@ Brest

Relier et partager autour du web

Le Lab-STICC, UMR CNRS 6285. Des capteurs à la connaissance, il structure la recherche sur l’ensemble de la Bretagne Océane

Echange avec Alain Hillion, Directeur du Lab-STICC

 

 


Le LabSTICC est né le 1er janvier 2008. Alain Hillion, alors directeur scientifique de Télécom Bretagne, est nommé en août 2008 pour coordonner la constitution de ce laboratoire.


 

 

 

 

 

 

 

 

Comment est né le Lab-STICC ?

Le LabSTICC est né de la détermination à rendre plus visible et lisible les compétences des nombreux laboratoires de la filière basés à l’ouest de la Bretagne. Notre intention était également de favoriser et d’augmenter les synergies entre ces différentes structures.

Plusieurs unités mixtes de recherche labellisées par le CNRS bénéficiaient d’une visibilité nationale et internationale, alors que de nombreux laboratoires, majeurs dans leur domaine, demeuraient moins visibles parce qu’ils n’avaient pas cette labellisation d’UMR.

Nous avons également donné de la visibilité à travers un nouveau positionnement de nos thématiques de recherche : « des capteurs à la connaissance : communiquer et décider ! »

C’était, et reste encore, un défi scientifique …. Réunir en un seul laboratoire plusieurs laboratoires qui dépendent de différents établissements !

La première année de constitution du LabSTICC nous avons discuté la mise en route de cet échafaudage. Deux ans plus tard, pour notre deuxième étage, nous avons été évalué par l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) et nous avons obtenu la note A !

Les activités du Lab-STICC ont vraiment démarré en 2009. 3 ans plus tard, le 1er janvier 2012, nous constituions un ensemble de 450 personnes, dont 200 enseignants-chercheurs.

Cet ensemble est constitué des établissements de tutelle que sont Télécom Bretagne, l’Université de Bretagne Occidentale, Université de Bretagne Sud et de deux établissements partenaires, l’ENIB et l’ENSTA Bretagne.


Quels sont les axes de recherche du Lab-STICC et ses domaines d’applications ?

Il regroupe, sous le thème principal « des capteurs à la connaissance », trois pôles :

•  le pôle MOM : Micro-ondes, Optoélectronique, Matériaux
•  le pôle CID : Connaissance, Information, Décision
•  le pôle CACS : Communications, Architectures, Circuits et Systèmes

Les domaines d’application premiers sont ceux des Télécommunication, sous toutes leurs formes : antennes, communication, information. Le deuxième domaine est celui de la mer, au sens large. De l’environnement à la Défense. Pour le CNRS nous sommes le laboratoire STIC qui est sans doute le plus actif dans le domaine de la mer. D’ailleurs nous faisons partie du Labex Mer, Océans dans le changement. Le troisième domaine est celui de l’aide à l’autonomie.


Comment vous coordonnez-vous ?

Pour les affaires courantes il y a un Bureau composé du directeur, du conseiller scientifique, des directeurs adjoints , des responsables de pôles, des directeurs de site des établissements de tutelles et des partenaires, des chargés de mission international et communication. Nous nous réunissons 2 fois par mois.

Puis nous avons un Conseil de Laboratoire. C’est l’instance interlocutrice du CNRS. Il est composé des membres du Bureau et de représentants élus par les différentes catégories de salariés (techniciens, enseignants, chercheurs, doctorants …). Cette instance est consultée pour toutes les affaires importantes, le règlement intérieur, le rattachement aux instituts …

Nous aurons également un Comité de Pilotage qui réunira les directeurs des établissements et de responsables du CNRS. Ses missions seront de procéder aux demandes budgétaires. Ce sera également un lieu de réflexion stratégique, de mise en œuvre des moyens financiers et humains.



Quels sont les avantages et les inconvénients d’une telle structure ?

Il n’y a que des avantages ! Nous avons réuni toutes les conditions pour être gagnants. 

Chacun d’entre nous fait son travail, avec la même énergie Tout en sachant qu’il fait partie d’un ensemble plus important.
 

publié le 21 mars 2013
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Washing the cars, 05.05.2014.
par Dāvis Kļaviņš
Creative Commons BY-NC-SA