@ Brest

Relier et partager autour du web

Plate-forme bretonne de transport à la voile. Escale de Biche à Nantes

 

Affrété par la société TOWT- transport à la voile, le “Biche” accostait à Nantes le samedi 18 avril vers 17h. Après l’accueil chaleureux du port de la Lune, grâce au soutien de la mairie de Bordeaux, c’est ce week-end à Nantes d’accueillir la “Plate-forme bretonne de transport à la voile” lancée cette année par TOWT.

Le grand voilier fera relâche à Royan pour y charger du cognac, alors que TOWT a officiellement adressé le 3 avril dernier une lettre à la ministre Ecologie, du Développement durable et de l'Energie concernant la réglementation maritime, le tout dans un contexte de COP21.

Avant d’atteindre la ville des Ducs de Bretagne, le Biche touchera Paimboeuf pour y livrer des vins bordelais, alors même que la mairie porte un dossier auprès de l’ADEME régionale en vue de la construction de grands éco-voiliers.

A Nantes, le Biche accostera contre la barge du “Nantilus”, face à la Maison des Hommes et des Techniques (MHT) pour y effectuer déchargements et chargements de vins du Muscadet. L’exposition “Des voiles à la charge” y sera présentée aux Nantais, également invités à visiter le navire jusqu’au lundi 20 avril, date de l’appareillage. Cette escale intervient notamment dans le contexte local du débat sur la Loire, marqué par le séminaire sur la “Spécificité de la propulsion vélique et transition énergétique” organisée par l’Association Nantaise d’Eco-conception Fluvio-Maritime. Par ailleurs, dans un partenariat avec la MHT, TOWT-Transport à la voile envisage d’ores et déjà la construction d’un cargo à voile.

Les marchandises chargées dans ces deux grandes métropoles atlantiques, capitales du vin, seront ensuite livrées jusqu’ à Saint-Malo, ainsi qu’au Royaume-Uni, en passant par Brest, Camaret, Belle-Île, Groix et Lesconil. Du quai aux distributeurs finaux, elles seront livrées par un Renault Kangoo ZE.

 

Embarquement numérique. En mer, un “embarquement numérique” permettra de suivre l’ensemble de la traversée avec notamment une caméra installée sur le mât d'artimon et une antenne 4G de MVG. Chacun peut prolonger l'expérience de visualisation des données envoyées par un système embarqué sur transportalavoile.bzh.

Barnum traditionnel. A quai, un barnum - conçu de façon traditionnelle avec des matériaux naturels - était déployé pour accueillir le public et présenter la “Plate-forme”. Il héberge l'exposition itinérante qui valorise le patrimoine maritime, les technologies et partenaires de ces transports proposés par TOWT - Transport à la voile.

Avec le soutien de la Région Bretagne, au titre d’“Héritages Littoraux”, les voiliers du patrimoine s’affirment en tant que relais des cargos à voile du futur, et retrouvent leur finalité initiale. Le “Biche” prendra notamment à son bord tout passager souhaitant embarquer et participer aux activités du navire.

 

TOWT, la propulsion vélique pour le futur. En utilisant la force du vent pour dessiner les contours d’une logistique maritime sobre en carbone, ce mode de transport offre des perspectives de développement économique et d’innovation. Les routes maritimes trans-régionales ouvertes par la “Plate-forme bretonne de transport à la voile” viennent valoriser un mode de transport propre dans un contexte de transition énergétique du secteur maritime et de Paris-Climat 2015.

 

La plate-forme bretonne de transport à la voile
En collaboration avec TransOceanic Wind Transport (TOWT), le Technopôle Brest Iroise inaugure en 2015 la “Plate-forme bretonne de transport à la voile”, lauréate du programme “Héritages littoraux” du Conseil régional de Bretagne. Elle vise la création du label “Transporté à la voile”, grâce à des liaisons assurées par des voiliers traditionnels bretons. Elle verra cette année se dérouler deux grands affrètements d’environ un mois autour de la Bretagne, entre Bordeaux et Plymouth, et permettra en 2015 de transporter une cinquantaine de tonnes de marchandises, par la force du vent, réalisant ainsi une économie d’émissions de CO2 comprise entre 5 et 10 tonnes. 

Journal Sud Ouest du 21 avril.

 

Lettre du technopole

URL: http://www.tech-brest-iroise.fr
publié le 20 avril 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Téléphérique Brest
par juleg29
Creative Commons BY-NC-SA