@ Brest

Relier et partager autour du web

Aux RMLL le 9 juillet, Montpellier

Conférence #298 - Movilab et le processus des Tiers-lieux Libres et OpenSource

Bien que l’on observe conjoncturellement un sursaut citoyen autour de la notion du partage et des biens communs, force est de constater que si les intentions sont louables, les solutions mises en oeuvre localement ne sont pas à la hauteur des enjeux globaux.

Au même titre que le noyau GNU/Linux a été créé à son époque pour diriger l’utilisation des capacités des ordinateurs, il est devenu nécessaire de développer un OS libre et open source qui permette de mieux gouverner les villes dites "intelligentes" centrées sur des objets connectés… et des humains.

[Comment créer des Territoires Intelligents et des Communautés Apprenantes ?

Un article repris du site des rencontres, un site sous licence CC by sa

une conférence proposée par Yoann Duriaux - Antoine Burret

Si nous savons théoriquement comment permettre des modes de vies durables avec la méthodologie MoviLab, elle a besoin pour fonctionner et être mise en oeuvre d’un outil puissant local connecté avec le territoire qui est aujourd’hui matérialisé par le processus des “Tiers Lieux libres et open source”.

- Le manifeste des Tiers Lieux

Depuis près de 5 ans, dans toutes les régions francaises, en Suisse, en Belgique, au Québèc et dans les pays d’Afrique francophone, une communauté (qui compte près de 1500 membres) s’est consolidée autour de la création de Tiers-Lieux Libre et Open Source. Ces Tiers-Lieux permettent le partage de savoirs, la mutualisation de ressources et la création collective de biens communs afin de développer des territoires intelligents, libres et ouverts.

En 2013, l’ensemble des acteurs des Tiers-Lieux francophones, a travaillé sur un document ouvert et contributif permettant de mieux comprendre la manière dont les Tiers-Lieux répondent de manière singulière aux défis qui nous attendent. Selon ce Manifeste, le Tiers-Lieux se présente sur un territoire (territoire institué ou territoire projet) comme une interface ouverte et indépendante permettant l’interconnexion ainsi que le partage de biens et de savoirs. Des individus hétérogènes se réunissent pour travailler dans un cadre de confiance, organisationnel, émotionnel et cognitif où les échanges et les discussions sont en capacité d’aboutir à une démarche de production de solutions. Ils partagent des pratiques et des expériences. Ils partagent également un espace, des outils et un système d’information. Dans une dialectique permanente entre collaboration et démarche individuelle, l’ensemble des savoirs inhérents aux Tiers-Lieux intègre un patrimoine informationnel commun. A partir de ce patrimoine, chaque individu peut prendre ses propres décisions de manière conséquente et construire ses propres projets sur des bases solides.

En transposant ainsi, sur un territoire, les modèles de création, de production et de gouvernance à l’œuvre dans le champ des technologies libres, les Tiers-Lieux posent une question de conscience stratégique. Ils permettent de reconsidérer la manière dont se pense la création de valeurs. Comment ces valeurs se créent et ce qu’elles apportent en terme d’intérêt général.

Aussi, les Tiers-Lieux sont qualifiés de libre et d’open source lorsque ils respectent les principes de « codes ouverts » tels qu’appliqués aux logiciels dont la licence permet la libre redistribution, l’accès au « code source » et la création de travaux dérivés. L’accès au code source, ou à la « recette », signifie que ces Tiers-Lieux sont documentés sans secret de fabrication afin de faciliter la réutilisation du savoir.

Tout les codes sources sont documentés selon une méthodologie spécifique : Movilab. Cette méthodologie vise a combiner l’approche du libre, de l’open source et les logiques du développement durable. L’enjeu étant de participer à la consolidation et à la pérennisation d’un patrimoine informationnel commun. Il s’agit de documenter sous des licences appropriées les actions et les savoirs des territoires et de leurs habitants afin de faire émerger des solutions de développement pour les territoires, les entreprises et les habitants.

Lors de la "Quinzaine des Tiers-Lieux" (rencontre international des Tiers-Lieux libre et open source) qui à eu lieu à Saint-Etienne en 2014, la communauté à décidé de consacrer tout ses efforts sur l’appropriation, l’interpénétration et l’adaptation des savoirs faire, des méthodes et des outils développés par les communautés du libre pour relever les défis collectifs qui attendent les villes et les habitants.

Car autour du Tiers-Lieux, il y a une culture qui vise à considérer le savoir comme un bien commun. Des individus s’appliquent à transmettre et à rendre reproductible leurs expériences. Ils présentent l’objet social comme d’autre présentent l’objet technique. Les recettes sont disponibles et améliorables. Et de la même manière que l’objet technique se diffuse et contribue à l’évolution de la condition humaine, l’objet social devient appréhendable par tous. Dans le contexte actuel, il n’y a pas d’autres alternatives.

Pourquoi nous souhaitons participer aux RMLL 2014 à Montpelier ?

  • Créer avec la communauté mondiale du logiciel libre le “Linux des Tiers Lieux” ! (volonté)

Pourquoi nous souhaitons organiser les RMLL 2015 à Saint-Etienne ?

  • Faire vivre aux participants des RMLL la 1ère rencontre dans une distribution “beta” de Tiers Lieux libre et open source ! (résultat)
Posté le 10 juin 2014 par Michel Briand
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Téléphérique Brest
par juleg29
Creative Commons BY-NC-SA