@ Brest

Accueil > @-Brest > Le rôle des contributeurs occasionnels

Le rôle des contributeurs occasionnels

mardi 12 septembre 2006

Reprise d’une brève publiée par Internet actu magazine en ligne sous licence Creative Commons
Dans : Brèves , Usages , Coopération - Par Hubert Guillaud le 6/09/2006

Même Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia avait tendance à penser que les apports des contributeurs occasionnels au projet d’encyclopédie collaborative étaient négligeables : un nombre restreint de contributeurs et éditeurs font l’essentiel du travail, alors qu’un nombre considérable de lecteurs apportent peu de modifications.

’est ce que certains appelaient, non sans raison, le talon d’achille du web 2.0 ou encore la règle des 1 % qui dit, peu ou prou, que les deux tiers des contenus produits proviennent de seulement 1% des utilisateurs actifs. Des tendances qu’avait confirmé cet été l’étude de Diggtrends, signalée par Richard McManus, qui montrait que quelques 30% des billets publiés en page d’accueil de Digg ne provenaient que d’une poignée d’hypercontributeurs.

Aaron Swartz, candidat au comité directeur de la fondation Wikimédia, vient de remettre en question cet a-priori en publiant les résultats d’une courte étude sur son blog.

Celle-ci mesure, non pas le nombre d’interventions faites par chaque contributeur (qui forme la base des mesures les plus fréquentes), mais la quantité de texte produite par chacun.

Et dans ce cas, la situation est très différente : un grand nombre de contributeurs occasionnels semblent en effet avoir écrit des textes longs (en un nombre réduit d’interventions), tandis que les “éditeurs” les plus actifs, qui forment le noyau des wikipediens nettoient, corrigent, mais sans apporter énormément de texte (ni d’information finalement).

Une situation assez logique finalement : “dans le fonctionnement d’une encyclopédie, on a un grand nombre de r&e ! acute ;dacteurs qui possède chacun une connaissance pointue sur un sujet particulier ; et puis une équipe centrale d’éditeurs, qui ont des connaissances plus générales et reprennent les contributions de chacun pour les vérifier, les corriger, les préciser, les améliorer sur le plan de l’expression, etc.”

Via Homo-numericus et Smart Mobs.


Voir en ligne : Lien permanent et réaction en ligne