@ Brest

Relier et partager autour du web

SURE : la culture de l’information en campagne

2013-10-26 15_39_20-Library Dress-up _ S.U.R.E.Au dernier congrès de l’IFLA un poster a attiré mon attention, il s’agissait de l’annonce d’une campagne nationale sur la culture de l’information (information literacy). Cette campagne est désormais lancée sous le slogan SURE, acronyme de Source – Understand – Research – Evaluate. Je trouve que c’est très bien trouvé !

2013-10-26 15_45_44-NILB_AboutUs_A2_FA-72dpi.jpg (1191×1684)

Le site web propose un certain nombre de ressources sur le sujet, dont des infographies, des ressources pédagogiques pour les enseignants et les étudiants.

Mais de quoi parle-t-on ? Le groupe de recherche pour la culture informationnelle et la didactique de l’information a publié une douzaine de propositions très intéressantes pour mieux définir ces enjeux.

Je retiens pour ma part les objectifs ainsi formulés :

La formation à la culture informationnelle doit ainsi s’inscrire dans les finalités éducatives et les valeurs propres à l’école, lesquelles touchent à la construction d’une autonomie de
pensée, à la formation à l’attention, à la construction des savoirs, à la formation citoyenne, à l’égalité des chances et à l’insertion professionnelle et sociale.

(…)

Le GRCDI (…) gardant à l’esprit que la culture informationnelle compose avant tout une culture citoyenne, propose d’articuler la réflexion sur les buts du curriculum à partir des quatre axes suivants :

- la connaissance et la compréhension des environnements informationnels et
numériques, ainsi que celles des problématiques que ces environnements posent à l’usage de l’information ;

- l’utilisation avancée et inventive des TIC, la maîtrise des processus d’information et de
documentation ;

- le recul critique sur les médias, les TIC et l’information ;

- la responsabilité légale et éthique relative à l’usage de l’information

Il faut également souligner dans les propositions du GRCDI l’insistance sur l’entrée par les situations. Le triptyque entre besoins documentaires, outils et usages qui est au coeur de ma définition des dispositifs de médiation numérique se retrouve assez clairement dans le recommandations du GRCDI :

Plutôt qu’une entrée unique par les savoirs, les compétences ou les activités, le GRCDI préconise une entrée par les situations, dans la mesure où celle-ci peut intégrer les précédentes dans le but de construire les savoirs opératoires de l’information-documentation. L’entrée par les situations, dans le cadre de la culture de l’information, est fondée sur l’idée que les connaissances se construisent au travers des interactions entre les besoins des élèves, les gisements de ressources des réseaux documentaires et les dispositifs socio-techniques.

Le défi devient alors de traduire ces recommandations en dispositifs de médiation. Bien sûr on pense tout de suite à des supports de e-learning, à des MOOC ou à des ateliers, mais je trouve qu’une des plus belles réussites de ce programme est la campagne d’affichage dans les bibliothèques. S’il y a bien un lieu dans lequel il s’agit de sensibiliser à la culture de l’information c’est bien celui-là. Voici les supports de cette campagne avec certains slogans traduits, autant que possible !

IMG_3034

De source sûre ou par le bouche-à-oreille ?

IMG_2753 (1)

Etes vous SURE ? Pensez à être SURE avant de partager.

20131014_121041

C’est bien d’avoir l’esprit ouvert, c’est encore mieux d’être SURE !

library-dress-up2 (1)

Cet article a-t-il été écrit par un scientifique ou par un publicitaire ? (tentative de traduction)

20131014_121407

IMG_4779 (1)

Cet email est-il une opportunité en or ou une sale arnaque ?

0491

Par contre je suis assez dubitatif sur l’intérêt de celui-ci : « Can you tell facts from fantasy ? » (je n’ai pas trouvé comment traduire)

Via un article de Silvère Mercier, publié le 28 novembre 2013
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Forum des usages 2016 - Bibliothèques en transition
par Doc@Brest
Creative Commons BY-NC-SA