@ Brest

Relier et partager autour du web

Rapport au gouvernement de Philippe lemoine

Extraits de "La nouvelle grammaire du succès La transformation numérique de l’économie française"

Pour donner envie d’une lecture plus approfondie voici quelques extraits du rapport de Philippe Lemoine présenté le vendredi 7 novembre.

Extraits repris du rapport en ligne

page 10

Partout dans le monde, la transformation numérique représente une nouvelle étape de labprofonde réorganisation économique et sociale engagée depuis plusieurs décennies sous l’effet des technologies d’information. De 1936, année où Alan Turing publie l’article « On Computable Numbers » et énonce le concept de machine universelle, jusqu’en 1960, il s’écoule presque un quart de siècle durant lequel l’ordinateur est inventé et trouve un marché. De 1960, date de la sortie de la série de gros ordinateurs IBM 360, jusqu’en 1984, lancement du Macintosh par Apple, de nouveau un quart de siècle marqué par la diffusion de l’informatique de gestion. De 1984 à la crise économique et financière de 2008, encore près de 25 ans caractérisés par l’informatisation de la société, le déploiement d’internet,la bulle de la nouvelle économie. Depuis 2008, nous sommes dans une nouvelle phase désignée par un nouveau mot : le numérique.

À chaque étape, on a parlé de révolution. Mais avec le numérique, la transformation s’accélère et se radicalise. Trois changements s’effectuent simultanément :

  • La course technologique n’est plus tirée par les entreprises ou les grandes organisations. Ce sont les personnes qui font la course en tête. Le salon mondial de
    l’innovation IT n’est plus un salon d’entreprise : c’est le Consumer Electronic Show
    de Las Vegas. Le terme même « numérique », tout comme son équivalent anglais
    « digital », provient de l’électronique grand public. Son usage se généralise après 2008, année de la commercialisation de l’iPhone par Apple. Les personnes se sont massivement équipées, elles font un usage incessant des nouveaux outils, elles inventent à vive allure de nouvelles manières de s’informer, de consommer, de s’associer, de se rencontrer, de vivre.
  • Les impacts deviennent réellement transversaux, avec des changements qui
    concernent aussi bien l’industrie que les services, le bâtiment ou l’agriculture que
    l’accès à la connaissance, l’expression culturelle ou la santé. Selon le MIT, 47% des
    emplois américains vont disparaître ou être profondément transformés par le numérique. Appliquant une méthodologie similaire à l’Europe, le think-tank Bruegel
    estime à 54% l’impact sur les emplois européens. Avec le numérique, de nouveaux
    emplois apparaissent et, plus profondément, la notion même d’emploi se transforme.
    On peut aujourd’hui être tour à tour entrepreneur, salarié, expert indépendant, étudiant, etc. Mieux : on peut occuper simultanément plusieurs de ces statuts.
  • L’incidence de la technologie sur l’économie se diversifie et se complexifie. En
    plus de la structuration et de la croissance d’une filière numérique de plus en plus
    puissante, il faut tenir compte d’au moins huit effets. Comme dans l’époque antérieure
    d’informatisation, il y a d’abord tous les effets d’automatisation avec accroissement corrélatif de la productivité des facteurs : productivité du travail ; du capital fixe et circulant ; de l’énergie et des matières premières. Mais à cela s’ajoutent les effets de dématérialisation : substitution d’internet aux réseaux physiques d’agences, de guichets et de magasins ; déformation de la traditionnelle courbe des coûts décroissants en fonction de la longueur des séries, en une courbe de production en équerre avec un fort investissement sur l’innovation et le prototypage et des coûts de reproduction quasi-nuls ; baisse des coûts de transaction et remise en cause du périmètre des firmes. Il faut enfin tenir compte des effets d’intermédiation/
    désintermédiation sur les business-models, avec le rôle nouveau joué par les personnes – à la fois producteurs et consommateurs – et avec l’enjeu de la donnée et
    la ressource qu’elle représente pour l’optimisation et la réinvention des métiers
    existants ainsi que pour la structuration d’écosystèmes innovants.

2008, ce n’est pas seulement l’année où débute l’équipement des ménages en smartphones et en tablette. C’est aussi l’année de la faillite de Lehman Brothers et de la crise d’un certain régime de création de valeur. Ce n’est sans doute pas qu’une coïncidence.


page 44
Quatre grandes conclusions se dégagent de ce travail :

- 1 La transformation numérique est en cours ; elle est davantage porteuse
d’opportunités que de risques pour l’économie française ;

- 2 Courir, mais vers où ? Pour réussir sa transformation numérique, la France doit
se fixer un cap cohérent avec son histoire et avec sa vision de l’avenir ;

- 3 Ce cap doit s’ancrer dans de nouveaux modèles d’affaires et des réformes
structurelles ;

- 4 Il faut piloter la transformation numérique, en adaptant notre gouvernance, en
instituant l’Europe du numérique, en nous ouvrant largement au monde.

Le travail mené avec les nombreux acteurs consultés et impliqués débouche sur une
dynamique :

  • 9 projets emblématiques pour action immédiate, avec des entreprises ou des
    administrations prêtes à s’en saisir ;
  • un agenda dense de chantiers à faire déboucher, tiré par 53 mesures immédiates
    pour incarner l’ambition numérique de la France.
  • un portefeuille de 118 recommandations qui ont vocation à alimenter un agenda
    triennal numérique pour la France.

Cette dynamique s’appuie sur une analyse structurée de ce que représente la transformation numérique et de la grammaire qu’elle institue. En conjuguant ses mots, ses valeurs, ses projets avec cette grammaire, la France peut rassembler ses forces, créer un élan et s’affirmer comme un des pays-phares du xxie siècle.


page 18 et à suivre

9 projets emblématiques pour action immédiate illustrant les 8 principaux effets de la transformation numérique

- Réseau d’innovation territoriale dans les services de proximité
Objectif : Monter un projet exemplaire de tiers lieux pour innover dans les services de proximité

- Automobile pour la génération connectée, conçue à plusieurs et prototypée en FabLab
Objectif : Relocaliser valeur et emploi en lançant une automobile pour la génération connectée, conçue à plusieurs et prototypée en FabLab

-  Paiement anonyme sécurisé
Objectif : Déployer une solution sûre et peu coûteuse de paiement anonyme
fondée sur la technologie des blockchains

- Librairie du futur
Objectif : Construire le premier cas d’application d’une réinvention du commerce

- Pass mobilité universel sur mesure
Objectif : Permettre à chaque individu, quelle que soit sa situation de mobilité, de se déplacer sans discontinuité dans son parcours

- Vie numérique, maladies chroniques
Objectif : Créer un écosystème d’innovation ouverte sur les maladies chroniques, visant à améliorer le suivi des patients et la médecine prédictive

- Emploi Store
Objectif : Permettre à des développeurs de créer des applications d’aide à l’emploi à partir des données mises à disposition par Pôle emploi et ses partenaires

- Plateforme de mobilité pour les fonctions publiques
Objectif : Valoriser les postes ouverts et les compétences requises pour favoriser la
mobilité entre les trois fonctions publiques

- Green Button à la française
Objectif : Améliorer la maîtrise des consommations, lutter contre la précarité énergétique et offrir de nouveaux produits et services de gestion de l’énergie


53 mesures transverses, permettant d’accélérer la transformation numérique et de libérer un important potentiel d’innovation pour l’économie française .

Réussir la transformation numérique par les personnes,l’éducation et l’intérêt général.

- THÈME : PERSONNES

  • M 1 Mener le combat pour installer notre vision « Numérique et Libertés » au plan international
  • M 2 Promouvoir le concept de cloud personnel
  • M 3 Encourager tout citoyen à créer son propre nom de domaine

- THÈME : ÉDUCATION

  • M 4 Définir un cadre pédagogique pour former au numérique
  • M 5 Viser dès l’école une meilleure mixité dans le numérique
  • M 6 Soutenir les initiatives faisant du numérique une seconde chance
  • M 7 Diffuser massivement les usages du numérique pour contribuer à la transformation de l’école

- THÈME : INTÉRÊT GÉNÉRAL

  • M 8 Lancer un programme de recherche transdisciplinaire sur la transformation
    numérique, avec une forte composante en sciences sociales
  • M 9 Soutenir les fondations de type Wikipedia, Mozilla ou OpenStreetMap
    pour créer des liens entre service public et biens communs
  • M 10 Diffuser la culture des données comme levier de changement
    dans les mouvements d’associations et de citoyens

Maîtriser les nouveaux modèles d’affaires et les nouveaux
modes d’action.

- THÈME : NOUVEAUX RAPPORTS ENTRE LES ENTREPRISES ET LEUR ENVIRONNEMENT

  • M 11 Former les dirigeants, les administrateurs des entreprises et les responsables syndicaux à la transformation numérique et à sa « grammaire » (cf. règles d’or)
  • M 12 Mettre l’accent sur la transformation numérique dans le dialogue social interne à l’entreprise, à l’occasion notamment du dialogue annuel sur les orientations
    stratégiques institué par la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi
  • M 13 Créer le « 1% open » pour inciter les entreprises à se consacrer à des projets open
  • M 14 Créer un classement des entreprises valorisant leur implication dans des démarches open : notion de Responsabilité Numérique
    des Entreprises (RNE)
  • M 15 Créer une obligation pour les entreprises visant à rendre publique leur politique
    d’exploitation des données personnelles
  • M 16 Enrichir la dimension « usage » des pôles de compétitivité : partenariats avec
    des PME/start-ups ; recherche publique et privée ; fabrique d’usages, innovation
    de services.

- THÈME : NOUVELLES ENTREPRISES

  • M 17 Accroître les compétences numériques des analystes financiers travaillant
    sur l’évaluation des start-ups
  • M 18 Mettre en place des incitations fiscales et valoriser les dirigeants des grands groupes français qui lancent des actions bienveillantes à l’égard des start-ups françaises : parrainage médiatique, partage de données, amorçage, etc.
  • M 19 Mettre en place un cadre réglementaire et fiscal favorable aux fusions acquisitions entre start-ups
  • M 20 Favoriser le passage à l’échelle des start-ups en créant des dispositifs nationaux de levées de fonds et d’accompagnement
  • M 21 Consacrer une part de l’achat public aux start-ups et pour ce faire poursuivre la simplification des processus de commande publique
  • M 22 Soutenir les innovations visant à accompagner l’activité des PME/TPE
    en limitant les contraintes liées aux professions réglementées
  • M 23 Bâtir une fiscalité équitable entre les pure players de la vente en ligne et les commerces et services traditionnels
  • M 24 Élargir la notion d’innovation portée par les fonds publics à des secteurs et à des dimensions (marketing, expérience client) autres que technologiques
  • M 25 Renforcer le programme « Transition numérique » mené par la Direction Générale des Entreprises (DGE) et lui faire jouer un rôle d’incitation au financement de
    la transformation des TPE et PME
  • M 26 Animer au niveau de l’Agence des Participations de l’État une émulation entre
    les grandes entreprises publiques pour des partenariats stratégiques sur le numérique
  • M 27 Créer une agence de notation numérique pour évaluer la maturité numérique
    des entreprises
  • M 28 Généraliser la mise en place d’une fonction de responsable du numérique (Chief Digital Officer) au sein des entreprises et des administrations, siégeant au comité exécutif

- THÈME : SERVICES PUBLICS

  • M 29 Mettre en place des mécanismes plus coopératifs de délivrance des services publics par l’ouverture des systèmes et des organisations de l’État (vers un État plateforme)
  • M 30 Aller vers des services publics qui soient 100% numériques et qui ne s’opposent pas à l’humain
  • M 31 Développer la collaboration entre usagers et services publics en créant un « Dansmarue » des services publics, permettant en temps réel de référencer, de géo-localiser et d’échanger sur l’état des services publics à proximité de chez soi
  • M 32 Revisiter le dialogue usagers-administration à travers un réseau social
    « administratissimo »
  • M 33 Offrir à l’usager un accès sécurisé « Mes services, mes données, mes administrations »
  • M 34 Favoriser l’ouverture et le partage réciproque des données des administrations
    locales et des opérateurs dans une logique gagnant-gagnant
  • M 35 Valoriser les initiatives des agents publics à travers des open labs réunissant
    acteurs internes et externes à l’administration
  • M 36 Maîtriser l’impact des réformes réglementaires sur les budgets informatiques
    et numériques des entreprises mais également sur leurs activités

Renforcer la croissance transformation.

THÈME : MOBILITÉ ET REDESIGN DE L’EMPLOI

  • M 37 Lancer une réflexion sur un nouvel encadrement juridique des situations de travail, tenant compte de la non-linéarité des carrières
  • M 38 Investir dans les cursus de formation sur les secteurs d’avenir et en pénurie
    de compétences, en premier lieu celui des développeurs d’applications mobiles
  • M 39 Utiliser le Big Data pour passer à une gestion prédictive des compétences
    par secteur et par région
  • M 40 Accroître la part de formation au numérique et aux métiers du numérique
    dans la formation professionnelle
  • M 41 Développer l’offre de formation tout au long de la vie de l’enseignement supérieur
    par le numérique, et en faire une source supplémentaire de revenus
  • M 42 Lancer un compte personnel de formation numérique pour accéder aux formations professionnelles en ligne

- THÈME : TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

  • M 43 Responsabiliser les personnes sur leur consommation d’électricité, de gaz et d’eau par une mise à disposition directe de leurs données dans un cloud personnel avec services numériques associés (green personal service)

- THÈME : SOUVERAINETÉ

  • M 44 Assurer un leadership français sur l’internet des objets intégrant les objets connectés : réseau, système d’exploitation optimisant les interactions avec les objets connectés, développement d’une filière, émission de standards technologiques, concentration des investissements, formations
  • M 45 Positionner les leaders français de la sécurité numérique sur le domaine émergent de la personnalisation anonyme

Instaurer une gouvernance numérique nationale, européenne et internationale.

- THÈME : GOUVERNANCE

  • M 46 Installer, auprès du Premier ministre, un pilotage fort de la transformation
    numérique de l’économie et de la modernisation de l’action publique couvrant
    les principales fonctions de gouvernance
  • M 47 Mettre en place une logique de gouvernance multipartite des projets de
    transformation numérique de plaques sectorielles, en commençant par les projets
    emblématiques d’action immédiate
  • M 48 Créer un sommet annuel de la transformation de l’économie française par
    le numérique impliquant les différents acteurs économiques, les ministères
    concernés et les collectivités territoriales
  • M 49 Fixer un agenda global et triennal pour le numérique de la France intégrant
    les enjeux de la transformation numérique et les conclusions de la concertation
    nationale menée par le CNNum
  • M 50 Mobiliser les acteurs économiques français dans la construction d’une Europe
    du numérique, par exemple participer au projet « Factories of the future »
    du programme Horizon 2020 de la Commission européenne
  • M 51 Faire des données du spatial un dossier concret et urgent venant illustrer la stratégie européenne du numérique
  • M 52 Mettre en place la diplomatie du numérique à la française
  • M 53 Organiser en France la première exposition numérique universelle

- Lire la suite : https://stample.co/transnum

Posté le 11 novembre 2014 par Michel Briand
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Phare St Mathieu
par MeltiLanista
Creative Commons BY-NC-SA