@ Brest

Relier et partager autour du web

Lien social, accès accompagné, expression multimédia, compétences numériques, coopération, territoires en réseau, innovation sociale, biens communs et cultures numériques

" Des sons en mots " proposé par l’association Canal Ti Zef

Cette initiative fait partie des 45 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l’Appel à Projets Multimédia 2015.

Présentation de Canal ti zef :

Canal Ti Zef est une association de vidéo brestoise, créée en 2001. Elle est reconnue d’éducation populaire.
Des réalisations. Vous avez un projet de film, Canal Ti Zef vous accompagne dans sa réalisation. C’est un projet de tournage d’un concert, d’une pièce de théâtre, d’un festival… Contactez-nous et discutons-en ensemble.
Le Festival Intergalactique. Depuis 2001, ce rendez-vous international, imaginé par Canal Ti Zef, a lieu tous les ans en octobre. Son principe : des films, des ciné-concerts, des rencontres, des concerts, des débats, ...
Des diffusions. Canal Ti Zef diffuse ses productions, mais aussi celles produites par d’autres, lors de soirées, dans des lieux divers (bars, coiffeurs, associations…) et donc pourquoi pas chez vous ! N’hésitez pas à nous en parler.
Un outil pour construire et se construire… L’éducation populaire : à Canal Ti Zef, elle vise l’émancipation individuelle et collective en permettant à tous et à toutes de réaliser ses projets vidéos. Ainsi, si nous avons réussi à le faire, pourquoi pas vous !

Le projet :

Canal Ti Zef est une association d’audiovisuel de Brest qui existe depuis bientôt 15 ans.
Depuis 4 ans, l’association propose de réfléchir à l’accessibilité de l’audiovisuel aux personnes sourdes et malentendantes.
Notre projet, en partenariat avec l’AFDA de Brest, consiste à mettre en place des temps d’atelier vidéo avec des personnes sourdes et des personnes entendantes pour qu’ensemble, ils réalisent des films.
Il est piloté par les jeunes présents dans l’association, mais est aussi ouvert à l’extérieur à travers le partenariat avec des espaces jeunes, des centres sociaux.

Décrivez les objectifs de votre projet :

Nos objectifs sont multiples sur ce projet.
Nous souhaitons que des jeunes sourds et malentendants rencontrent d’autres jeunes de leur âge et réalisent ensemble des films. Ce sont donc eux et elles qui seront devant, derrière la caméra et à l’écriture des scénarii.
Par ces rencontres, nous allons chercher à briser les préjugés, chercher à faire que différentes personnes puissent travailler ensemble.
Un accompagnement sera fait par des professionnels de l’audiovisuel sourds et entendants afin, là aussi, de proposer une pluralité dans l’équipe accompagnatrice.
Ensuite, nous souhaitons promouvoir et valoriser les jeunes à travers la diffusion des films lors de projections publiques, sur internet, voire même sur une chaîne de télévision locale. Par ces projections, nous voulons montrer que faire des films c’est possible.

Pour quel public ?

Les personnes qui vont participer au projet sont, pour certaines d’entre elles, déjà adhérentes de l’association Canal Ti Zef, d’autres sont accompagnées par l’AFDA. Nous laissons aussi des places pour de nouvelles personnes qui pourraient venir participer au projet, en communiquant sur les différentes actions programmées.
Les participants seront donc des jeunes, pour partie, sourds et malentendants. Notre objectif étant de réussir à créer un projet où des jeunes, handicapés ou non, réussissent à réaliser des films ensemble.
Pour cela, en cas de besoins, nous prévoyons de faire appel à des interprètes en LSF et une partie des encadrants seront eux-mêmes sourds, ou disposeront de notions en LSF.

Un travail collectif

Notre projet consiste à réaliser collectivement des films de A à Z. C’est-à-dire qu’il faut réfléchir à une histoire, aux lieux de tournage, aux rôles de chacun devant et derrière la caméra...
Il va donc y avoir un travail commun tout au long de la mise en place du projet.
Par ailleurs, le rôle de l’encadrant est d’accompagner les jeunes dans leur projet, de rendre ce dernier possible et réalisable. Mais, dans tous les cas, ce sont eux qui vont concrètement se retrouver à filmer, à construire le film. Le rôle des jeunes est donc primordial dans le projet puisque ce sera leur film, et que ce sont eux qui, par la suite, le présenteront lors des projections publiques.
Nous sommes pour eux une « boite à outils », accompagnée d’une notice audiovisuelle, mais rien ne pourra se faire sans leur actions, sans leurs idées, sans leur participation.

Au delà du film, un projet dans la durée...

Notre objectif est de permettre aux jeunes de réaliser un premier film collectivement, puis de travailler sur des formations par la suite afin d’améliorer et des les rendre autonomes avec une caméra et un banc de montage pour que, par la suite, ils puissent réaliser par eux-même des films.

Quel moyens d’évaluation mis en œuvre ?

Décrivez les outils et les indicateurs que vous mettrez en place pour évaluer l’atteinte des objectifs quantitatifs (nombre de bénéficiaires,…) et qualitatifs (observation des changements chez les bénéficiaires, pérennisation de l’action…) - 1000 signes maximum -

Notre projet consiste à la mise en place d’un atelier vidéo avec différents publics. Aujourd’hui, les associations partenaires disposent de contacts, de liens avec différents participants potentiels. Cependant, pour nous, ce n’est pas suffisant. Il nous semble important de tout faire pour toucher de nouvelles personnes. Pour cela, nous allons communiquer autour du projet.
Ensuite, nous chercherons à faire que le kino cabaret soit une première « accroche » et par la suite, nous voulons que les jeunes participants puissent se saisir des différents outils que nous mettons à disposition dans l’association. Nous espérons donc qu’ils auront par la suite envie de réitérer leur action et de réaliser à nouveau des films, pourquoi pas sans notre aide. Par ailleurs, nous comptons sur eux pour nous aider à faire vivre les films. Nous espérons qu’ils seront suffisamment fiers de leurs réalisations pour les partager sur les réseaux sociaux et les présenter lors de diffusions publiques.
Enfin, à travers les rencontres entre jeunes, mais aussi avec différents intervenants, nous chercherons à ce que les jeunes changent de regard sur l’handicape et prennent conscience des possibilités qu’ils ont.

Porteur du projet :
L’association Canal Ti Zef
Eric Le Lan (salarié de Canal Ti Zef)

Partenaires confirmés :
AFDA
URAPEDA Bretagne
Association Infini

Partenaires envisagés :
Fondation SNCF

Posté le 28 décembre 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Forum des usages - Atelier transition
par Doc@Brest
Creative Commons BY-NC-SA