@ Brest

Relier et partager autour du web

La Junior-entreprise de Télécom Bretagne géolocalise les voiliers

Implantées dans les grandes écoles et les universités, les Junior-entreprises* permettent aux étudiants de réaliser des études dans les domaines de compétences de leur école, pour des entreprises clientes. La CNJE (Confédération nationale des Junior-entreprises) fait découvrir dans l’article des Echos Business publié aujourd’hui, l’histoire d’une belle collaboration entre une start-up brestoise, qui prend de l’avance sur la disparition des carburants fossiles et les étudiants du Ger Télécom Bretagne plein d’ambitions !
Ger Télécom 2015

Une partie de l’équipe Ger Télécom

La start-up TOWT (Transoceanic Wind Transport) affrète de vieux gréements à la manière de nos aînés et fait transporter à la voile des marchandises artisanales issues du commerce équitable. À la tête de la jeune compagnie maritime ? Guillaume Le Grand, un brestois qui rêve de trouver une solution à la disparition des carburants fossiles et de promouvoir les produits d’origine biologiques. Pour arriver à ses fins, TOWT utilise une ressource inépuisable : l’énergie du vent ! Si de prime abord le projet peut paraître archaïque, il n’en est rien : la start-up cherche en réalité à concevoir un système informatique moderne et performant. Elle fait alors appel à la Junior-entreprise de Télécom Bretagne.

De jeunes ingénieurs innovants

Mission confiée à la Junior-entreprise Ger Télécom : trouver un système permettant de recueillir les données géographiques d’un bateau, afin de le situer en temps réel sur une carte en ligne. Un live streaming doit permettre aux spectateurs de suivre sa traversée lorsque le bateau se trouve dans une zone de couverture à débit suffisant. Ce projet s’insère dans un véritable souci de transparence vis à vis des clients de la start-up. Le site internet doit en effet leur permettre de suivre le navire en temps réel et leur garantir qu’il n’utilise pas son moteur.

Une contrainte : le temps

« Nous avions un enjeu de taille : le temps, le bateau partait le 10 avril et nous avons signé le contrat le 23 mars !  » déclare Pierre-Luigi Fort, président de la Junior-entreprise de Télécom Bretagne. Au total, il aura fallu pas moins de 40 heures de travail à Ger Télécom pour venir à bout de ce projet. La contrainte du temps s’est particulièrement fait sentir, du fait que Guillaume Le Grand était peu disponible pour des réunions et que les étudiants avaient également des cours à suivre de leur côté. Comme tout projet entrepreneurial, celui de TOWT et Ger Télécom Bretagne a aussi évolué au fil des idées du directeur de la start-up. La Junior-entreprise a donc dû s’adapter pour permettre au projet de voir le jour.

La Brigantine Tres Hombres, navire de la flotte TOWT (Crédits photo : Michel Floch).

La Brigantine Tres Hombres, navire de la flotte TOWT (Crédits photo : Michel Floch).

 

Défis en série pour les étudiants entrepreneurs

Si ces étudiants se sont lancés dans le projet, c’est avant tout parce qu’ils désirent encourager l’entrepreneuriat français et y prendre part. Les Junior-entreprises sont des collaborateurs particulièrement intéressants pour les créateurs d’entreprise : « Étudiants, nous apportons de l’innovation, de la fraîcheur et une vision dynamique à leur activité. En faisant appel à nous, ils font confiance aujourd’hui aux ingénieurs de demain. D’ailleurs, cette phrase est devenue notre slogan. » explique Pierre-Luigi Fort. La start-up brestoise, très satisfaite de sa collaboration, renchérit : «  travailler avec les jeunes spécialistes de la Ger Télécom nous a permis de créer un système souple, unique, adapté à nos besoins. C’est aussi un vrai plaisir d’avancer ensemble et d’identifier des solutions pour des projets nécessitant un fort potentiel d’innovation  ».

Bientôt créateurs d’entreprises ?

Déjà forte de ses projets d’études, Ger Télécom va plus loin : elle rejoint un incubateur en 2015. « Notre entrée dans l’incubateur nous a permis de professionnaliser notre structure et surtout d’être en contact avec des start-upers, » reprend Pierre-Luigi Fort. Les étudiants, au cours de leur expérience en Junior-entreprise, développent une fibre certaine pour la création d’entreprise : « Au sein-même de la Junior-entreprise, j’ai pu apprendre à manager un groupe d’une vingtaine de personnes, à créer et développer des processus fondamentaux tels que la prospection ciblée ou la formation des nouveaux membres. Des problèmes que rencontrent toutes les entreprises pour pouvoir se développer  », poursuit Pierre-Luigi Fort.
Une fois sortis de Junior-entreprise, plus d’un Junior-entrepreneur sur deux envisage de se lancer dans la création d’une entreprise. Ce qui se vérifie à Ger Télécom. « Il est fort possible que dès la fin de ce mandat, trois d’entre nous se lancent dans une start-up. Un des membres du mandat précédent lance d’ailleurs la sienne dès la rentrée,  » explique Pierre-Luigi Fort. Un goût d’entreprendre qui est la marque des Junior-entrepreneurs.


*
Junior-entreprise est une marque déposée à l’Inpi et est la propriété de la CNJE.

+ d’infos : suivez la Ger Télécom sur Twitter : @gertelecom et TOWT @ToWindTransport ;
Contact :
Pierre-Luigi Fort, président de la Junior-entreprise de Télécom Bretagne, élève-ingénieur de 2e année – pl.fort@telecom-bretagne.eu
Source : Article de Clara Holl paru dans Les Echos Business le 23 octobre 2015.
Via un article de Delphine LUCAS, publié le 23 octobre 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Téléphérique Brest
par juleg29
Creative Commons BY-NC-SA