@ Brest

Accueil > Internet et Société > Les web radios s’opposent à leur tour au projet de loi sur le droit (...)

Les web radios s’opposent à leur tour au projet de loi sur le droit d’auteur

mardi 13 décembre 2005

Extrait de l’articlie publié dans Zdnet
Par Estelle Dumout
ZDNet France
Vendredi 9 décembre 2005

Selon le collectif Webradios France, le texte obligerait les diffuseurs de flux audio à installer des DRM pour en empêcher l’enregistrement par des logiciels comme Station Ripper. Ce qui entraînera des coûts insurmontables pour des web radios associatives.

« Un joyeux Noël sans web radios ? » C’est le cri d’alarme que lancent plusieurs collectifs de radios musicales associatives, diffusées uniquement sur internet. Les raisons de cette inquiétude : le projet de loi sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information.

Mais surtout un projet d’amendement dont ZDNet.fr s’est déjà fait l’écho, qui obligerait les éditeurs de logiciels peer-to-peer à intégrer des systèmes de DRM (gestion numérique des droits), pour échapper à des poursuites pour contrefaçon.

« Nos membres estiment que cela va également toucher les éditeurs de flux audio », nous explique Christophe Vix-Gras, coprésident de l’association Technopol, qui regroupe les principaux acteurs acteur français de la musique électronique (*). Elle compte parmi ses membres des web radios comme letsgozik.com, radio404.org, ou encore FG radio, qui diffuse elle aussi des contenus uniquement sur le Net, en plus des ses fréquences hertziennes.


Voir en ligne : Lire l’article