@ Brest

Relier et partager autour du web

Une journée dans la vie de POC21

POC21_OPHELIA_NOOR_web_18082015-14-e1441122369196

POC21, l’accélérateur de solutions open source durables co-produit par OuiShare et Open State, entre dans sa quatrième semaine. Sur le domaine de Millemont, les participants s’essayent depuis un mois à une forme inédite de vie en commun. Voici donc un aperçu de cette vie de château quelque peu atypique.

Cet article a précédemment été publié sur le Magazine POC21.

6h00-8h00 Millemont s’éveille

Le chateau de Millemont, entouré de forêts et de champs s’éveille en douceur dans sa brume matinale. Dans l’Orangerie transformée en cuisine et réfectoire, une équipe de volontaires prépare le petit déjeuner prévu à 8h00. Couper le pain, disposer les confitures, le beurre, le miel et les céréales. Et surtout, préparer la marmite de café pour sustenter les 80 à 100 personnes présentes quotidiennement sur POC21. Pendant ce temps, dans le grand château, un cours de yoga a lieu tous les matins, donné par Anja.

La cuisine

La cuisine

Derrière le château, les douches attenantes aux campements sous tentes sont déjà toutes occupées. Fabriquées par les équipes de POC21 pendant la semaine d’installation, les cinq « cabines » de douches sont en fait séparées par d’épaisses bâches en plastique dans une petite maison de bois. Une terrasse est prévue pour se déchausser et étendre les serviettes, à l’intérieur, un lavabo en bâche plastique cours le long de la structure d’un côté et de l’autre une étagère en bois pour poser le shampooing et le savon. Les produits sont fournis par l’équipe de POC21, shampooing, dentifrice et savon de douche. Tous sont biodégradables et solides, sans emballages, fabriquées par Ludvina de Pachamamaï, une artisane locale, avec des huiles essentielles et une technique de saponification à froid. Le château n’étant pas relié au tout-à-l’égout, les équipes de POC21 se sont assurées de minimiser leur impact sur l’environnement.

Les douches DIY

Les douches DIY

De retour à l’Orangerie, le petit déjeuner est en route, les premiers arrivent dès 7h30 et s’assoient tranquillement dans la grande salle voûtée ou dehors sur la pelouse. Chaque repas est un moment privilégié d’échanges avec de nouvelles personnes venues du monde entier. Certains se connaissent déjà ou se sont déjà croisés brièvement sur des évènements Open Source : les OSCE days, le FabLab Festival de Toulouse, le OuiShare Fest, le Pelaton Summer Camp d’Helsinki, etc.

9h00-10h00 LE CHECK-IN

Dans le Lounge, salle principale du grand château, a lieu le premier meeting du matin animé par Dominik Wind de l’équipe allemande d’Open State. C’est le check-in. Il s’agit de prendre la température, d’annoncer le programme et les objectifs à atteindre, entre ateliers, keynotes et arrivées de mentors en fonction des jours. C’est aussi le moment de compléter le tableau des cinq tâches quotidiennes auxquelles tout le monde doit participer à un moment ou à un autre de son séjour au château de Millemont.

Le rassemblement matinal

Le rassemblement matinal

Les cinq tâches quotidiennes de co-living ont été définies sur un panneau de bois mobile, à la disposition de tout un chacun pour le consulter et ajouter son nom sur un post-it dans une case. Toilet Care, la favorite du camp POC21, une équipe de quatre personnes va vider plusieurs fois par jours les seaux toilettes sèches au compost. Comme le dit Justyna, une des premières à s’y être mise : « you will have a lot of fun ! ». Kitchen Clean, deux personnes vont nettoyer les grands faitouts et ustensiles qui ont servit à préparer les repas de midi et du soir. Cooking Heroes mobilise six personnes réparties entre le déjeuner et le dîner pour épauler Line, la cheffe cuisinière. C’est la plus longue tâche, soit trois à quatre heures de travail le matin avant le repas de 13h00 et la même chose en fin de journée avant le dîner de 20h00. Garbage Crew : deux personnes ramassent les poubelles de tri dans tous les espaces du château et du campement pour les vider dans les containers appropriés. Night Guardians  : ce n’est pas une tâche de super héro, mais presque : deux personnes font un tour de garde de 1h à 3h30 et deux autres personnes prennent le relai de 3h30 à 6 heures. Un journal de bord est mis à la disposition des veilleurs de nuit pour raconter leur pérégrinations nocturnes, l’état des constellations, le chant des insectes, ou les haïku qui pourraient leur passer par la tête.

Dominik Wind d'Open State assis devant le tableau des tâches collectives

Dominik Wind d’Open State assis devant le tableau des tâches collectives

10h00-13h00 Au travail

Les équipes projets, les volontaires, mentors et les équipes de l’organisation se déploient dans les différents espaces du château : à l’Orangerie pour préparer le repas de midi, dans les espaces de coworking du grand château pour la majorité des équipes projets, sur le terrain pour l’équipe du magazine POC21, dans les bureaux pour une partie des organisateurs des équipes OuiShare et OpenState.

La Factory

La Factory

Au programme de la journée pour les équipes : du brainstorming pour donner corps aux idées, des discussions personnalisées avec des mentors ou des ateliers avec l’équipe d’Autodesk sur leurs logiciels de modélisation 3D. Paul Sohi, designer produit et évangéliste chez Autodesk, est installé au château pour les cinq semaines de POC21. À 28 ans, cet anglais diplômé d’architecture et parfaitement bilingue en français est accompagné de deux autres collègues pour faire des ateliers de modélisation 3D et conseiller personnellement les équipes sur la conduite de leur projet : « L’enjeu principale au-delà du fait que les projets soient Open Source, est d’amener les concepteurs à le rende facile à comprendre et facile à utiliser. Sinon c’est un presque un échec. L’utilisateur doit comprendre tout de suite de quoi il s’agit pour que ce soit un succès ».

Cours de modélisation 3D avec Paul dans le lounge du grand château

Cours de modélisation 3D avec Paul dans le lounge du grand château

Le FabLab dans l’espace Factory n’est pas en reste. Installé dans les anciennes écuries et étables du château qui ont été déblayées et réaménagées pendant la semaine zéro par les équipes organisatrices, chaque boxe accueille maintenant différents ateliers : électronique, bois, métal et CFAO. Sous l’oeil bienveillant de Damien Arlettaz, FabManager du lieu, épaulé par des bénévoles et des contributeurs. Certaines équipes projets s’y retrouvent pour avancer sur leurs prototypes pendant que d’autres participants à l’aventure continuent à fabriquer des petites infrastructures dont le château a encore besoin comme les cabines de toilettes.

Les porteurs de projet à l'ouvrage

Les porteurs de projet à l’ouvrage

Du côté de l’équipe logistique, menée par une bande de filles qui se relaient en fonction de leurs disponibilités, Julie, Claudine, Hind, Donatienne, Maïwenn, aidées de bénévoles s’activent de partout du matin au soir pour aller chercher les nouveaux arrivants à la gare de Garancières-La-Queue, faire des courses pour les repas des jours suivants, distribuer des couvertures ou des Soul Bottles, noter les heures d’arrivées et de départ des participants, les accueillir à l’entrée du château, gérer les stocks et le budget au jour le jour.

Parmi les autres activités de la journée, des ateliers ou des rencontres sont proposés aux porteurs de projets avec des mentors et des facilitateurs : des sessions sur la documentation en Open Source, sur les FabLabs et la production distribuée, une séance en mode jeu de carte pour comprendre les enjeux du réchauffement climatique, des cours de modélisation 3D, des ateliers sur les business modèles ouverts ou encore une keynote de Michel Bauwens, spécialiste de l’économie peer-to-peer.

Brainstorm dans l'espace de coworking du grand château

Brainstorm dans l’espace de coworking du grand château

L’équipe Bicitractor (J.P à gauche et Matthieu à droite) en session avec un mentor d’Autodesk (au centre)

L’équipe Bicitractor (J.P à gauche et Matthieu à droite) en session avec un mentor d’Autodesk (au centre)

13h00 À TABLE ET AU SOLEIL

Déjeuner sur l'herbe

Déjeuner sur l’herbe

Dans l’Orangerie, l’équipe s’active à la préparation du déjeuner depuis 10h le matin pour nourrir 80 à 100 personnes en fonction des jours. Si le temps est clément, les longues tables et les bancs en bois sont installés sur la pelouse de l’Orangerie, en face du petit château. Les plats sont majoritairement végétariens et lorsque la viande est présente au menu, les plats sont divisés sur deux files distinctes. Des aménagements sont prevus pour les vegan et pour les personnes qui suivent un régime sans gluten. Entrée, plat et desserts. Tomates, feta, avocats, boulghour, riz, lentilles, omelettes, pêches, framboises et laitages à go-go. Si les victuailles sont achetées à des petits producteurs locaux, les yaourts, la viande, les céréales et les biscuits sont des invendus récupérés dans les supermarchés alentours grâce à l’association Phenix. C’est une partie de la démarche dite « zéro déchêts » mise en place par Flore Berlingen, présidente de Zero Waste France et suivie au jour le jour sur le terrain par Léana.

L'Orangerie

L’Orangerie

Une assiette végétarienne (en bleu) et une version avec viande (en rose)

Une assiette végétarienne (en bleu) et une version avec viande (en rose)

14h00-18h00 Au travail (encore)

Reprise des activités commencées le matin. Tomás Diez, directeur du FabLab de Barcelone, passe quelques jours sur POC21 pour accompagner les projets. Il discute ici avec Yannick de l’équipe VeloM2, là avec Trystan de Open Energy Monitor et des synergies possibles avec le Smart Citizen Kit développé par la ville de Barcelone, il retrouve l’autre Tristan de l’équipe AKER qu’il avait déjà rencontré à Barcelone pour Fab10 et leur projet Open Source Beehive. La journée de mercredi était consacrée à une rencontre individuelle de chaque projet avec une équipe multidisciplinaire de designers, communicants, développeurs, ingénieurs, makers, architectes et entrepreneurs. Le but ? Définir une stratégie claire pour chacun d’entre eux quitte à tout remettre en question si nécessaire en terme de design, de communication, de production, et d’expérience utilisateur. La veille, Simon Kiepe, designer et directeur artistique de l’équipe Open State et co-fondateur de POC21 avait prévenu : « En une heure d’entretien, nous allons vous faire sortir de vos zones de confort, ce sera donc à vous de nous convaincre ». Justyna Swat de l’équipe OuiShare complète : « L’objectif de cette première semaine est de les aider à clarifier leur vision pour être sûr qu’ils répondent à la question de la durabilité énergétique et les aider ensuite à transformer cette vision en un prototype fonctionnel ouvert et accessible à tous ».

Mauricio du projet FairCap défend son projet devant l'équipe de mentors

Mauricio du projet FairCap défend son projet devant l’équipe de mentors

Tomás Diez a fait partie de ces équipes. Il a pu examiner avec ses pairs le projet FairCap et le projet SunZilla sur cette journée et discuter avec neuf des douze équipes au cours de ses trois jours sur place : « J’ai le sentiment d’avoir pu faire passer une vision claire des enjeux qui les attendent sans chercher à les accommoder. Il ne s’agit pas seulement pour eux de faire ce dont ils ont envie, mais de rester réaliste pour accomplir un objectif qui dépasse leurs inventions, en seulement cinq semaines. »

Tomás Diez à droite avec Yannick de l'équipe VeloM2

Tomás Diez à droite avec Yannick de l’équipe VeloM2

Du côté de la Factory, les équipes de Quatorze (un collectif d’architectes), de Jerry-Do-It-Together (le petit serveur Open Source) et d’autres bénévoles comme Kim, un étudiant allemand travaillent dans les ateliers bois, métal et CFAO. Clément Chadeyron, de l’équipe Jerry, habitué du FacLab de Gennevilliers et fondateur du FabLab LimouziLab s’occupe d’une partie l’espace CFAO, notamment de la découpeuse laser, sa machine de prédilection, dont il peut apprécier les performances du dernier modèle prêté par Trotec. Avec l’équipe de Jerry D.I.T, Romain Chanut et Justine Hennequin, ils ont participé à l’installation en semaine zéro et construit des petits serveurs Jerry pour répondre aux besoins de connexion WiFi du site de Millemont. Parmi les autres machines, des imprimantes 3D Ultimakers et la « Rolls Royce » des traceurs de Roland, immense, trône au fond du lab, et servira entre autres à imprimer des bannières pour l’exposition de clôture de POC21. Le matériel est prêté par les fabricants, mais pas seulement. L’équipe de Quatorze, un collectif d’architectes, a ramené sa propre fraiseuse CNC numérique géante capable de découper du bois aussi bien que de l’acier.

Clément Chadeyron devant l'atelier CFAO

Clément Chadeyron devant l’atelier CFAO

En tâche de fond, la vidange des toilettes sèches continue, la préparation du repas du soir à déjà commencé, et un filet de volleyball vient d’être installé. Il est 18h00, le moment idéal pour se défouler ou « chiller » dans l’herbe du côté de l’Orangerie, ou de l’autre côté du château, autour des transats en bois du feu de camp. Certains en profitent pour s’affaler dans les poufs de l’espace Lounge et papoter, d’autres vont prendre une douche et quelques unes des équipes projets continuent de travailler dans les espaces de coworking. Romain et Clément de Jerry ont lancé le montage du premier dôme géodésique jeudi. Chacun vient prêter main forte à différents moment de la journée, sur la pelouse du petit château.

Construction collective du premier dôme géodésique

Construction collective du premier dôme géodésique

19h00-20h00 Check-out et co-living

Le pow-wow de fin de journée

Le pow-wow de fin de journée

Pelouse de l’Orangerie. Dominik, maître de cérémonie des rassemblements de ces cinq semaines de campement, rallie tout le monde sur les longs bancs de bois installés en cercle. Bienvenue dans la session de check-out. Comment s’est passé votre journée ? Y-a-t-il une expérience que vous voulez partager ? Comment allez-vous ? Remarques ? Suggestions ? Les nouveaux arrivés se présentent à la communauté et Dominik en profite pour rappeler qu’il manque des gens pour les tâches de Night Guardians et Toilet Care pour le lendemain. Qui est volontaire ? Les soirées sont libres sauf si des keynotes sont prévues : Michel Bauwens, théoricien de l’économie peer-to-peer a passé quelques jours à POC21 la première semaine et Bruce Sterling, journaliste et auteur de science-fiction sera présent en deuxième semaine.

Le check-out

Le check-out

Le check-out est un de ces moments où chacun peut proposer une activité, des réunions informelles, ou encore des modifications dans le canvas de l’organisation prévue par les équipes d’OpenState et OuiShare. Chacun est attentif au tour de parole des uns et des autres, on applaudit en faisant tournoyer les poignets ou on demande le silence à plusieurs, en levant les bras vers le ciel. L’un des enjeux sous-jacents de POC21 est la vie en communauté. Cette expérimentation du vivre ensemble et du faire ensemble, sans hiérarchie, est un travail de chaque instant, en filigrane, où chacun doit prendre ses responsabilités en tant qu’acteur du co-living : participer aux tâches quotidiennes, partager, écouter, donner un coup de main, prendre des initiatives, créer des moments de calme ou de fête, veiller au bien-être des uns et des autres. Un soir de check-out, Milena, de l’équipe belge de VeloM2 proposé aux projets traitant de l’énergie de réunir leurs forces pour travailler sur un modèle électronique unique qui leur servira à tous, plutôt que de disperser leurs efforts. La force de ces 12 projets est aussi de se compléter les uns les autres.

Un rappel des règles à respecter pour que la vie en communauté se passe bien

Un rappel des règles à respecter pour que la vie en communauté se passe bien

20h00 DINNER IS SERVED

Dinner is served ! La langue principale de POC21 est l’anglais. Les participants viennent du monde entier, avec une majorité de français et d’allemand. Des italiens, des espagnols, des néo-zélandais, américains, danois, belge, etc. Les conversations vont bon train, chacun s’empare de ses couverts et assiettes et patiente en débattant dans la file vers le self improvisée chaque soir. Entrée, plat, dessert. Chacun débarrasse son assiette, vide ses restes dans la poubelle appropriée, lave le tout à l’éponge et au produit vaisselle écologique dans un premier bac, puis le passe à l’eau claire et chaude dans un deuxième bac. Tout ce système a été construit en semaine zéro par les équipes de POC21 et notamment Gregory Joya, un des architectes du collectif Bellastock qui met les mains dans le cambouis. Le dispositif actuel des bacs permet d’économiser plusieurs litres d’eau. Un lave-vaisselle pour une famille de 4 à 6 personnes dépense 25 à 40 litres d’eau par cycle. Les bacs installées à POC21 dépensent 60L par repas pour 100 personnes.

21h00-1h00 travail, détente, débats

Millemont, la nuit

Millemont, la nuit

La nuit tombe sur le château de Millemont. Les participants se divisent en petits groupes. Ceux qui repartent travailler au coworking, ceux qui prennent une bière et vont s’installer au feu de camp avec de la musique électronique, d’autres qui prolongent la discussion à l’Orangerie avec un verre de vin ou une tisane. Le mercredi soir de cette première semaine à 23h00 une session « mindfuck » était organisée dans le Lounge. Une bonne trentaine de personnes étaient rassemblées sur les poufs, les canapés, assis en cercles sur des coussins dans la pénombre pour discuter de la vision d’ensemble et des problématiques globales au-delà de POC21 : « Comment puis-je être plus qu’une goutte d’eau dans un océan ? » ; « Notre monde est complexe : nous ne pouvons pas résoudre le changement climatique seulement en construisant une technologie de plus… C’est aussi une question de système politique et économique » ; « There is inconsistency in the world » ; « Comment on communique à l’extérieur sur ce qui se passe ici à POC21 ? » ; « Le DIY ? L’économie collaborative ? Au Brésil c’est un besoin vital pour beaucoup de gens. Ils le pratiquent au quotidien sans le nommer » ; « Cette session est intéressante mais trop parler ne permet pas d’avancer. Il faut « faire » et parler seulement de ce que l’on fait pas de ce que l’on pense » ; « comment faire passer le message au-delà de notre camp à Millemont ? » ; « Une vie n’est pas suffisante pour tout faire. Quelle est donc la bonne échelle de grandeur ? » ; « Quelque soit l’échelle, vous devez faire, construire, fabriquer et accepter que votre invention parfois vous échappe, car son temps de vie est limité. Vous avez seulement cinq semaines pour faire cette preuve de concept » ; « Measure the ripples not the splash » ; « Peut-être que notre vrai impact, à la fin, sera d’avoir créé une armée de créateurs du changement ».

Cours de danse Lindy-Hop dans le grand château

Cours de danse Lindy-Hop dans le grand château

Un autre soir, le Lounge laisse place à des cours de Lindy Hop, proposées par Cassandra de l’équipe Own Food, une session Youtube improvisée avec Paul et Bilal, une fête autour du nouveau dome en bois érigé avec l’équipe du collectif Quatorze ou encore une conférence de Michel Bauwens, sans coin du feu, mais dans l’atmosphère cosy du Lounge.

1h00-6h00 La GARDE DE NUIT

Il est maintenant 1h, les Night Guardians commencent leur tour du château de Millemont et pourront raconter dans le journal de bord leur garde de nuit, en un mot, un dessin, un rêve, une observation : « A tiny cloud of smoke above the camp fire. It’s almost dead so the flames are probably not willing to guide us through the night. Nevermind, the night guardians will have your back safe tonight, their heads fulll of warm burning branches. »

The post Une journée dans la vie de POC21 appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Ophelia Noor.

Via un article de Ophelia Noor, publié le 21 septembre 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Finistère : suite et fin
par Luc DBP
Creative Commons BY-NC-SA