@ Brest

Accueil > Libres et savoirs publics > Interview de R. Stallman sur PC impact

Interview de R. Stallman sur PC impact

lundi 12 juin 2006


Un article très instructif, qui replace bien le problème des DRM sur le
plan de la liberté, notre liberté. RMS parle de l’injustice des DRM, quels
qu’ils soient, même "libres" (!), et pourquoi il faut absolument les
abolir.

A l’occasion de sa venue à Paris, et plus précisément devant Matignon à 15h30 aujourd’hui vendredi 9 juin, Richard Stallman a bien voulu se prendre au petit jeu de l’interview. Son voyage à la capitale française a pour but de poursuivre l’initiative des deux membres fondateurs d’EUCD.INFO qui s’étaient rendus le 19 décembre 2005 à l’Hôtel Matignon avec 75 000 signatures réunies sur une « feuille » de papier longue de six mètres.

Richard Stallman réitère l’action, mais cette fois avec une liste mise à jour de 165 000 signatures sur plus de quinze mètres de papier. Cette action prend place après que la Fondation pour Logiciel Libre (Free Software Foundation) a écrit au premier ministre Dominique de Villepin pour lui demander de bien vouloir recevoir Richard Stallman. N’ayant reçu aucune réponse du ministre, Stallman a décidé de se rendre lui-même à Matignon.

Alors que le collectif STOP DRM prépare un rassemblement au 83, boulevard du Montparnasse dans le 6ème arrondissement à Paris, Richard Stallman a accepté de répondre à quelques questions.

En quoi les DRM sont-ils « conceptuellement défectueux » (defective by desing) pour vous ?

L’ordinateur est une machine universelle capable d’être programmée pour faire n’importe quoi. Le but des DRM est que nos ordinateurs ne soient plus « généraux » ou universels, ou programmés à faire n’importe quoi, à faire plusieurs choses très utiles pour les besoins de chacun. Donc ces DRM produisent des ordinateurs défectueux qui sont bien incapables d’être programmés pour accéder aux données secrètes, ou cryptées, incapables d’être utilisés universellement comme nous le voudrions. En somme, ces ordinateurs ne seront pas des vrais ordinateurs car ils ne seront pas universels.


Voir en ligne : Lire l’interview