 2005 : Diode, le premier bulletin de l’association Longueur d’ondes s’est invité dans les boîtes aux lettres électroniques de la mailing liste
  • 22 avril 2005 : Rendez-vous avec Michel Briand, adjoint au Maire de Brest. Une arborescence de Longueur d’ondes sur la toile : le projet se précise grâce à l’accompagnement de la Ville.
  • 2 mai 2005 : le partenariat avec le journal Le Monde pour le troisième festival est conclu
  • 14 juin 2005 : Rencontre avec des professeurs des écoles et le directeur du CDDP de Brest : à partir de septembre prochain, 6 classes à la découverte des Histoires d’écoute de France Culture
  • 2 septembre 2005 : la grille du Transistor, journal sonore du prochain festival se dessine (bruits de couloirs, créations d’étudiants, discussions avec les invités... À découvrir sur les ondes le 25 novembre) ; l’armature de la web radio Ousopo prend forme et n’attend bientôt plus que du contenu

O u s o p o , u n e w e b r a d i o p o u r c r é e r , d i f f u s e r , i n v e n t e r

Loin de vouloir se cantonner à de « l’événementiel », Longueur d’ondes souhaite inscrire sa démarche, sur le long terme, dans une optique privilégiant une arborescence de ses activités et un ancrage dans le tissu régional. Pour deux raisons : élargir la palette des interventions de l’association dans des domaines qui touchent autant à la diffusion qu’à la création sonore et radiophonique ; participer à un champ audiovisuel en pleine évolution, après le grand chambardement du début des années 1980 et au moment où d’autres formes émergent - les fréquences AM, les radios sur internet.

Sensibles à l’idée d’une démocratie de proximité, l’association Longueur d’ondes espère, en promouvant ce projet radiophonique, engager les citoyens de Brest et de sa région à investir de leurs compétences, de leurs envies et de leur fibre créatrice un champ radiophonique gagné par la marchandisation. À l’instar des ateliers d’écriture et des journaux de quartier qui irriguent le tissu social de l’agglomération, Ousopo entend être un espace radiophonique ouvert, prescripteur d’initiatives individuelles et collectives. Forme émergente du paysage audiovisuel mondial, la radio sur la toile peut incarner un nouveau rapport à un espace publique dilaté, devenir une instance privilégiée des échanges entre citoyens.

Le projet

  • l’émergence des radios sur internet ouvre désormais un champ de nouvelles expériences dont Arte Radio et Silence Radio (depuis peu) incarnent aujourd’hui les projets les plus aboutis
  • ces modèles nous incitent à envisager à court terme l’élaboration d’une nouvelle radio de création (date de lancement envisagée : premier jour du troisième festival Longueur d’ondes) qui ne serait en aucun cas une radio de flux
  • la programmation sera ouverte à quiconque (institutions, particuliers, licence creative common) souhaitera s’inscrire dans une démarche fondée sur un cahier des charges (contacts en cours avec les écoles supérieures d’art de Bretagne - filière son -, le centre départemental de documentation pédagogique, partenaire du festival)
  • Il apparaît nécessaire de se doter d’un espace de formation par l’organisation d’atelier d’initiation à la création radiophonique, sur le modèle des ateliers « Paroles publiques » mis en place par la Ville de Brest
  • dans cette initiative, l’association peut d’ores et déjà compter sur le soutien de l’Université de Bretagne Occidentale (section Licence-Master Image et son), dont les étudiants assurent la régie du festival et participent à la programmation, et sur le Centre Départemental de Documentation Pédagogique qui coordonne depuis deux ans les ateliers d’écoute dans six écoles de l’agglomération brestoise

b u d g e t d’é q u i p e m e n t p o u r O u s o p o

  • Pour un équipement mobile, l’association envisage d’acquérir un ordinateur portable, muni d’un logiciel de son d’une utilisation plutôt aisée.
  • Dans le cadre du partenariat conclu entre Longueur d’ondes et Nagra France Audio depuis 2004, la société de construction de matériel de son professionnel remet à l’association trois enregistreurs numériques.
  • Un bénévole de l’association a déjà commencé à travailler à la programmation d’un site internet pour Ousopo qui sera nourri par les productions de ceux qui le souhaitent.
  • Longueur d’ondes est depuis ses débuts en contact avec Arte radio, web-radio innovante qui sera notamment présente lors du 3e festival de la radio et de l’écoute en novembre 2005 et sera en mesure de proposer des ateliers.
  • Dans le cadre des ateliers publics avec la Ville de Brest, une plateforme de logiciels gratuits peut être envisagée : Audacity pour le traitement de son (présent sur le CD logiciels libres de la Ville) ; et Dotclear pour la mise en ligne du contenu.
  • L’association Longueur d’ondes est soutenue par la Ville de Brest, le Conseil général du Finistère, le Conseil régional de Bretagne, les sociétés d’auteurs (SCAM et SACD), la mission culturelle de l’UBO, le FASILD

|dépenses
1 ordinateur portable 1 200 €
1 licence du logiciel de traitement de son Wavelab 5 700 €
1 minidisc enregistreur 250 €
1 microphone 130 €
1 casque 80 €
valorisation du temps passé pour la construction du site internet 150 €
total 2 510 €

Valorisation en nature
3 enregistreurs numériques 600 € professionnels Nagra

PDF - 151.8 ko
Posté le 20 septembre 2005

©© a-brest, article sous licence creative common info

Nouveau commentaire
  • Mai 2006
    16:57

    Ousopo, une radio libre sur internet / Association Longueur d’ondes

    par un éleve de penn ar c’hleuz

    bonjour mr sadaaoui super les articles