@ Brest

Accueil > Internet et Société > Parmi les "manipulateurs" de wikipedia le fabricant de machines à voter (...)

Parmi les "manipulateurs" de wikipedia le fabricant de machines à voter Diebold

mercredi 15 août 2007

Extrait de l’article publié par le magazine Rue 89

Un étudiant américain identifie les manipulateurs de Wikipédia

Par Pierre Haski (Rue89) 15/08/2007

Vous voulez savoir qui ajoute ou retire des informations sur l’encyclopédie collaborative Wikipédia ? Qui, surtout, manipule certaines des données pour les enjoliver ou en effacer les aspects les plus critiques ? Un étudiant américain a développé une technologie pour le savoir, et a fait quelques découvertes intéressantes.

Selon un article en ligne du magazine spécialisé américain Wired, Virgil Griffith, un étudiant de l’université technologique CalTech, a développé un système baptisé "Wikipedia scanner", qui permet d’identifier un certain nombre de prédateurs de l’encyclopédie en ligne. Wikipédia permet l’accès à toutes les révisions des articles, et donc aux adresses IP, la "signature électronique" des auteurs des corrections. "Wikipedia scanner" compare ces adresses avec celles des listes publiques d’adresses IP d’entreprises ou d’administrations aux Etats-Unis, soit plus de 30 millions de références.

Le résultat est spectaculaire : des entreprises qui viennent couper les paragraphes délicats sur leurs notices Wikipédia, la CIA ou des membres du Congrès qui effacent, ajoutent ou corrigent des éléments... Ainsi, la société américaine Diebold, qui fabrique les machines à voter au centre de nombreuses polémiques aux Etats-Unis, apparaît dans cette recherche comme responsable d’une coupe de quelque 15 paragraphes dans la notice la concernant, notamment les critiques techniques et son soutien financier au candidat Bush. Un modérateur de Wikipédia avait alors mis en garde l’anonyme auteur de la coupe en le qualifiant de "vandale", le terme consacré sur l’encyclopédie. La recherche de Griffith l’a mené vers un ordinateur installé au siège de la société...


Voir en ligne : Lire l’article sur Rue 89