@ Brest

Relier et partager autour du web

Rapport d’activités - Internet et expression multimédia, Brest Les missions et leurs évolutions

Développer l’appropriation sociale des TIC, l’expression multimédia et le lien social sur Brest, et la coordination de projets innovants sur le Pays de Brest

Le service a pour mission de soutenir et mettre en œuvre la politique de la collectivité dans le domaine de l’appropriation sociale des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de l’expression multimédia des habitants. Cette politique qui répond à des enjeux de cohésion sociale et de solidarité territoriale vise à : développer l’appropriation des usages de l’internet et du multimédia, favoriser une équité d’accès aux TIC, développer le lien social, développer l’expression multimédia, accompagner des usages innovants, créer un contexte favorable à l’émergence de projets multimédia et de coopération.

Soutenir et développer l’accès à l’internet et au multimédia en s’appuyant sur un réseau d’acteurs en proximité des publics et particulièrement les publics éloignés

A ce jour, 108 PAPI [1], Points d’Accès Publics à Internet, fonctionnent dans les bibliothèques, mairies de quartier, équipements de quartier et associations. Chacun est équipé d’au moins un poste multimédia connecté à Internet, relié à une imprimante. En 2012, 3 nouvelles structures s’équipent d’un PAPI (Gem le Kéréon, les exclus, la maison relais Anatole). Notons cette année encore l’augmentation de structures accueillant des publics en situation d’isolement, de précarité ou d’exclusion, choisissant de devenir PAPI afin de pouvoir accompagner leur public dans la recherche d’emploi, démarches administratives, cv, initiation à la navigation Internet…
Le service apporte une assistance technique auprès des PAPI : 135 interventions en 2012 pour maintenance informatique, installation de matériel dans les structures de quartier, ou conseil d’ordre technique, ont eu lieu.
En 2012, 17 ordinateurs reconditionnés ont été mis à disposition d’associations brestoises. [2]

Internet en habitat social à Keredern : le déploiement de l’internet à 1€ se poursuit

Le projet Internet en habitat social consiste en la mise à disposition d’un service d’accès à Internet mutualisé au prix de 1€/mois/logement (intégré dans les charges locatives). L’originalité du projet réside dans l’accompagnement proposé aux habitants par la collectivité et les partenaires locaux : ateliers pour faciliter l’appropriation des usages de l’internet, aide à l’équipement en ordinateurs, soutien juridique aux habitants pour comprendre et gérer leurs contrats avec les opérateurs.
Après une expérimentation sur le quartier de Kérourien (596 logements) en 2010 et l’adoption du service par les locataires, c’est sur le quartier de Kérédern (1053 logements) que le projet a été proposé et adopté par les habitants. Le projet est opérationnel depuis février 2012 et le premier bilan [3] dressé en octobre montre que 10 % des habitants de ce quartier se sont saisis de l’offre et ont bénéficié de l’accompagnement proposé. Ce sont en majorité des femmes, de plus de 60 ans, au revenu très modeste. L’absence de connaissances informatiques donnent à penser que ces personnes ne se seraient pas lancées dans l’aventure sans accompagnement sur les usages. Ce projet a été mis en avant dans le rapport Développement Durable 2011 de la collectivité.
Fin 2012, des échanges ont débuté pour choisir le prochain quartier qui pourrait bénéficier de l’offre d’accès accompagné à 1€.

Encourager les initiatives, l’acquisition de compétences et de développement d’usages innovants

Le service propose, depuis plus de 10 ans, aux associations un pool de matériel informatique et multimédia en prêt. Ce service, très apprécié et adapté aux structures pour un usage occasionnel, pour faciliter la découverte de nouveaux outils représente plus de 800 matériels prêtés en 2012.
Depuis 2000, chaque année est lancé un appel à projets « Les usages du multimédia et d’Internet dans la Ville » : lien social, accès accompagné, expression multimédia, compétences numériques, coopération, territoires en réseau, innovation sociale, biens communs et cultures numériques. (Florence)
Les candidats sont invités à proposer des projets sur de nouveaux usages et des services multimédias dans le domaine de l’éducation, de la culture et du lien social. En 2012, 40 projets [4] ont été primés, projets visant à développer les usages autour du lien social, de l’accès accompagné, de l’expression multimédia, des compétences numériques. 406 projets soutenus en 13 ans et portés par environ 130 structures différentes.
Selon les besoins, les projets, la ville organise des ateliers de sensibilisation aux TIC, des conférences tout au long de l’année afin de favoriser l’acquisition de nouvelles compétences. Différents ateliers en 2012 : soit ouverts à tous (initiation ou perfectionnement : mediawiki, médiaspip, freeplane, twitter, netvibes, scoop it ; aspects juridiques de l’internet, créer/animer une web radio, film d’animation, listes de diffusion, plateforme Libr@net, dot clear,…), soit orientés vers les acteurs d’un réseau : site ecosol-brest.net (2 ateliers), reperes-brest.net (4 ateliers), solinter-brest.net , egalitefemmeshommes-brest.net (2 ateliers)…
Depuis maintenant neuf ans, la ville encourage et accompagne les acteurs locaux à l’écrit public sur le web. En 2012 : b-a-ba de l’écriture journalistique (3 ateliers/30 personnes), écrire pour le web (1 atelier/8 personnes), techniques de l’interview et du portrait (2 ateliers/25 personnes), réalisation d’un portrait (1 atelier/13 personnes).

« Droit et EPN, le jeu » [5], pour découvrir les Aspects Juridiques de l’internet est un jeu sérieux développé en partenariat avec d’autres collectivités françaises dans le cadre d’un projet européen EuropAct (Feder). L’objectif pédagogique de ce jeu est de montrer qu’Internet n’est pas une zone de non droit et de développer les bonnes pratiques en matière d’utilisation et de création de contenus sur Internet. Pour diffuser et essaimer ces compétences et pratiques, ce « Serious Game » est utilisé comme base dans les ateliers réalisés par le service à destination des médiateurs du numériques sur le thème « Droit et Internet » : droit à l’image, propriété intellectuelle, réutilisation de contenus….

Depuis 2010, le service internet et expression multimédia accompagne la mise en place du Visa Internet Bretagne sur le quartier de Kerourien en partenariat avec Culture et Liberté, l’EPM de Kerourien, la Ligue de l’enseignement, le centre social Couleur Quartier. Ce projet est étendu au quartier de Keredern depuis 2011 avec le centre social de Keredern et les Petits Débrouillards de Bretagne. Ce dispositif proposé par la Région Bretagne permet aux habitants du quartier d’acquérir les connaissances de bases sur l’utilisation d’internet et de l’ordinateur ; à l’issue de la formation ils reçoivent un diplôme. En moyenne une centaine de visas délivrés par an.

La collectivité a souhaité équiper la Discothèque Arpège et la Carène de bornes d’écoute de musique libre. Elles permettent à la fois d’écouter de la musique sous licence libre, d’y ajouter des commentaires, de la télécharger et d’ajouter ses propres morceaux. Ces bornes ont été installées début février 2012. Quelques statistiques d’usage : consultation de morceaux : Carène : 1000 morceaux / Arpège : 2073 morceaux ; copie de morceaux vers un baladeur : Carène : 23 morceaux / Arpège : 453 morceaux.

4G à Brest - ImaginLab : recrutement d’un panel de testeurs sur Brest
Un réseau 4G (réseaux mobile très haut débit) expérimental a été créé à Brest dans le cadre du projet ImaginLab du pôle Image et Réseaux. Le service Internet et expression multimédia de la ville de Brest a été sollicité pour faciliter le recrutement de béta-testeurs, des « Imagineurs », pour tester en avant-première un réseau mobile de dernière génération qui permet des débits jusqu’à 100 Mbps en mobilité. Pour ce faire, le service a fait appel à son réseau d’acteurs associatifs et institutionnels intégrant le numérique dans leurs activités.
Parmi les 250 candidats, 20 personnes ont été choisies et équipés de Smartphone 4G pendant 1 mois pour tester des applications en mobilité.

Favoriser l’expression citoyenne et associative facteur de lien social

  • Les journaux de proximité [6] :

    La ville accompagne plus d’une dizaine de journaux de proximité, soutenus sous forme de subventions permettant leur impression ou par la mise à disposition de matériel informatique et multimédia. Le service co-anime le collectif des journaux de quartiers avec la Ligue de l’Enseignement, FOL29. Ainsi, des « cafés-journaux », temps conviviaux d’échange et de construction collective, ont lieu régulièrement. Suite au succès de la 8ème rencontre des journaux de quartiers, le collectif a décidé l’organisation d’une nouvelle édition pour 2013. Tout au long de l’année des réunions en vue de la préparation de cette journée ont été organisées. La 8ième rencontre des journaux de quartier a également été l’occasion d’augmenter la visibilité du collectif en le faisant redécouvrir aux médias locaux.

  • Accompagnement aux projets de sites participatifs

    Depuis 2008, le service accompagne un réseau d’acteurs professionnels et bénévoles du secteur social travaillant sur l’isolement social des personnes en situation de précarité. Travailler avec les acteurs du social, de l’emploi et de l’insertion, élargir le réseau des acteurs de l’internet et du multimédia à d’autres champs d’intervention est un des objectifs de travail du service. Le travail d’accompagnement du réseau et notamment du groupe « Communication » a conduit à la concrétisation du site « Repères dans la cité » [7] en octobre 2009. En 2012, de nouvelles initiations à destination des professionnels et bénévoles des structures du réseau ont été organisées. En février 2013, le site compte 140 lieux répertoriés, 90 contributeurs et 309 articles publiés et reçoit 213 visites par jour. Le service poursuit son travail de transfert de compétences en matière d’animation du site et le développement d’usages du multimédia (création de documents sonores, atelier vidéo) comme support de valorisation des personnes par les usagers en situation d’isolement et de précarité.
    Le service accompagne le projet de site participatif des acteurs de la solidarité internationale [8] à Brest. Il fait notamment bénéficier à la Mission Internationale Echanges Coopération de son expérience dans la méthode et la mise en œuvre de site de co-publication. Le site a été inauguré fin septembre 2010. C’est à présent le groupe de pilotage du site qui assure les ateliers d’initiation en direction des acteurs de la solidarité internationale et l’animation du site. (49 administrateurs du site, 354 articles publiés).
    Le site participatif « égalité femmes hommes » [9] a été lancé officiellement en mars 2010 à l’initiative de Bmo avec pour objectifs de réunir les acteur-trice-s brestois-e-s qui agissent sur le sujet et ainsi : dynamiser le réseau, partager et valoriser les actions des uns et des autres, développer les actions communes, et au final contribuer à promouvoir l’égalité sur notre agglomération. A partir de cette année c’est l’association Tiriad qui assure la conduite et l’animation de ce projet ainsi que l’initiation à l’écriture sur ce site des différents acteurs. Quelques chiffres : 35 administrateurs et 29 rédacteurs, 221 articles publiés, 84 visites par jour en moyenne sur le site.

Coordonner et/ou animer des projets structurants collaboratifs sur le Pays de Brest

  • Wiki-Brest [10]

    Inspiré de la dynamique de wikipédia, encyclopédie libre sur Internet et en coopération avec ce projet, wiki-Brest est à la fois : une innovation d’usages par l’écriture collaborative et multimédia, une vaste production de contenus donnés à voir (histoires de lieux, de personnes, de travail, de géographie, tranches de vie…), un moyen de créer du lien social au sein des quartiers et des communes valorisant les personnes auteurs et un trait d’union de solidarité et d’histoire commune entre habitants du pays de Brest. Un accompagnement de proximité, des temps de collectes de contenu, des ateliers de sensibilisation, un accompagnement et soutien aux projets dérivés (comme les wiki balades), le projet a continué son développement en 2012.
    Initié en 2006, Wiki-Brest est le précurseur des wikis de territoire, cette idée de projet collaboratif plait largement et donne des idées sur d’autres territoires. 31 wikis ont été créés en France à la suite de Wiki-Brest [11]. Parmi les 24 wikis toujours en activité 8 d’entre eux reçoivent très peu de contributions voir plus aucune depuis plusieurs mois. En conclusion le succès des wikis de territoire tient en sa capacité d’innovation et son dynamisme souvent dû à l’activité de l’animateur en poste sur le projet.
    Deux collectes ont été engagées en 2012. A l’occasion des Tonnerres de Brest 2012, une équipe d’une quarantaine de volontaires a couvert l’événement en donnant à voir sur Wiki-Brest et Wikimedia Commons (médiathèque de Wikipédia) le dynamisme de cette fête à travers 288 articles et plus de 3 500 photos. Ce moment a été placé sous le signe de la convivialité et le plaisir de contribuer ensemble. Cette collecte a permis d’identifier un noyau dur qui se dessine au sein du projet. Une dizaine de contributeurs toujours présents et fidèles de longue date sur les projets menés au sein de Wiki-Brest. Lors du festival de la soupe mis en lumière sur Wiki-Brest pour la seconde année, des bénévoles du foyer laïque de St-Marc ont fait le choix de rendre accessible au plus grand nombre les recettes des soupes proposées au public. Cette action intitulée « Libérez les soupes » a eu comme objectif de sensibiliser sur les licences de libre réutilisation et de communiquer sur l’aspect collaboratif de Wiki-Brest.
    Au total sur 2012, 45 ateliers ont été dispensés auprès de 129 personnes (33 ateliers pour wiki-brest et 12 sur les autres wikis). Wiki-Brest compte à ce jour (07/02/2013) : 3 866 articles, 1 038 utilisateurs et 11 055 fichiers importés. En moyenne le site reçoit entre 500 et 600 visites quotidiennes pour un total de 14 173 808 visites depuis sa création. Les 10 articles les plus consultés ayant reçus : plus de 203 000 visites pour le premier (page d’accueil) et près de 37 825 visites pour le dixième (Histoire de l’évolution de la condition de la femme).

  • Cartes ouvertes et citoyennes

    Depuis fin 2009, le service accompagne les initiatives autour des cartes citoyennes au Pays de Brest. Les acteurs s’approprient des fonds de cartes et co-produisent des contenus qui valorisent le territoire, aident à la transition vers un développement durable et améliorent les services publics. Le projet vise à fédérer les initiatives locales, les accompagner et leur proposer des services innovants qui favorisent le développement des usages. Un outil commun de cartographie, appelé Chimère, pour lequel nous avons engagé de nouveaux développements fin 2011, est utilisé pour mettre en valeur les points d’intérêt recensés par ces projets locaux.
    2012 a été consacrée au suivi du développement de l’application notamment via des phases importantes de débogage en relation avec le développeur. A l’occasion du Forum des usages, présentation d’une version beta au cours d’un atelier (20 personnes). Tout au long de l’année nous avons également été à l’écoute des différents acteurs associatifs en matière d’outil de valorisation de contenus géolocalisés. Nous avons ainsi présenté l’application Chimère et accompagné ces nouveaux acteurs dans l’usage de cette application (carte des jardins partagés, projet de carte interactive au sein d’un foyer de jeunes travailleurs…).

  • La Ruche : réseau social brestois [12]

    Ce réseau social brestois, non commercial, ayant pour objectif de favoriser les échanges et les rencontres entre les habitants a été rapidement adopté par les associations qui l’utilisent pour annoncer les évènements qu’elles organisent. Elles peuvent y créer leur propre page et communiquer en temps réel sur leurs évènements. La Ruche permet également la création de groupes de discussion pour partager des idées, débattre, organiser des projets. En 2012, plusieurs ateliers réalisés : dans le cadre de la formation à l’animation de projets collaboratifs (animacoop), auprès des mairies de quartier, auprès d’une jeune association... La ruche brestoise a également rejoint un réseau de ruches déployé à l’échelle de la Bretagne, réseau dénommé « la prairie. ».

  • La visioconférence pour tous sur Brest métropole océane [13]

    Brest métropole océane a décidé d’équiper en station de visioconférence un lieu par quartier sur la ville de Brest et par commune de Brest métropole océane (hors Brest), soit 14 salles. Ce lieu pouvant être une association, un équipement de quartier, un service municipal. Fin 2012, 13 structures sont équipées, et Gouesnou le sera début 2013. Le service a en charge l’accompagnement et le développement des usages qui ont démarré courant 2012.

  • La Cantine Numérique [14]

    En 2012, le service était associé à la réflexion puis à la mise en œuvre du projet de cantine numérique porté par la Direction du Développement Economique de Bmo. La cantine est un tiers-lieux qui favorise la mise en réseau, l’échange entre les différents acteurs du numérique et la rencontre de personnes issues de communautés différentes (enseignants, médiateurs du numérique, entrepreneurs du web, chercheurs,…) autour d’un projet, d’une idée novatrice. La Cantine ouvrira ses portes début 2013 à la Faculté Victor Ségalen.

  • Fablab : laboratoire de fabrication [15]

    Les Fablab ou ateliers de fabrication numérique sont des lieux de fabrication communautaire (invention ou vulgarisation) d’objets et de solutions ouverts à tous, professionnels ou amateurs, adultes ou enfants. Il n’existe pas moins de 50 ateliers de fabrication numérique en France. A Brest, le projet de Fablab, appelé TyFab est porté par la Maison du Libre. En 2012, en lien avec la Direction du Développement Economique de Brest métropole océane, le projet s’est concrétisé avec la mise à disposition d’un local. Des ateliers de vulgarisation auprès des publics, des rencontres (comme celle de l’Open Bidouille Camp en novembre qui a attiré plus d’un millier de personnes à l’hôtel de ville), des projets dans le domaine du handicap, de la cartographie marine,… des entrepreneurs qui mutualisent des matériels pour prototyper des objets…, les publics se croisent, collaborent, échangent leurs savoirs, co-construisent, innovent.

  • E-inclusion : Brest, impliquée au niveau local et animatrice de réflexion au niveau national

    Le service met en œuvre depuis plus de 10 ans, une politique d’appropriation sociale d’internet et du multimédia. Si bon nombre de personnes sont aujourd’hui connectées, nombreuses aussi sont celles qui restent éloignées de ces technologies. Force est de constater que ceux qui rencontrent des difficultés d’insertion sociale et professionnelle sont souvent aussi éloignés des TIC. L’e-inclusion constitue ainsi un volet transversal, dans un parcours global d’insertion sociale. Avec le développement des services en ligne (administratifs, sociaux, fiscaux), le soutien aux actions qui permettent un accompagnement des personnes notamment les plus fragilisées est devenu essentiel. C’est ce que fait la ville dans le cadre de l’appel à projets multimédia. Engagée dans le soutien aux actions d’e-inclusion, Brest bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance nationale par le portage de cette thématique au sein de l’association CRéATIF qui regroupe des acteurs de l’accès public à Internet (Régions, Départements, Villes…)
    En 2012 ce travail s’est poursuivi à l’occasion de la session « Médiation Numérique et inclusion sociale » du Forum des usages coopératifs, dont la coordination a été assurée par la ville de Brest. Au cours des matinées de travail, différents thèmes ont été traités : les profils des médiateurs et leur diversité, les publics qui bénéficient de cette médiation et, une dimension plus méthodologique avec une première approche de la notion d’utilité sociale.
    En amont de ces travaux, une dynamique au niveau nationale a permis de réaliser des portraits de médiateurs du numérique qui ont fait l’objet d’une publication et d’une exposition à l’occasion du Forum des usages. Pour faciliter ce travail, le partenariat avec les journalistes d’Histoires Ordinaires a permis d’organiser un atelier sur les techniques d’écriture de portraits. Suite aux travaux du forum des usages et de l’intérêt qu’a suscité ce travail, la ville a choisi d’initier une réflexion sur l’utilisation des méthodes d’évaluation de l’utilité sociale dans une logique de compréhension de l’impact social des initiatives locales.

Développer une méthodologie de travail en réseau, de biens communs élargis dans une dynamique de territoire apprenant

  • Animacoop

    Depuis 2010, la Ville de Brest en partenariat avec l’association « Outils-Réseaux » de Montpellier propose une « formation-action à l’animation d’un projet collaboratif » [16] . L’objectif est de maîtriser les tâches nécessaires à l’animation d’un projet coopératif : les technologies sont utilisées comme un outil à l’animation du projet. En 2012, deux sessions mises en place à l’échelle du Pays de Brest qui ont accueilli 23 acteurs (de l’accès public à l’internet et au multimédia, de l’économie sociale et solidaire, de la santé, de l’innovation sociale…).

  • Portail des savoirs

    A l’initiative du réseau des bibliothèques de la ville de Brest, le service accompagne un « Portail des Savoirs » [17] qui facilite un accès aux savoirs produits et diffusés en Bretagne occidentale. Ce portail collaboratif, destiné au grand public, traite de tout ce qui touche au « savoir », au sens large. Il référence les productions susceptibles d’intéresser un large public, qu’il s’agisse d’enregistrements audio et vidéo de conférences, de diaporamas, d’articles et d’écrits. Le « Portail des Savoirs » est le premier exemple de portail en son genre, réunissant ainsi des contenus issus d’acteurs diversifiés, venant des secteurs public, privé et associatif. En 6 mois de fonctionnement, le Portail des Savoirs donne maintenant accès à plus de 350 articles, vidéos, diaporamas, mis en ligne par 8 contributeurs différents. Parmi ces contributions, les entretiens d’auteurs de Dialogues, les tutoriels de l’Espace Multimédia des bibliothèques de Brest, les cours, conférences et Minutes du Chercheur de Télécom Bretagne, les entretiens d’Oufipo… A ce jour plus de 2 500 visiteurs et environ 8 000 pages vues.

  • Brest ville Wikipédia

    Le service anime depuis septembre 2012 le projet « Brest ville Wikipédia » [18]. L’objectif est d’améliorer les contenus autour de Brest sur Wikipédia et d’amener une diversité d’acteurs locaux à s’impliquer dans la production de contenus mis en biens communs. Il s’agit de compléter les contenus existants et de créer de nouveaux articles et contenus sur des lieux ou figures emblématiques de Brest. Ce projet appelle une diversité d’acteurs locaux à s’impliquer dans la production de contenus mis en biens communs :
    services de la collectivité (Archives municipales, Patrimoines, Musée, Bibliothèques, Sports, Communication, Mission Internationale Échanges et Coopération, Conservatoire de musique, ...), Office de tourisme, Office municipal des sports, Conservatoire Botanique National, Centre Breton d’Art Populaire, Librairie Dialogues, SKED... ou toute personne qui possède des connaissances intéressantes à partager sont invitées à se lancer dans ce grand projet collaboratif. Plusieurs ateliers ont d’ores et déjà eu lieu avec des structures comme le Musée des beaux-arts, l’Office de tourisme et le service des Sports. Fort est de constater que dans l’exercice de leurs missions, les acteurs sensibilisés à ces outils collaboratifs reviennent mettre en pratique les notions apprises. Comme c’est le cas de la personne chargée des publics au sein du musée des Beaux-arts qui a été initiée à l’import de photos (reproductions d’œuvres passées dans le domaine public) ou à l’ajout de compléments sur des biographies d’artistes.

  • Communication et information coopérative

    Participation-brest [19] : initié par la ville de Brest, c’est un outil ouvert d’information, d’échange et de débat autour des conseils de quartier, des initiatives et des lieux de participation à Brest et ailleurs. Ce site d’information locale contient plus de 2200 articles et connaît 120 visites en moyenne par jour. Les contenus publiés sont rédigés par 360 rédacteurs, le site étant administré par une trentaine de personnes. Une lettre d’information bimensuelle est également proposée aux visiteurs du site et compte près de 300 inscrits. En 2012, des ateliers ont également été proposés en direction des conseils consultatifs de quartier.
    @-brest.net [20] : outils de promotion, de communication et de travail du réseau brestois et du pays de Brest œuvrant dans le domaine de l’Internet citoyen, coopératif, créatif et convivial. Aujourd’hui on compte : plus de 9072 articles, 1080 visites par jour en moyenne et plus de 1 100 abonnés au magazine hebdomadaire.
    Netvibes/Brest [21] : le service a ouvert un univers Brest sur Netvibes, agrégateur de sites internet, qui donne à voir les sites Brestois et du pays de Brest. Une centaine de flux alimente le site (associations, culture, éducation, sport, quartiers, vie dans la cité…) et font découvrir les publications au jour le jour.

  • Mise en réseau des acteurs

    Forum des usages coopératifs [22] : la cinquième édition s’est tenue du 10 au 13 juillet 2012 sur le thème « Territoires en réseau et figures de la coopération et de la médiation ». Durant trois jours, ce sont quelques 410 participants [23] (280 en 2004, 320 en 2006, 375 en 2008, 396 en 2010) venus de toute la France et d’ailleurs (Belgique, Gabon) qui ont assisté aux rencontres. Cette manifestation alliait plus de 50 temps de rencontres et d’échanges (sessions, ateliers, séances pratiques, rencontres autoprogrammées par les participants…).

Implication du service dans les réseaux d’échanges [24] : l’échange d’expériences, le travail en réseau avec d’autres acteurs nationaux ou internationaux sont primordiaux. Ainsi, la ville participe à différents réseaux (Créatif, Avicca, Savoirscom1, Imagination for people,…) et est sollicitée régulièrement pour intervenir à des colloques ou à des conférences.

[2Ordinateurs reconditionnés : http://www.ordinateurs-recycles.infini.fr

[4Les 40 projets retenus : http://www.a-brest.net/article12168.html

[5Droit et EPN le jeu : http://www.creatif-public.net/DEPN/

[6Les journaux de quartiers sur Wiki-Brest : http://www.wiki-brest.net/index.php/Les_journaux_de_quartiers_brestois
La rubrique sur participation-brest.net : http://www.participation-brest.net/rubrique8.html

[7Repères dans la cité : http://www.reperes-brest.net/

[8Solidarités internationales : http://www.solinter-brest.net/

[10Le site Wiki-Brest : http://www.wiki-brest.net

[11Liste des wikis de territoire français : http://www.wiki-brest.net/index.php/Wikis_de_territoires

[13La visioconférence pour tous sur Brest métropole océane : http://www.a-brest.net/article8942.html

[14La cantine numérique brestoise : http://www.lacantine-brest.net/

[15Le fablab brestois : Tyfab : http://tyfab.fr/

[16Formation-action à l’animation de projet collaboratif : http://animacoop.net/

[17Le portail des savoirs : http://www.portail-savoirs-brest.net/

[18Projet Brest ville Wikipédia : http://wiki.a-brest.net/index.php/Brest_ville_wikipedia

[19Le site participation-brest : http://www.participation-brest.net

[20Le site @-brest.net : http://www.a-brest.net

[21Le site Netvibes/Brest : http://www.netvibes.com/brest

[22Forum des usages coopératifs :http://forum-usages-cooperatifs.net

[23Bilan du 5ème Forum des usages : http://www.a-brest.net/article11227.html

[24Le wiki des rencontres et agenda public : http://www.reunionsabrest.infini.fr

Posté le 15 septembre 2013 par Frederic Bergot, Michel Briand, Valérie Picolo
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Forum des usages - Atelier transition
par Doc@Brest
Creative Commons BY-NC-SA