@ Brest

Relier et partager autour du web

Ici Montreuil, lieu de coopérations créatives

Transformer une marque de territoire valorisant des acteurs économiques locaux en lieu économique innovant, tel est le pari de la Scic Made in Montreuil. Ouverte partiellement depuis fin 2012, Ici Montreuil, à la fois espace de co-working et fab-lab, attire les créateurs de l’est parisien. Rencontre avec Nicolas Bard, son co-fondateur.

Quels sont les services proposés par Made In Montreuil ?
Nos abonnés ont accès à des services et des espaces de création mutualisés. Nous proposons différentes formules d’adhésion pour essayer de coller aux besoins des usagers des lieux. Nos locaux comptent des ateliers permettant le travail du bois, du métal, du cuir, l’électronique, le textile, le bijou, des open spaces, deux studios photo, des salles de réunion, des espaces de vente et de restauration... Nos adhérents sont architectes, web-designers, développeurs, graphistes, créateurs de mode, DJ, photographes, menuisiers, métalliers... Plus de 40 savoir-faire sont réunis à Ici Montreuil, une formidable ressource pour booster les activités de tous. Par l’immersion dans ce bain créatif mais aussi par les formations proposées dans les lieux.
Car nous vendons également des prestations « à l’extérieur » du réseau Made in Montreuil. Par exemple, nous organisons des séminaires créatifs pour des entreprises (Leroy Merlin, UbiSoft, FaberNovel…) en mobilisant nos adhérents qui nous facturent alors leurs interventions. Et nous organisons également des ateliers ouverts aux particuliers...


Comment l’envie de créer cet « incubateur solidaire et collaboratif » pour les créateurs est-elle née ?
Mon épouse et moi souhaitions donner un nouveau visage à notre vie professionnelle. Nous habitons Montreuil depuis plus de 10 ans. Cette ville a toujours été un lieu de créativité [1] mais aujourd’hui tous ces artistes, artisans, entrepreneurs ont du mal à développer leurs activités. Leurs productions, qu’ils peinent parfois à réaliser faute de matériel adéquat, sont souvent méconnues des Montreuillois eux-mêmes. Nous avons donc décidé de lancer notre activité avec l’objectif de créer du lien et de développer les échanges entre ceux qui créent ou produisent à Montreuil, et ceux qui achètent. Nous avons commencé par créer la marque Made In Montreuil avant de constituer autour une communauté, un réseau [2]. En 2011 nous avons diffusé dans les boîtes aux lettres un guide puis édité un livre avec les portraits de 93 créateurs et d’entrepreneurs de Montreuil. La création de la Scic en 2012 correspondait donc à une formalisation juridique de ce réseau pré-existant.


Pourquoi avoir choisi ce statut pour porter ce projet ?
Ce statut nous permettait de créer un cadre de gouvernance adapté aux profils variés des futurs sociétaires, à notre démarche partenariale ainsi qu’à l’objectif d’intérêt général d’Ici Montreuil. Il ré-affirmait également l’équilibre économique et social du projet et son ancrage au territoire.



Quel soutien avez-vous reçu des collectivités locales ?
La ville de Montreuil et la communauté d’agglomération Est Ensemble sont entrées au capital pour un total de 30 000 € fin 2012. Cet apport, associé au prix du Réseau entreprendre, a consolidé notre dossier auprès des banques et facilité l’obtention de notre prêt. L’intervention des services techniques des collectivités a pu également simplifier certaines démarches administratives. Mais nous espérions un engagement plus fort pour un projet qui participe à un développement économique et social vertueux du territoire.


Quel regard portez-vous sur l’économie sociale et solidaire ?
Assez critique. Il me semble que c’est une famille fermée sur elle-même, peu moderne. Nous ne nous y reconnaissons que très peu. Le secteur est dominé par de grands groupes qui ne sont solidaires qu’avec une partie de leurs sociétaires et salariés.
Nous sommes agréés entreprise solidaire mais nous nous sentons plus proche du modèle anglo-saxon du business social. Ce qui ne nous empêche pas d’être exigeants ! Nous choisissons des prestataires parmi les coopératives et associations locales : nous nous fournissons en électricité chez Enercoop, l’entretien de nos locaux est fait par un Esat, notre mobilier vient d’une ressourcerie... Et les 3 personnes que nous avons embauchées étaient toutes en fin de droits. Enfin, notre projet soutient des publics de plus en plus délaissés : par exemple qui propose à des artistes ou des artisans l’accès à des espaces de prototypages pour leurs créations ? C’est pour cela que je souhaite que notre Scic gagne de l’argent, mais de l’argent qui sera réinvesti dans le projet au bénéfice de toute une communauté. Et pour gagner de l’argent, il faut marketer ses produits, communiquer sur ses actions, adopter une attitude commerciale... Des principes encore tabous pour beaucoup d’acteurs de l’ESS...

Crédits photo : Jean-Fabien


[1] création des premiers dessins-animés, tournage des films de Mélies et studio des frères Pathé, implantation d’Ubi Soft

[2] plus de 7000 membres sur Facebook

L’adresse originale de cet article est http://www.eco-sol-brest.net/Ici-Mo...
Via un article de Scop La Peniche pour le RTES, publié le 22 janvier 2014
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Forum des usages - Atelier transition
par Doc@Brest
Creative Commons BY-NC-SA