@ Brest

Accueil > Internet et Société > La CNIE reportée à 2008

La CNIE reportée à 2008

mardi 4 octobre 2005

Une information reprise de la lettre de l’association des Maires des Grandes villes

Philippe Sauzey, nouveau responsable du projet identité numérique sécurisée (INES) au ministère de l’Intérieur, a fait le point sur la carte d’identité et le passeport électroniques au 6e Forum mondial de la démocratie électronique à Issy-Les-Moulineaux. Les projets passeport et carte d’identité électronique sont ainsi découplés. Le premier, pour lequel pèse des obligations américaines et européennes, verra le jour dès cet automne mais il ne comportera dans un premier temps qu’une photo numérisée. Sa production sera centralisée pour éviter le vol de passeports vierges et sera confiée à un groupement d’industriels en cours de sélection. L’intégration de l’empreinte digitale numérisée est reportée à 2008 (au lieu de 2006). Quant à la CNIE, qui ne verra pas le jour avant 2008, M Sauzey a indiqué que le ministère "réfléchissait", pour tenir compte des conclusions du débat et de contraintes européennes. Une directive sur les titres d’identité serait en effet en préparation pour définir des normes communes et imposer l’interopérabilité des systèmes entre pays membres de l’Union.

L’exemple de la CNIE belge a en effet montré les limites d’une carte ne fonctionnant pas dans les pays limitrophes. Mais le débat sur la CNIE a soulevé des questions que le ministère doit aujourd’hui trancher. La CNIE devrait ainsi être facultative et payante mais pour un montant modique. Le chiffre de 2000 communes a été évoqué pour assurer la collecte des données biométriques, des négociations étant en cours avec les élus pour en déterminer les conditions.

En matière de services, ce devrait être une carte dotée d’une signature électronique, cette fonctionnalité n’étant cependant activée qu’à la demande du titulaire. L’usage de ces fonctionnalités devrait en outre être réservé à la sphère publique. La principale question, sur laquelle le président de la CNIL, Alex Türk, a dit que la Commission serait particulièrement vigilante, est l’existence ou non d’une base de données centralisée.


Voir en ligne : association des Maires des Grandes villes