@ Brest

Accueil > Internet et Société > RFID : pas de risque sanitaire selon l’Afsset

RFID : pas de risque sanitaire selon l’Afsset

samedi 7 février 2009

Une information reprise de la lettre de l’association des Maires des Grandes villes

Alors que l’impact éventuel des antennes GSM sur la santé n’en fini pas d’alimenter la polémique, le débat se déporte désormais sur d’autres sources d’émissions radio.

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) s’est ainsi intéressée à l’impact des puces RFID sur la santé. Ces puces, rarement visibles, sont dotées d’une mini antenne radio et équipent de très nombreux objets : cartes d’accès comme le passe Navigo de la RATP, produits alimentaires et industriels, passeports, bagages, animaux.. . Selon l’Afsset ces puces n’engendrent, “la plupart du temps”, qu’une exposition très faible au champ électromagnétique. Les études scientifiques et les résultats des campagnes de mesures “ne permettent pas, à ce jour, d’établir l’existence d’un risque sanitaire lié à l’exposition aux champs électromagnétiques émis par des systèmes RFID”, conclut l’Afsset dans son rapport.

Cependant l’Agence reconnaît manquer de données sur les impacts biologiques des puces RFID et sur l’environnement. Aussi recommande-t-elle de “concentrer les recherches sur les expositions professionnelles” qui “quoique toujours inférieures aux valeurs limites d’exposition dans les cas observés, (peuvent être) non-négligeables”.

Ce débat pourrait rebondir par ricochet sur la question de la toxicité des téléphones portables, cités par le rapport – dans leur version d’aujourd’hui - comme plus dangereux que les puces RFID. Car en effet, si les puces des GSM sont rarement communicantes, le téléphone de demain dans sa version moyen de paiement/ contrôle d’accès utilisera les RFID…


Voir en ligne : Inforation et discussion sur le site de l’AMGVF