@ Brest

Relier et partager autour du web

Bilan de l’appel à projets 2010

Bilan proposé par l’association Longueurs d’Ondes : 3ème édition des Immédiatiques

Les Immédiatiques ont été lancées les 5 et 6 décembre 2008, en parallèle au 6e festival de la radio et de l’écoute. L’idée était alors de réfléchir et de faire réfléchir à la révolution médiatique, et plus particulièrement à la révolution e-médiatique, que notre société est en train de vivre.

La première édition s’était attachée à explorer des thèmes tous azimuts selon une déclinaison « verbale » : « s’insoumettre », « inventer », « informer », « s’exprimer »… à l’ère du
multimédia.

Pour la deuxième édition de la manifestation, Longueur d’ondes avait choisi une thématique générale sur laquelle avaient débattu les intervenants des principales tables rondes : la
démocratie avec, entre autres invités, Pierre Rosanvallon et Jean-Marie Colombani.

Pour la troisième édition, afin de ne pas nous répéter dans la forme et d’ouvrir le débat, nous avons choisi de partir de problématiques indépendantes les unes des autres : internet et
géopolitique, guerre et nouveaux médias, les réseaux sociaux : nouvelles sociabilités et nouveau rapport à l’intime et enfin une table ronde consacrée à l’année 2010. Nous avons voulu en cela
toucher un public plus large pouvant se sentir concerné par tel ou tel sujet. C’était une façon de proposer une approche différente alors même que le rendez-vous s’ancrait peu à peu dans les
habitudes festivalières.

- La fréquentation

Cette année encore, le bilan des Immédiatiques a été positif. Il faut noter la qualité des débats dues à la pertinence des interlocuteurs présents à Brest la journée du samedi 3 décembre
tels Jean-Claude Kaufmann, François-Bernard Huyghe, Frédéric Encel, etc. La présence de ces grandes figures de la réflexion sur les réseaux sociaux, sur les relations entre guerre et internet, entre autres thématiques abordées, a permis d’assurer une bonne fréquentation à la manifestation.

Ainsi près de cent cinquante personnes ont été présentes aux différentes tables rondes du samedi. Il faut malgré tout noter l’annulation de la table ronde traitant de la thématique « Internet et géopolitique » programmée à la faculté Victor Segalen le jeudi 2 décembre, et celle de la conférence conclusive, pour cause d’intempéries.

Accueillies dans une des salles de commission du Quartz, les Immédiatiques ont su, comme les années précédentes, drainer un public différent de celui du festival Longueur d’ondes. Cette année, même si l’on a constaté une fréquentation constante par rapport à l’année dernière du fait des intempéries, on peut considérer que le public du festival et par la même des Immédiatiques, aurait
été en progression si la neige n’était pas venue perturber le transport des festivaliers venant parfois de loin.

Ainsi pour l’association Longueur d’ondes, comme pour les structures qui ont accueilli l’événement, le bilan de cette troisième édition est positif. Les Immédiatiques, même si elles attirent quelques 4 spectateurs de Longueur d’ondes, ont su trouver leur public indépendamment de celui du festival de la radio.

Malgré tout, à l’heure des bilans de cette troisième édition, des questions se posent. Nous avons constaté que le public a parfois du mal à identifier les Immédiatiques et à savoir de quoi il est
question. En voulant isoler cette journée de réflexion du reste du festival, des confusions ont pu naître chez nos auditeurs. S’agit-il de deux manifestations conjointes, parallèles, séparées ? Où faut-il se rendre ? A quoi va-t-on assister ? Le public a donc parfois du mal à y voir clair et s’il y a donc bel et bien à Brest un réel intérêt de la population pour les questions soulevées par l’internet et les nouveaux médias, il semblerait qu’il faille repenser l’événement et lui donner une autre forme. C’est ce à quoi nous avons réfléchi pour penser le projet de la quatrième édition. Tout en souhaitant distinguer les deux événements l’un de l’autre, nous avons fait le choix de faire une place à la programmation « Immédiatiques » au sein de celle du festival Longueur d’ondes. Les thématiques restent distinctes mais les programmations se croisent dans le temps et dans l’espace pour plus de fluidité dans la circulation du public. Par ailleurs, nous avons voulu créer des ponts entre les Immédiatiques et le festival en développant le volet scolaire et en initiant le projet d’un « off », vitrine des innovations sonores sur la Toile, entre autres propositions.

- La programmation

Cette année encore, les Immédiatiques ont fait venir à Brest de grands universitaires et autres penseurs et acteurs de la révolution e-médiatique pour traiter de différentes problématiques
contemporaines.

La table ronde qui aurait dû se tenir à la faculté Victor Segalen autour des enjeux de la gouvernance et des échanges culturels sur la Toile devait compter sur la présence de Frédéric
Martel, bien connu des auditeurs de France Culture, de Yannig Lavocat, chercheur au Lépac, et d’un jeune penseur et entrepreneur nommé Nicolas Chagny, vice-président de l’ISOC France (Chapitre
français de l’Internet Society). La composition de cette table ronde révèle à elle seule la diversité des parcours des invités des Immédiatiques qui permet le croisement des points de vue entre
acteurs du monde e-médiatique contemporain et universitaires.

Dans le même esprit, le débat « Les réseaux sociaux : nouvelles sociabilités et nouveau rapport à l’intime » a su attirer le public par la pertinence et la proximité de son sujet. Les auditeurs des
Immédiatiques ont su être sensibles à la possibilité d’analyse de leurs propres façons d’agir et ont pu écouter les opinions éclairées de Jean-Claude Kaufmann, universitaire connu du « grand public »
et d’un historien des religions Milad Doueihi, auteur d’un ouvrage au titre significatif La Grande Conversion numérique, rencontrant celles des jeunes chercheurs inventifs que sont Antonio A. Casilli et Yann Leroux.

Enfin, la troisième table ronde, réalisée en partenariat avec Courrier International sur la thématique « Guerre et nouveaux médias » a compté sur la présence de trois pontes de la réflexion sur les relations entre guerre et nouveaux médias : Frédéric Encel, géopolitologue bien connu pour 5 ses travaux sur Israël, François-Bernard Huyghe, docteur en Sciences Politiques et auteur de
L’ennemi à l’ère numérique et Daniel Ventre, spécialiste de la notion de « cyberguerre ».

Le public des Immédiatiques a pu également revisiter l’année 2010 en compagnie de Jérôme Bouvier, médiateur à Radio France et fondateur des Assises Internationales du Journalisme et de
l’Information, Thomas Cantaloube, journaliste et grand reporter pour le site Mediapart et Lionel Charrier, photographe pour l’agence Myop : une tentative d’aborder la question du traitement de l’information en fonction des différents médias.

- Difficultés, améliorations, continuité

  • Les désistements et la difficulté que nous rencontrons pour faire venir nos invités potentiels à Brest

    En 2010, pour la deuxième édition des Immédiatiques, l’association Longueur d’ondes a fait face à plusieurs désistements intempestifs d’invités qui ont ainsi compliqué l’organisation et troublé le bon déroulement de l’événement. Nous avions déjà été confronté à cette réalité lors des éditions précédentes, mais cette année, les intempéries n’ont rien arrangé à l’affaire et si certains invités n’ont pas pu se rendre à Brest à cause de la neige, certains ont profité de l’occasion pour annuler leur venue (Pierre-Louis Basse notamment qui devait apporter son regard de journaliste radio à la table ronde « 2010 vu par… »). Ce constat met en avant la difficulté que nous rencontrons fréquemment pour convaincre les intervenants que nous sollicitons de venir à Brest. Ils sont pour la plupart très occupés entre colloques, recherches, déplacements à l’étranger et nous essuyons chaque année de nombreux refus. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons eu du mal à trouver un parrain digne de ce nom pour nos troisièmes Immédiatiques. En effet, nous avons sollicité nombre de « pères » : Alain Corbin, Boris Cyrulnik, Michel Serres, Edgar Morin, Alain
    Touraine, etc, qui ont tous décliné notre invitation. Olivier Poivre d’Arvor devait assurer la conclusion de notre journée de réflexion mais il n’a pu se rendre à Brest.

    Ainsi même si nous faisons preuve d’énormément de bonne volonté voire même d’acharnement, il est parfois difficile de convaincre nos invités que le jeu en vaut la chandelle. Malgré tout, nous devons dire que certains invités viennent, soutiennent et apprécient grandement notre démarche et c’est sans doute ce qui est le plus important.

  • Les partenariats radio

    Tout comme en 2009, les Immédiatiques ont bénéficié du partenariat avec la webradio de France Culture « Culture Académie ». Les tables rondes ont ainsi été enregistrées et diffusées après
    la manifestation.

    En outre, Radio Neptune s’est à nouveau associée à la manifestation en diffusant en direct la conférence inaugurale. D’autres part, les grands moments de l’édition 2009 sont diffusés
    régulièrement dans l’émission produite par Longueur d’ondes tout au long de l’année sur la radio associative brestoise.

Posté le 18 décembre 2012 par Valérie Picolo
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
DSCN0270
par Ronan Caroff
Creative Commons BY-NC-SA