@ Brest

Accueil > Libres et savoirs publics > Le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Monsieur Thierry (...)

Le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Monsieur Thierry Breton, invite à la création d’un pôle de compétitivité dédié aux Logiciels Libres

dimanche 7 janvier 2007

Commentaires et réactions des porteurs du projet du pôle de compétitivité Logiciel Libre

Paris, le 5 décembre 2006 - Pour diffusion immédiate

- A l’occasion de la remise au Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, des conclusions du rapport de la commission « Levy-Jouyet » sur l’économie de l’immatériel, Monsieur Breton a en particulier retenu l’idée de la création d’un pôle de compétitivité sur les logiciels libres, qui fédère les talents et les compétences du monde de la recherche, des entreprises et des communautés françaises du logiciel libre.
Ce projet est porteur d’une grande ambition : faire de l’Île-de-France le poumon scientifique, académique et économique du Logiciel Libre en Europe, et devenir une référence mondiale pour la recherche, le développement et l’édition de Logiciels Libres.

- La vocation de ce pôle est de fédérer les acteurs du Logiciel Libre, de promouvoir l’émergence d’une filière industrielle du Logiciel Libre saine et prospère, en contact étroit avec le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, et de favoriser le développement et la diffusion de Logiciels Libres innovants qui profitent des avancées scientifiques dont la recherche Française regorge.
Pour cela, il va développer des liens forts avec les autres acteurs sur le reste du territoire Français, tout en prenant en compte les spécificités du Logiciel Libre, qui compte dans son écosystème une grande variété d’entités : depuis les individus, les associations et les très petites entreprises, jusqu’aux grandes structures comme les Universités ou les groupes industriels, ainsi que les communautés qui développent et utilisent du code et les acteurs publics.
L’élaboration du projet a nécessité un grand travail de l’ensemble de cet écosystème du Logiciel Libre, qui s’est aujourd’hui rassemblé derrière un bureau provisoire qui a la charge de remettre le dossier final aux équipes de la Direction Générale des Entreprises.

- Ce bureau est composé de :
Roberto DI COSMO, professeur à Paris 7, qui assumera les fonctions de Président ; Alexandre ZAPOLSKY, PDG de LINAGORA et Président de l’ASS2L, qui assumera les fonctions de Vice-Président ; Francois BANCILHON, PDG de MANDRIVA, premier éditeur Européen de Linux ; Stéfane FERMIGIER, PDG de NUXEO, leader mondial de l’ECM open source.

- « La France a donné des contributions majeures à la recherche et au développement en Informatique, et a été à l’avant-garde du mouvement du Logiciel Libre », déclare Roberto DI COSMO, Professeur d’Informatique à l’Université Paris 7. « Je suis particulièrement heureux de voir les pouvoirs publics contribuer à la naissance d’une initiative qui, en fédérant tous les acteurs du Logiciel Libre, avec ouverture et dynamisme, pourra propulser la France sur le devant de la scène mondiale. »
Pour Alexandre ZAPOLSKY, président de l’ASS2L et initiateur du projet : « ce jour est un grand jour pour le Logiciel Libre Français et Européen. Je salue la vision de Monsieur Breton et c’est l’ensemble des entreprises du Libre que nous représentons, qui applaudit des deux mains cette initiative », déclare-t-il. Et de rajouter : « Nous sommes fiers de pouvoir compter sur le ralliement et le soutien de la grande majorité de l’écosystème du Libre ».

- Les Logiciels Libres connaissent aujourd’hui une phase d’industrialisation à grande échelle et les perspectives de croissance sont estimées à plus de 40% par an : selon le Gartner Group, ce marché représentera, en 2009, 88 milliards de d’euros soit près de 20 % du marché mondial des licences et services.
Les estimations pour la France dessinent un marché compris entre 2 et 8 Milliards d’euros d’activité. Ce n’est pas moins de 40 000 emplois qui pourront être créés ou maintenus en Île-de-France au travers de la filière du Logiciel Libre.

Le défi du Logiciel Libre est avant tout économique. Il constitue encore un domaine où les entreprises françaises peuvent prétendre à un leadership mondial, même si aujourd’hui des géants mondiaux existent déjà et qu’ils sont pour la plupart américains. Au travers d’une politique industrielle audacieuse, incarnée par un pôle de compétitivité dédié et autonome, la France fait ainsi le choix de jouer un rôle de premier plan dans cette nouvelle compétition mondiale.

La filière du Logiciel Libre a déjà commencé à se structurer autour d’associations professionnelles comme l’ASS2L. En s’ouvrant au monde académique et à la recherche publique, d’une part, et aux grands acteurs de l’informatique, d’autre part, les entreprises du Libre renforcent leur compétitivité et pérennisent leur activité.
« Nuxeo, comme de nombreux autres éditeurs de logiciels libres français, consacre une part considérable (de 30 à 40%) de son chiffre d’affaire à la R&D, ce qui nous a permis de développer des produits innovants et en adéquation avec les besoins du marché, d’assurer une progression constante de notre chiffre d’affaires depuis notre création (ce qui nous a valu l’appellation « Gazelle du logiciel » décernée par le Syntec Informatique et le Ministère des PME) et de tenir à présent la place de leader mondial de l’ECM open source », déclare Stéfane Fermigier, PDG de Nuxeo. « Le projet de pôle de compétitivité nous permet de renforcer nos liens avec le monde de la recherche institutionnelle et avec l’écosystème du libre, et ainsi de démultiplier l’impact de notre capacité d’innovation ».

La création d’un pôle de compétitivité dédié aux Logiciels Libres permettra à l’Île-de-France de :
- renouveler son offre industrielle,
- relancer l’innovation, et ainsi,
- lutter contre les délocalisations par le développement d’écosystèmes de croissance.

Le pôle de compétitivité est caractérisé par son grand dynamisme et le grand potentiel d’interactions entre les centres de recherche et les entreprises travaillant autour du développement des technologies Open Source.

- François BANCILHON rappel l’impact attendu de ce pôle pour les PME du Libre : « Mandriva est actuellement le seul éditeur de système Linux européen. Avec une équipe répartie entre la France et le Brésil, Mandriva diffuse dans 140 pays un produit traduit dans plus de 80 langues. Dans la compétition systématique que nous menons contre nos concurrents américains, notre capacité d’innovation et notre investissement en R&D est une arme essentielle. En inscrivant cet effort de recherche dans le cadre d’un pôle de compétitivité, nous renforcerons notre potentiel de recherche. Notre collaboration accrue avec les PME franciliennes du logiciel libre et les centres de recherche de la région améliorera nos produits et leur compétitivité et permettra aussi à ces PME de trouver des débouchés internationaux à leurs produits. »
L’une des particularités de ce projet est d’être porté depuis son origine par une communauté de PME du monde du Logiciel Libre, ainsi que par les Universités franciliennes.
Le dossier final du pôle compétitivité sera déposé dans les jours qui viennent. On attend, à partir de maintenant, une labellisation rapide, peut-être avant la fin de l’année et au plus tard pour Solutions Linux 2007, le salon de référence de la profession, qui se tiendra du 30 janvier au 1er Février à Paris.

- En conclusion, pour Alexandre Zapolsky, « cette annonce faite par Monsieur le Ministre des Finances arrive à point nommé pour l’ensemble de la filière. Elle est un signe de la compréhension par ce gouvernement des enjeux considérables que représentent le Logiciel Libre pour la France et l’Europe. Au-delà des conséquences économiques induites par la mise en œuvre de cette politique industrielle forte, nous sommes certains que ce pôle sera aussi un porte-voix puissant sur des sujets sensibles comme le Référentiel Général d’Intéropérabilité ou celui des brevets logiciels qui concerne l’ensemble de la communauté. C’est vraiment une très belle journée ! »


Voir en ligne : Contact : Contact Presse